⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Taxe sur les services numériques — Texte n° 1737

Amendement N° CE6 (Non soutenu)

Publié le 25 mars 2019 par : M. Jumel, M. Bruneel, Mme Bello, M. Brotherson, Mme Buffet, M. Chassaigne, M. Dharréville, M. Dufrègne, Mme Faucillon, Mme Kéclard-Mondésir, M. Lecoq, M. Nilor, M. Peu, M. Fabien Roussel, M. Serville, M. Wulfranc.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

À la fin de l’alinéa 33, substituer au taux :

« 3 % »,

le taux :

« 6 % ».

Exposé sommaire :

Le présent article vise à porter le taux de la taxe sur les services numériques de 3 % à 6 %.

Les impôts acquittés par les entreprises concernées sont à l’évidence en inadéquation avec la réalité de leurs activités économiques. En l’état, le projet de loi ne rééquilibre aucunement ce problème démocratique majeur. En effet, le montant de contribution additionnelle prévue par le projet de loi demeure largement en deçà des capacités contributives des entreprises concernées.

Compte tenu des enjeux fiscaux et économiques contemporains, notamment du manque à gagner causé par les pratiques de fraude, d’optimisation et d’évasion fiscales, les 500 millions d’euros de rendement attendus demeurent largement insuffisants.

En doublant le taux prévu, l’ambition de cet amendement, au demeurant assez modeste, est de porter le produit à 1 milliard d’euros à l’horizon 2020 et ainsi contribuer davantage à la justice fiscale entre entreprises du numérique et TPE et PME.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion