⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Adrien Quatennens pour ce dossier

7 interventions trouvées.

Monsieur le Premier ministre, jeudi, le monarque présidentiel a parlé mais il n'a rien dit qui soit à la hauteur du moment.

Il a menti aussi en prétendant que les Français travaillaient moins que nos voisins européens, ce qui est faux. En comparant l'ensemble des salariés de l'OCDE – l'Organisation de coopération et de développement économiques – , il apparaît qu'avec 1 482 heures par an, les Français travaillent plus que leurs collègues allemands, hollandais, norvé...

Alors que la France est championne du monde des dividendes versés aux actionnaires, le Président protège encore et toujours les riches et le capital.

Non, il ne suffit pas de traverser la rue pour trouver du travail, la situation de l'emploi en France le prouve : une offre sans candidat pour cent personnes disponibles à Pôle emploi ; 66 % des offres pourvues en 2017 sont des CDD de moins d'un mois – un bonus-malus n'y suffira pas ! Le Président l'a dit, les 35 heures aujourd'hui, ce n'est p...

Or la France compte quelque 300 000 chômeurs de plus de soixante ans, dont la majorité ont effectué quarante annuités. Le recul de l'âge de la retraite ne profite pas aux caisses de retraite mais augmente les dépenses des caisses d'assurance chômage. Alors que l'on apprend que 723 emplois, sur 21 sites du groupe Auchan, sont menacés, et que l'...

La diminution du temps de travail est bien plus efficace et bien moins chère pour créer de l'emploi que votre politique absurde d'exonération fiscale.

Face au chômage de masse, il ne peut être question de travailler plus. Il est au contraire urgent de travailler moins, pour travailler mieux et travailler tous. Prouvez-nous le contraire, monsieur le Premier ministre !