Projet de loi de finances pour 2019 — Texte n° 1255

Amendement N° 1932C (Rejeté)

(864 amendements identiques : CD25C AE1C AE11C AE5C AE2C AE9C AE4C AE3C AC23C AC31C DN1C AC26C AC30C AC8C CL22C AC27C AC24C CE8C CF244C CL8C CL15C CL23C CL10C CE14C AC19C CE6C CL4C CF490C AC11C CE17C CL36C CL32C AE19C CL27C CL37C AE21C CE10C CL21C CE26C AC18C CF390C AC17C CL3C CF268C AE6C CF368C CL1C CL7C AE20C AE14C CE13C CF303C CE12C CF341C CF294C CE9C CE11C CE24C CE18C DN2C CF306C CF277C CD55C CE21C DN12C DN9C DN4C DN6C DN5C CF198C DN13C DN7C CE28C CE16C CF295C CF201C CF187C CF376C CF184C CF344C CF386C CF296C CF297C CF195C CE33C CF200C CF278C CF342C CF338C CF489C CF282C CF284C CF491C CF267C CF314C AE22C CF202C CF359C CL29C CL25C CF224C CF315C CF316C CF225C CL18C CF360C CF319C CL16C CF488C CL30C CF250C CF358C CL33C CF402C CL28C CF321C CL11C CF317C CF401C CL34C CF280C CF320C CF404C CF543C CL31C CF395C CL35C CL24C CF318C CL14C CL6C CL13C CL12C CF394C CF400C CL9C CL17C CF403C CF367C CF369C CF96C CF396C CF432C CF370C CF243C CF300C CF186C CF405C CF208C CF299C CF62C CF207C CF170C CF397C CF63C CF206C CF205C CF354C CF94C CF366C CF185C CF475C CF425C CF452C CF451C CF373C CF460C CF371C CF379C CF381C CF427C CF377C CF375C CF472C CF325C CF492C CF466C CF461C CF524C CF378C CF426C CF382C CF485C CF374C CF361C CF512C CF546C CF464C CF380C CF507C CF372C CF384C CF385C CF446C CF473C CF501C CF95C CL44C CF722C CF721C CF653C CF654C CL45C CL26C AS38C CF632C CF769C CF617C CF581C CF618C CF526C CF528C CF623C CF544C CF529C CF568C CF531C CF648C CF545C CF625C CF627C CF750C CF554C CF530C CF527C CF616C CF601C CF757C CF645C CF551C CF652C CF819C AS30C AS37C CF828C CF747C CF353C CF815C AS25C CF824C CF748C CF659C CF841C CF656C CF854C CF820C CF749C CF655C CF667C AS19C AS29C CF662C CF853C CF817C AS27C AS21C CF665C CF657C CF599C CF821C CF660C CF663C AS39C AS18C AS20C CF790C AS17C CF664C CF661C CF658C AS15C CF838C CF273C CF274C CD82C CE38C CD61C CD72C CD76C CF877C CD74C CD80C CD62C CD73C CD81C CD79C CD77C CE41C CD75C CE40C CD64C AS9C CF792C AS6C CF806C CF800C CF839C AS11C AS7C CF803C CF809C CF793C CF609C CF810C CF811C CF788C AS5C CF791C AS8C CF830C CF812C CF834C CF610C AS10C AS40C CF807C CF607C CF813C CD30C CF19C CD11C CD87C CD88C CD90C AC77C AC73C AC74C AC63C AC72C AC71C AC62C AC52C AC78C AC46C AC60C AC49C AC61C AC69C AC65C AC68C AC79C AC40C AC64C AC48C AC34C AC39C AC36C AC33C AC37C AC35C AC56C AC84C AC54C AC55C AC83C AC87C AC88C 4D 5D 6D 7D 8D 9D 10D 11D 12D 13D 14D 15D 16D 17D 18D 20D 21D 22D 23D 24D 25D 26D 27D 29D 53C 68C 70C 102C 108C 109C 133C 151C 156C 158C 163C 164C 165C 169C 181C 184C 185C 190C 192C 196C 197C 198C 203C 204C 206C 207C 208C 209C 210C 211C 212C 213C 214C 243C 245C 246C 247C 248C 249C 250C 251C 252C 253C 256C 257C 260C 261C 262C 263C 269C 270C 271C 272C 273C 274C 275C 276C 277C 278C 280C 281C 282C 283C 284C 286C 295C 297C 303C 304C 305C 307C 309C 310C 311C 312C 314C 318C 323C 324C 326C 327C 329C 330C 332C 333C 334C 335C 336C 337C 338C 339C 340C 341C 342C 343C 347C 348C 350C 375C 376C 377C 378C 379C 390C 391C 392C 393C 394C 395C 396C 399C 401C 406C 408C 409C 410C 417C 418C 423C 424C 428C 430C 437C 439C 458C 486C 488C 489C 490C 491C 492C 493C 494C 495C 497C 500C 503C 508C 516C 517C 521C 522C 526C 533C 534C 536C 537C 538C 540C 541C 543C 544C 546C 562C 568C 569C 570C 585C 586C 587C 588C 589C 590C 591C 592C 593C 594C 597C 598C 605C 608C 613C 614C 615C 616C 617C 618C 619C 620C 621C 623C 624C 625C 626C 628C 629C 631C 632C 634C 638C 660C 662C 665C 669C 672C 674C 675C 676C 677C 683C 684C 686C 687C 688C 696C 697C 698C 699C 700C 701C 702C 703C 710C 730C 732C 733C 736C 738C 739C 740C 741C 742C 747C 748C 774C 809C 813C 815C 816C 826C 830C 831C 832C 833C 834C 835C 840C 841C 843C 852C 853C 885C 886C 887C 888C 889C 890C 891C 892C 893C 894C 900C 911C 912C 932C 934C 949C 950C 951C 952C 953C 954C 955C 956C 957C 958C 960C 961C 964C 968C 973C 974C 975C 976C 977C 986C 988C 989C 990C 1019C 1023C 1025C 1026C 1027C 1030C 1031C 1035C 1055C 1057C 1058C 1059C 1062C 1070C 1089C 1090C 1093C 1096C 1097C 1112C 1117C 1128C 1130C 1135C 1163C 1164C 1166C 1171C 1186C 1187C 1196C 1206C 1223C 1225C 1230C 1231C 1232C 1233C 1234C 1235C 1255C 1256C 1257C 1260C 1261C 1268C 1301C 1302C 1303C 1316C 1317C 1318C 1323C 1324C 1325C 1327C 1328C 1330C 1355C 1379C 1380C 1382C 1383C 1384C 1386C 1388C 1406C 1407C 1408C 1418C 1426C 1429C 1435C 1437C 1441C 1443C 1446C 1449C 1450C 1451C 1452C 1453C 1454C 1458C 1464C 1465C 1466C 1468C 1469C 1473C 1479C 1480C 1481C 1482C 1483C 1489C 1490C 1491C 1498C 1503C 1514C 1543C 1544C 1590C 1592C 1595C 1596C 1597C 1598C 1641C 1650C 1653C 1655C 1674C 1675C 1676C 1677C 1680C 1685C 1687C 1688C 1689C 1690C 1691C 1692C 1693C 1710C 1718C 1719C 1727C 1757C 1767C 1774C 1775C 1776C 1783C 1784C 1785C 1786C 1787C 1789C 1790C 1791C 1792C 1793C 1794C 1796C 1797C 1798C 1799C 1814C 1816C 1817C 1825C 1826C 1831C 1832C 1833C 1835C 1836C 1837C 1859C 1860C 1862C 1868C 1874C 1883C 1890C 1892C 1895C 1896C 1897C 1898C 1899C 1901C 1902C 1904C 1905C 1906C 1907C 1909C 1910C 1911C 1912C 1913C 1914C 1915C 1916C 1917C 1919C 1920C 1921C 1922C 1923C 1924C 1925C 1928C 1931C 1933C 1935C 1940C 2508C 2513C 2515C )

Publié le 12 novembre 2018 par : Mme Descamps, Mme Auconie, M. Becht, M. Benoit, M. Bournazel, M. Guy Bricout, M. Christophe, Mme de La Raudière, M. Demilly, Mme Frédérique Dumas, M. Dunoyer, M. Gomès, M. Meyer Habib, M. Herth, M. Lagarde, M. Ledoux, M. Leroy, M. Naegelen, Mme Sage, Mme Sanquer, M. Vercamer, M. Zumkeller.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

Exposé sommaire :

En matière de santé, la France peut s'enorgueillir d'offrir à ses concitoyens une médecine à la fois accessible et de qualité. Dans le monde, notre pays est considéré comme une figure de proue de l'innovation dans le domaine des technologies médicales et est reconnu pour ses chercheurs de haut rang.

Pourtant, force est de constater qu'un segment de notre société, à savoir les enfants atteints de cancers et de maladies incurables, ne bénéficie que faiblement de cette renommée et de ce savoir-faire.

Selon l'Institut national du Cancer (INCa), 2 550 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chaque année chez les enfants (1 750) et les adolescents (800) en France. Le cancer pédiatrique constitue la première cause de décès par maladie chez l'enfant de plus de 1 an.

Les cancers pédiatriques les plus fréquemment diagnostiqués sont les leucémies (28,3 % des cas), les tumeurs du système nerveux central (24,9 % des cas) et les lymphomes (11,2 % des cas), ainsi que maintes tumeurs spécifiques à l'enfant, telles que les neuroblastomes, les néphroblastomes, les hépatoblastomes ou les tumeurs du tronc cérébral. Au total, ce sont plus d'une soixantaine de types de cancers pédiatriques qui sont recensés. La plupart, distincts de ceux de l'adulte du fait de leurs caractéristiques histopathologiques et biologiques, requièrent une recherche fondamentale spécifique.

Entre 1970 et le début des années 2000, certains enfants et adolescents atteints de cancers ont bénéficié de progrès réels, grâce à des protocoles thérapeutiques initialement développés pour traiter les cancers chez les adultes associant le plus souvent chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.

Ces progrès ont permis d'atteindre un taux de survie de 80 % à 5 ans après le diagnostic et de 72 % à 10 ans après le diagnostic avec toutefois une grande disparité selon le type de cancer. Le taux de survie peut être de 98 % pour certains types de rétinoblastomes (cancer de l'œil qui implique souvent l'ablation de l'organe), de 80 % pour certaines leucémies, et de l'ordre de l'infime en cas de tumeurs du tronc cérébral.

Malheureusement, on constate depuis quelques années que ces progrès ont atteint leurs limites ; le taux de survie stagne et les médecins sont toujours confrontés à des impasses thérapeutiques à l'image des tumeurs du tronc cérébral.

Selon les sources officielles, on estime que chaque année ce sont entre 450 et 500 enfants et adolescents qui décèdent du cancer en France, soit l'équivalent de 20 classes ; le nombre de décès est de 6 000 en Europe.

Même si beaucoup d'enfants survivent, une proportion d'entre eux souffrira de séquelles importantes (stérilité, surdité, atteintes cérébrales, etc.,) et présentera même le risque développer un deuxième cancer.

Face à cela, dans le cadre du Plan Cancer 2014‑2019 l'INCa a décidé de bâtir sa stratégie de recherche sur les cancers pédiatriques sur trois axes : « - Réaliser le séquençage complet du génome des tumeurs de l'enfant d'ici la fin du plan et rechercher de nouvelles cibles thérapeutiques ; -

Favoriser l'accès aux médicaments et la mise en place d'essais cliniques innovants chez les enfants, en s'appuyant sur un groupe coopérateur national rassemblant les hématologues et oncologues pédiatres, les chercheurs et associations de parents et une structuration territoriale de centres d'essais cliniques de phase précoce en pédiatrie (CLIP2). […] . L'INCa négocie avec les industries du médicament pour les inciter à proposer systématiquement leurs molécules chez l'enfant dans le cadre du programme CLIP2 ; - Soutenir au niveau européen, auprès de l'Agence européenne du médicament, la révision du règlement européen relatif aux médicaments à usage pédiatrique, afin de rendre la réglementation plus incitative pour les essais cliniques de nouvelles molécules. »

Avec les plans cancer, le nombre d'enfants inclus dans les essais cliniques institutionnels a considérablement augmenté. Ainsi, le nombre d'enfants inclus dans ces essais a presque triplé passant de 853 en 2007, à 2 443 en 2014. Toutefois, on observe que le nombre de décès sur la période n'a quasiment pas reculé.

Dans ces conditions, il est nécessaire de favoriser en amont le développement de projets de recherche fondamentale et translationnelle spécifiques aux cancers des enfants afin de comprendre les mécanismes moléculaires à l'origine de ces maladies. De tels programmes permettraient d'appréhender les spécificités des cancers touchant les enfants, de développer des thérapies plus efficaces et plus adaptées et de faciliter, pour certaines formes, la prévention.

Ces recherches pourraient même s'avérer directement utiles au traitement des pathologies de l'adulte, dans la mesure où, à l'inverse de ceux qui affectent les adultes, les cancers pédiatriques résultent beaucoup moins d'une accumulation de dérèglements génétiques indirects (qui interviennent tout au long d'une vie, par exemple du fait du tabac ou de l'alcool).

Toutefois, la mise en place de tels programmes a un coût. Or, pour l'heure les moyens financiers alloués à la recherche sur les cancers pédiatriques sont insuffisants.

Même si les chiffres varient d'une année à l'autre, on estime que l'INCa consacre environ 3 % de son budget annuel à la recherche sur les cancers de l'enfant et de l'adolescent. L'Agence nationale de la recherche (ANR), la Ligue nationale contre le cancer et l'Association de recherche contre le cancer (Arc) apportent également quelques financements, même si la plupart des appels à projets concernent les adultes. Le financement des grands groupes pharmaceutiques est quant à lui limité du fait d'un retour sur investissement plus faible en comparaison avec le développement de traitements pour des maladies plus fréquentes.

À cela s'ajoute le financement de différentes associations, souvent créées par des parents d'enfants décédés du cancer. Même si elles soutiennent certains projets de recherche, leurs moyens demeurent limités et n'ont pas vocation à suppléer l'État. Ces associations abattent déjà un travail colossal en améliorant quotidiennement le confort des enfants et de leurs familles au sein des services hospitaliers, en apportant une aide financière aux familles tout au long de la maladie, et, parfois, en épaulant les familles dans le paiement des obsèques.

À défaut de moyens suffisants, les chercheurs ne sont donc pas incités à s'intéresser à ces sujets et certains programmes de recherche ne sont tout simplement pas conduits.

Face à ce manque de réponses, beaucoup de parents, confrontés au désarroi des équipes médicales, recourent à des soins et à des solutions développées à l'étranger, avec toutes les conséquences financières et les inégalités sociales que cela implique.

Notre pays ne peut pas accepter l'idée que des cancers touchant autant d'enfants, et dont ils sont la première cause de mortalité par maladie, ne fassent même pas l'objet de recherche de traitements curatifs faute de rentabilité pour cette recherche.

Afin d'aller beaucoup plus vite dans l'amélioration de la prise en charge des enfants, afin d'abaisser la morbidité associée et de prévenir les séquelles, il est plus qu'urgent de mettre en place une politique volontariste se traduisant par un effort budgétaire pérenne alloué à la recherche sur les cancers pédiatriques.

Bien entendu, il ne s'agit pas de remettre en cause les programmes de financements actuels en direction des cancers des adultes ni ceux en place pour d'autres pathologies. Il ne s'agit pas non plus d'opposer les adultes et les enfants. Il s'agit tout simplement d'apporter au cancer pédiatrique une réponse appropriée et spécifique et de la stabilité à la recherche sur ces maladies rares.

Une telle politique permettrait à nos chercheurs et à nos cliniciens de mettre au point dans le domaine de la recherche de cancérologie pédiatrique des programmes d'excellence. Enfin, elle recentrerait nos chercheurs engagés, qui passent une grande partie de leur temps de travail à chercher des financements ou à mener des tâches administratives, sur le cœur de leur métier, à savoir la recherche scientifique.

S'il est compréhensible que la science n'ait pas encore trouvé de traitement à tel ou tel cancer. Il est en revanche inadmissible de constater que dans certains cas l'absence de résultats découle de la non-existence d'un programme de recherche dédié, faute d'un marché en perspectives ou d'un financement public.

Ces constats et attentes à la fois partagés par les familles et par les professionnels ont été corroborés à l'Assemblée nationale par le groupe d'études « Cancers pédiatriques », présidé de 2015 et 2017 par Mme Martine FAURE, ancienne députée de la Gironde. Les conclusions sont sans détour : une contribution destinée à financer la recherche contre les cancers touchant spécifiquement les enfants est nécessaire.

C'est l'objet du présent amendement qui vise à attribuer 20 millions d'euros de crédits supplémentaires vers l'action 15 « Recherches scientifiques et technologiques en sciences de la vie et de la santé » au sein du programme 172 « Recherches scientifiques et technologiques supplémentaires » en vue d'un effort ciblé de la recherche contre les cancers pédiatriques par les équipes de l'INCA.

Il réduit en conséquence d'autant les crédits de l'action 12 « Recherche dans le domaine des transports, de la construction et de l'aménagement » au sein du programme 190 « Recherche dans les domaines de l'énergie, du développement et de la mobilité durables ». Cette réduction a pour but de se conformer aux exigences de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) qui oblige, lorsque l'auteur d'un amendement souhaite augmenter les crédits d'un programme, à diminuer les crédits d'un autre programme d'autant. Il n'est pas envisagé de restreindre les moyens de la recherche dans le domaine de l'énergie et des mobilités, moyens que le gouvernement est de toute façon à même de compenser par une meilleure affectation de la TICPE appliquée sur les carburants.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion