⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Pour une école de la confiance — Texte n° 1629

Sous-Amendement N° 1148 à l'amendement N° 1022 (Rejeté)

Publié le 13 février 2019 par : M. Le Fur.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

« Après le mot :
« étrangères »

insérer les mots :

« et de langues anciennes ».

Exposé sommaire :

Selon les informations actuellement disponibles le Ministère envisage d'inclure désormais les langues de France dans un enseignement de spécialité de « langues, littératures et cultures étrangères et régionales », alors que, dans le que le projet initial de la réforme du lycée actuellement en préparation, seules les langues étrangères et les langues de l'antiquité bénéficiaient de ce statut.

La réforme distingue :

◾les enseignements communs dont la langue vivante A et B, la langue régionale ne pouvant être que langue B,

◾les enseignements de spécialité, dont les langues régionales étaient exclues jusqu'à présent,

◾et des enseignements facultatifs, dévalorisés, dont une possibilité de langue vivante C, langue régionale.

Les langues régionales sont soumises, à chacun de ces 3 niveaux, à une rude concurrence entre options possibles.

Dans la mesure où une bonne partie des lycéens qui suivent un enseignement en langues régionale le font actuellement sous le régime d'une des deux options facultatives possibles, cette réforme pose un certain nombre de problèmes à savoir :

◾le calcul de la valeur de ces enseignements dans la note finale au baccalauréat montre que, contrairement à ce que dit le ministère, il y a régression par rapport à la situation antérieure, ce qui enlève à nos enseignements une bonne partie de leur attractivité, et les menace donc directement, en amont.

◾une mise en concurrence plus forte qu'auparavant notamment avec les langues étrangères

◾une mise en concurrence avec les langues et cultures de l'Antiquité qui bénéficient d'un statut privilégié, aussi bien en matière de coefficient que du fait qu'elles constituent non seulement une spécialité spécifique mais encore la seule seconde option possible cumulable avec une autre et la seule bonifiante.

Pour limiter cette concurrence et permettre au contraire des complémentarités, il est indispensable que la spécialité qui est en cours de création soit, comme celle déjà créée pour les langues anciennes, spécifique, avec la dénomination « langues, littératures et cultures régionales ». Si ce n'était pas le cas, ce qui serait très regrettable, et si les langues régionales restaient, comme dans le projet initial, intégrées dans une spécialité « langues, littératures et cultures étrangères et régionales » il conviendrait pour le moins qu'il soit possible de prendre la langue régionale en spécialité sans se priver de la deuxième langue étrangère en LVB.

C'est pourquoi, le présent sous-amendement vise à compléter l'amendement n° 1022 afin d'éviter une mise en concurrence entre les langues étrangères, les langues anciennes et les langues régionales.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion