Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 — Texte n° 1297

Amendement N° 762 (Rejeté)

Publié le 25 octobre 2018 par : M. Dharréville, M. Bruneel, Mme Bello, M. Brotherson, Mme Buffet, M. Chassaigne, M. Dufrègne, Mme Faucillon, M. Jumel, Mme Kéclard-Mondésir, M. Lecoq, M. Nilor, M. Peu, M. Fabien Roussel, M. Serville, M. Wulfranc.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Supprimer les alinéas 18 à 29.

Exposé sommaire :

L'article 50 met en œuvre le changement des règles de calcul des prestations sociales en commençant par les APL.

Dès avril 2019, le mode de calcul des APL est modifié. Désormais, celles-ci seront en calculées sur la base des revenus en cours, et non plus sur la base des revenus perçus deux ans auparavant.

Présentée comme une mesure de simplification et de lutte contre le non-recours aux droits, cette disposition est avant tout une mesure budgétaire. Elle engendrera 900 millions d'euros d'économies, ce qui fera inévitablement des perdants parmi les allocataires.

En outre, cette réforme induit une instabilité plus grande dans le versement des prestations du fait de leur réactualisation mensuelle, ce qui peut être préjudiciable pour les ménages modestes dont les revenus sont moins réguliers.

C'est pourquoi nous demandons la suppression de ces dispositions.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion