Projet de loi de finances pour 2019 — Texte n° 1255

Amendement N° CF617C (Rejeté)

(864 amendements identiques : CD25C AE1C AE11C AE5C AE2C AE9C AE4C AE3C AC23C AC31C DN1C AC26C AC30C AC8C CL22C AC27C AC24C CE8C CF244C CL8C CL15C CL23C CL10C CE14C AC19C CE6C CL4C CF490C AC11C CE17C CL36C CL32C AE19C CL27C CL37C AE21C CE10C CL21C CE26C AC18C CF390C AC17C CL3C CF268C AE6C CF368C CL1C CL7C AE20C AE14C CE13C CF303C CE12C CF341C CF294C CE9C CE11C CE24C CE18C DN2C CF306C CF277C CD55C CE21C DN12C DN9C DN4C DN6C DN5C CF198C DN13C DN7C CE28C CE16C CF295C CF201C CF187C CF376C CF184C CF344C CF386C CF296C CF297C CF195C CE33C CF200C CF278C CF342C CF338C CF489C CF282C CF284C CF491C CF267C CF314C AE22C CF202C CF359C CL29C CL25C CF224C CF315C CF316C CF225C CL18C CF360C CF319C CL16C CF488C CL30C CF250C CF358C CL33C CF402C CL28C CF321C CL11C CF317C CF401C CL34C CF280C CF320C CF404C CF543C CL31C CF395C CL35C CL24C CF318C CL14C CL6C CL13C CL12C CF394C CF400C CL9C CL17C CF403C CF367C CF369C CF96C CF396C CF432C CF370C CF243C CF300C CF186C CF405C CF208C CF299C CF62C CF207C CF170C CF397C CF63C CF206C CF205C CF354C CF94C CF366C CF185C CF475C CF425C CF452C CF451C CF373C CF460C CF371C CF379C CF381C CF427C CF377C CF375C CF472C CF325C CF492C CF466C CF461C CF524C CF378C CF426C CF382C CF485C CF374C CF361C CF512C CF546C CF464C CF380C CF507C CF372C CF384C CF385C CF446C CF473C CF501C CF95C CL44C CF722C CF721C CF653C CF654C CL45C CL26C AS38C CF632C CF769C CF581C CF618C CF526C CF528C CF623C CF544C CF529C CF568C CF531C CF648C CF545C CF625C CF627C CF750C CF554C CF530C CF527C CF616C CF601C CF757C CF645C CF551C CF652C CF819C AS30C AS37C CF828C CF747C CF353C CF815C AS25C CF824C CF748C CF659C CF841C CF656C CF854C CF820C CF749C CF655C CF667C AS19C AS29C CF662C CF853C CF817C AS27C AS21C CF665C CF657C CF599C CF821C CF660C CF663C AS39C AS18C AS20C CF790C AS17C CF664C CF661C CF658C AS15C CF838C CF273C CF274C CD82C CE38C CD61C CD72C CD76C CF877C CD74C CD80C CD62C CD73C CD81C CD79C CD77C CE41C CD75C CE40C CD64C AS9C CF792C AS6C CF806C CF800C CF839C AS11C AS7C CF803C CF809C CF793C CF609C CF810C CF811C CF788C AS5C CF791C AS8C CF830C CF812C CF834C CF610C AS10C AS40C CF807C CF607C CF813C CD30C CF19C CD11C CD87C CD88C CD90C AC77C AC73C AC74C AC63C AC72C AC71C AC62C AC52C AC78C AC46C AC60C AC49C AC61C AC69C AC65C AC68C AC79C AC40C AC64C AC48C AC34C AC39C AC36C AC33C AC37C AC35C AC56C AC84C AC54C AC55C AC83C AC87C AC88C 4D 5D 6D 7D 8D 9D 10D 11D 12D 13D 14D 15D 16D 17D 18D 20D 21D 22D 23D 24D 25D 26D 27D 29D 53C 68C 70C 102C 108C 109C 133C 151C 156C 158C 163C 164C 165C 169C 181C 184C 185C 190C 192C 196C 197C 198C 203C 204C 206C 207C 208C 209C 210C 211C 212C 213C 214C 243C 245C 246C 247C 248C 249C 250C 251C 252C 253C 256C 257C 260C 261C 262C 263C 269C 270C 271C 272C 273C 274C 275C 276C 277C 278C 280C 281C 282C 283C 284C 286C 295C 297C 303C 304C 305C 307C 309C 310C 311C 312C 314C 318C 323C 324C 326C 327C 329C 330C 332C 333C 334C 335C 336C 337C 338C 339C 340C 341C 342C 343C 347C 348C 350C 375C 376C 377C 378C 379C 390C 391C 392C 393C 394C 395C 396C 399C 401C 406C 408C 409C 410C 417C 418C 423C 424C 428C 430C 437C 439C 458C 486C 488C 489C 490C 491C 492C 493C 494C 495C 497C 500C 503C 508C 516C 517C 521C 522C 526C 533C 534C 536C 537C 538C 540C 541C 543C 544C 546C 562C 568C 569C 570C 585C 586C 587C 588C 589C 590C 591C 592C 593C 594C 597C 598C 605C 608C 613C 614C 615C 616C 617C 618C 619C 620C 621C 623C 624C 625C 626C 628C 629C 631C 632C 634C 638C 660C 662C 665C 669C 672C 674C 675C 676C 677C 683C 684C 686C 687C 688C 696C 697C 698C 699C 700C 701C 702C 703C 710C 730C 732C 733C 736C 738C 739C 740C 741C 742C 747C 748C 774C 809C 813C 815C 816C 826C 830C 831C 832C 833C 834C 835C 840C 841C 843C 852C 853C 885C 886C 887C 888C 889C 890C 891C 892C 893C 894C 900C 911C 912C 932C 934C 949C 950C 951C 952C 953C 954C 955C 956C 957C 958C 960C 961C 964C 968C 973C 974C 975C 976C 977C 986C 988C 989C 990C 1019C 1023C 1025C 1026C 1027C 1030C 1031C 1035C 1055C 1057C 1058C 1059C 1062C 1070C 1089C 1090C 1093C 1096C 1097C 1112C 1117C 1128C 1130C 1135C 1163C 1164C 1166C 1171C 1186C 1187C 1196C 1206C 1223C 1225C 1230C 1231C 1232C 1233C 1234C 1235C 1255C 1256C 1257C 1260C 1261C 1268C 1301C 1302C 1303C 1316C 1317C 1318C 1323C 1324C 1325C 1327C 1328C 1330C 1355C 1379C 1380C 1382C 1383C 1384C 1386C 1388C 1406C 1407C 1408C 1418C 1426C 1429C 1435C 1437C 1441C 1443C 1446C 1449C 1450C 1451C 1452C 1453C 1454C 1458C 1464C 1465C 1466C 1468C 1469C 1473C 1479C 1480C 1481C 1482C 1483C 1489C 1490C 1491C 1498C 1503C 1514C 1543C 1544C 1590C 1592C 1595C 1596C 1597C 1598C 1641C 1650C 1653C 1655C 1674C 1675C 1676C 1677C 1680C 1685C 1687C 1688C 1689C 1690C 1691C 1692C 1693C 1710C 1718C 1719C 1727C 1757C 1767C 1774C 1775C 1776C 1783C 1784C 1785C 1786C 1787C 1789C 1790C 1791C 1792C 1793C 1794C 1796C 1797C 1798C 1799C 1814C 1816C 1817C 1825C 1826C 1831C 1832C 1833C 1835C 1836C 1837C 1859C 1860C 1862C 1868C 1874C 1883C 1890C 1892C 1895C 1896C 1897C 1898C 1899C 1901C 1902C 1904C 1905C 1906C 1907C 1909C 1910C 1911C 1912C 1913C 1914C 1915C 1916C 1917C 1919C 1920C 1921C 1922C 1923C 1924C 1925C 1928C 1931C 1932C 1933C 1935C 1940C 2508C 2513C 2515C )

Publié le 29 octobre 2018 par : Mme Pires Beaune, M. Jean-Louis Bricout, Mme Rabault, Mme Pau-Langevin, M. Juanico, Mme Manin, Mme Victory, Mme Tolmont, M. Aviragnet, Mme Bareigts, Mme Battistel, Mme Biémouret, M. Bouillon, M. Carvounas, M. Alain David, Mme Laurence Dumont, M. Faure, M. Garot, M. David Habib, M. Hutin, Mme Karamanli, M. Jérôme Lambert, M. Letchimy, M. Potier, M. Pueyo, M. Saulignac, Mme Untermaier, Mme Vainqueur-Christophe, M. Vallaud.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

Exposé sommaire :

Le présent amendement des députés du groupe Socialistes et apparentés vise à créer un nouveau programme budgétaire intitulé « Fonds pour l'innovation de rupture », doté de 250 millions d'euros par an. Ces crédits budgétaires pourraient être abondés par une fraction du produit des dividendes perçus par l'État au titre de ses participations dans le capital des entreprises dont il est actionnaire.

Cet amendement est une contre-proposition au projet du Gouvernement de créer un tel fonds mais qui serait, lui, alimenté par les intérêts du placement du produit de la cession du capital détenu par l'État dans Aéroports de Paris, la Française des jeux et Engie. En effet, le gouvernement entend céder plusieurs entreprises stratégiques pour un total de 9,6 milliards d'euros afin d'alimenter un fonds d'innovation de rupture à hauteur de 250 millions d'euros par an.

Or, à eux seuls, Aéroports de Paris et la Française des jeux ont généré pour 295,5 millions d'euros de dividendes pour l'État en 2017, un montant donc supérieur à la cible du Gouvernement.

Il s'agit donc d'un non-sens stratégique et économique.

Prenons la privatisation de la société Aéroports de Paris (ADP) par exemple. Il s'agit d'une entreprise stratégique qui gère notamment les trois grands aéroports franciliens, ainsi que dix autres aérodromes en Île-de-France et possède des participations dans les aéroports de Schipol et Istanbul notamment.

Comme en témoignent les rapports financiers de la société et l'étude d'impact du projet de loi relatif à la croissance et à la transformation des entreprises (PACTE), ADP est une société florissante qui a connu une augmentation annuelle moyenne de 3,8 % de ses revenus et de 10 % de son résultat net part du groupe sur les dix dernières années. D'août 2013 à août 2018, en cinq ans, le cours du titre ADP est passé de 74 euros à 193 euros soit une progression de 161 %. Le titre a notamment été porté par l'évolution du cours du pétrole et la croissance du trafic aérien mondial.

ADP dispose, avec l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, du deuxième hub européen après Londres-Heathrow en nombre de passagers avec 69,5 millions de passagers en 2017. Comparativement à ses concurrents européens, l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle dispose d'une capacité de développement importante. En effet, là où son concurrent londonien voit le projet de construction d'une troisième piste rencontrer une forte contestation populaire, y compris du maire de Londres, l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle dispose d'ores et déjà de quatre pistes et a engagé la construction d'un Terminal 4 qui permettra à l'horizon 2023‑2024 d'augmenter de 10 millions de passagers sa capacité actuelle et, à terme, de porter celle de l'aéroport à 120 millions de passagers en en faisant le premier aéroport européen. À l'horizon 2030, les développements du CDG Express et de la ligne 17 du métro du Grand Paris renforceront la desserte et l'attractivité de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Dans le même temps, l'aéroport d'Orly connaît également des évolutions importantes portées par le Projet Cœur d'Orly qui prévoit 15 hectares de quartier d'affaires international et une plateforme multimodale faisant arriver deux lignes du métro du Grand Paris et le TGV au cœur de l'aéroport. Dans le même temps, la réalisation d'un bâtiment de liaison entre les deux actuels terminaux permettra une modernisation importante de l'aéroport et une augmentation de sa capacité de 3,5 millions de passagers.

Ainsi, les actifs du groupe ADP connaissent un développement important qui permettra à celui-ci de positionner Paris comme le premier hub européen. Alors que l'IATA évalue à 7,2 milliards le nombre de passagers qui voyageront en avion en 2035, soit près du double des 3,8 milliards de voyageurs aériens enregistrés en 2016, il s'agit d'un enjeu économique et touristique majeur pour notre pays.

Au regard de la dimension stratégique de ces infrastructures et des perspectives d'évolution du trafic aérien, le groupe Socialistes et apparentés considère que l'État doit conserver la maitrise de cet outil majeur.

Sur la base du résultat net 2017 et de la politique de versement des dividendes de l'entreprise, l'État percevra en 2018 du seul groupe ADP pour 173 millions d'euros de dividendes. Avec une progression moyenne de 10 % du résultat net observée sur les dix dernières années, on constate que d'ici cinq ans les seuls dividendes d'ADP pourraient financer ce fonds. Il suffirait donc au Gouvernement de flécher la totalité des dividendes perçus d'ADP et d'autres entreprises que l'État souhaite privatiser sur ce fonds pour répondre à son objectif tout en conservant la maitrise stratégique de ces entreprises.

Il est donc incompréhensible que le Gouvernement privilégie l'option d'une vague de privatisations plutôt que celui d'une optimisation des dividendes actuellement perçus au regard de leur produit.

Comme pour le groupe ADP, le Gouvernement entend également privatiser la Française des jeux dans la même optique.

Au-delà des arguments déjà avancés sur l'inefficacité économique de l'opération, il convient de souligner la particularité de l'activité du jeu physique et en ligne, qui comporte une forte dimension de santé publique.

Si la puissance publique est en capacité de trouver un équilibre entre la lutte contre les addictions et la protection des joueurs d'une part et l'optimisation du produit des jeux d'autre part, une société privée n'aura pas les mêmes exigences et ne supportera pas les dépenses sociales liées aux addictions et au surendettement.

La Française des jeux n'est pas une entreprise comme les autres, le jeu n'est pas une marchandise comme les autres.

En France, la pratique du jeux s'intensifie : les joueurs - au total, 56 % des Français - jouent plus souvent et misent davantage pour des enjeux atteignant 45 milliards d'euros par an. Les dépenses de jeu d'argent sont passées de 168 euros par an et par habitant en 2009 à 193 euros en 2016.

En matière d'addiction, le nombre de joueurs excessifs reste stable depuis cinq ans (0,5 % de la population), mais le nombre de joueurs à risque modéré a été multiplié par 2,5 sur la même période : le problème touche 1 million de personnes.

Selon l'Observatoire des Jeux, les jeux de loterie contribuent très significativement à l'ensemble du jeu problématique. La part attribuable aux jeux de loterie est de 38 % pour les joueurs excessifs et de 56 % en ce qui concerne les joueurs à risque. Les pratiques de jeux d'argent des mineurs - soit un jeune de 15 à 17 ans sur trois en 2014 - sont essentiellement concentrées sur les jeux offerts par la Française des jeux. L'addiction aux jeux de loterie touche plus fortement des milieux fragiles sur le plan social et culturel.

Christophe Blanchard-Dignac, ancien Président de la FdJ, estimait qu'il était parfois difficile d'arbitrer entre les résultats de l'entreprise et la responsabilité sociale de l'entreprise. C'est cette responsabilité qui l'avait conduit à supprimer le jeu Rapido, considéré comme trop addictif, en 2014.

Qu'en sera-t-il avec un actionnariat privé ? Que pèsera la défense du jeu responsable par les dirigeants de la FdJ face à la tentation des actionnaires de maximiser leurs dividendes ?

La progression de 1 % du chiffre d'affaires de la FdJ génère à minima 1000 joueurs pathologiques et 6500 joueurs à risque de plus et en conséquence un coût social très important : chômage, divorces, dégradation de l'état de santé, surendettement, dépressions, suicides...

Les jeux de la FdJ génèrent 60 % du problème de jeu problématique en France. On peut estimer à 900 millions d'euros les seuls coûts directs sur le budget de l'État et à 8,7 milliards d'euros l'ensemble des coûts économiques et sociaux liés aux pratiques problématiques des jeux offerts par la FdJ.

Outre une fondation qui mène de nombreuses actions (handisport, bourses pour les sportifs de haut niveau, reconversion...) et le soutien à une équipe professionnelle de cyclisme avec Groupama, la FDJ est le premier contributeur du sport pour tous dans notre pays : un effort à hauteur de 80 % des ressources financières du Centre National de Développement du Sport, via les prélèvements sur ses jeux de loterie, de grattage et de paris sportif.

Mais ces taxes affectées ont été ramenées par le Gouvernement, pour la seule FdJ, de 220 millions d'euros en 2017 à 93 millions d'euros en 2018. Ce « coup de rabot » sans précédent laisse craindre un désengagement de la FdJ dans le financement du sport.

De fortes interrogations existent également quant au devenir des missions d'intérêt général face à un actionnaire privé dont la priorité sera - et c'est compréhensible - un recentrage sur les jeux les plus lucratifs pour améliorer la rentabilité du groupe.

Huit ans après la loi du 12 mai 2010 sur l'ouverture à la concurrence des jeux en ligne, une réforme de la régulation des jeux d'argent et de hasard s'impose, ne serait-ce qu'en raison de la rapidité des évolutions technologiques affectant le secteur.

Le 21 février, Gérald Darmanin a indiqué à la représentation nationale qu'il souhaitait « suggérer à M. le Premier ministre le dépôt d'un projet de loi au cours des prochains mois – en tout état de cause au cours du quinquennat –, visant à mettre à jour notre arsenal législatif ». Le ministre demande donc d'attendre en ce qui concerne la régulation des jeux d'argent et s'apprête, en même temps, à mettre « la charrue avant les bœufs » en privatisant dans la précipitation la FdJ : il y a là une incohérence majeure de calendrier.

Le comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques de l'Assemblée nationale a souhaité proposer une modernisation de la régulation des jeux d'argent et de hasard, notamment par la mise en place d'une régulation unique qui serait confiée à une autorité indépendante. En tout état de cause, la modernisation de la régulation est un préalable à toute éventuelle modification du capital de la Française des Jeux.

Le secteur des jeux d'argent et de hasard n'est pas un secteur comme les autres. La FdJ vend un produit, le jeu d'argent, lui-même dangereux. C'est pourquoi il apparaît hasardeux de vouloir modifier à la va-vite, sans véritable réflexion ni concertation, le capital de la FdJ, un acteur qui représente près de la moitié des dépenses des Français en matière de jeux d'argent et plus de la moitié des taxes que l'État prélève sur ces jeux.

La prévention et le respect de l'interdiction du jeu des mineurs, la lutte contre les addictions - à l'image du formidable travail du Centre Marmottan -, la lutte contre le blanchiment d'argent sale : toutes ces missions d'intérêt public ne doivent pas être bradées.

Afin de prévenir une future bombe sociale et de prendre le temps d'une remise à plat de notre arsenal législatif et réglementaire, il apparaît essentiel que la Française des Jeux demeure sous le contrôle de l'État.

Ainsi, comme nous l'avons souligné tout au long du débat sur le projet de loi relatif à la croissance et à la transformation des entreprises (PACTE), le total des dividendes perçus par l'État au titre de ses participations dans ces entreprises est déjà amplement suffisant pour financer annuellement ce fonds à hauteur des 250 millions d'euros prévus par le Gouvernement. Notre groupe considère donc qu'il convient de financer ce fonds par la mobilisation annuelle d'une partie des dividendes perçus par l'État.

Afin de permettre la recevabilité financière du présent amendement au titre de l'article 40 de la constitution, il est proposé de créer un nouveau programme intitulé « Fonds pour l'innovation de rupture », constitué d'une action unique 01 - Fonds pour l'innovation de rupture, abondé par une diminution à due concurrence de l'action 15 du programme 190 « Recherche dans les domaines de l'énergie, du développement et de de la mobilité durables ». Cependant, afin de ne pas pénaliser les moyens du CEA et des énergies alternatives, il conviendrait que le gouvernement lève le gage sur cet amendement.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion