Projet de loi de finances rectificative pour 2018 — Texte n° 1371

Amendement N° 479 (Rejeté)

(3 amendements identiques : CF12 52 223 )

Publié le 12 novembre 2018 par : M. Fabien Roussel, M. Dufrègne, M. Wulfranc, Mme Bello, M. Brotherson, M. Bruneel, Mme Buffet, M. Chassaigne, M. Dharréville, Mme Faucillon, M. Jumel, Mme Kéclard-Mondésir, M. Lecoq, M. Nilor, M. Peu, M. Serville.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Supprimer cet article.

Exposé sommaire :

Le présent article acte une baisse radicale des plafonds d'emplois. S'appuyant sur la loi de programmation des finances publiques 2018-2022 pour ce faire, le Gouvernement nous propose ainsi de réduire les plafonds d'emplois autorisés de plus de 10 800 équivalents temps plein.

Principaux Ministères concernés : l'éducation nationale (- 3 266 ETP), l'armée (- 3 327 ETP), les finances publiques (- 1 472 ETP) mais aussi l'écologie (- 477 ETP).

Il est vrai que ces emplois n'étaient pas consommés à l'heure actuelle. Pour autant, en réduisant de manière aussi drastique les plafonds d'emplois, on réduit les marges de manœuvre pour embaucher dans le futur. Cela revient donc à contraindre nos politiques publiques dans leur développement. Les auteurs de l'amendement s'y opposent avec force.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion