Projet de loi N° 1088 relatif à la croissance et la transformation des entreprises

Amendement N° CSPACTE980 (Non soutenu)

(5 amendements identiques : CSPACTE229 CSPACTE678 CSPACTE2166 CSPACTE1542 CSPACTE580 )

Publié le 11 septembre 2018 par : M. Masson, M. Abad, Mme Beauvais, M. Hetzel, Mme Louwagie, Mme Poletti, M. Sermier, M. Straumann, M. Vialay.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Supprimer cet article.

Exposé sommaire :

Le secteur des jeux est un secteur particulier car il recouvre une dimension morale et des risques d'addiction. L'État actionnaire joue un rôle de garant du respect d'indispensables règles.

À ces considérations éthiques s'ajoute les questionnements sur l'intérêt financier de l'opération, sinon à très court terme. Les jeux de loterie et à gratter étant un monopole et un placement sans risque pour les investisseurs, la privatisation n'a aucune sorte de justification économique. La vente de la Française des Jeux ne rapportera qu'entre 1 et 2 milliards d'euros au mieux, tandis que l'État se privera de plus de 130 millions d'euros de dividendes par an. Si l'on ajoute ces dividendes à ceux engendrés par ADP.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion