⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Organisation et transformation du système de santé — Texte n° 1767

Amendement N° 804 (Non soutenu)

(14 amendements identiques : 49 211 247 506 594 723 747 776 1157 1173 1274 1447 1873 1918 )

Publié le 20 mars 2019 par : M. Hammouche, M. Fuchs, Mme Gallerneau, M. Mathiasin, Mme Benin, M. Berta.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

L'article L. 1110‑1‑1 du code de la santé publique est ainsi modifié :

1° Après le mot : « handicapées, », la fin est ainsi rédigée : « l'annonce du handicap, le rôle des aidants et leur impact sur la santé. » ;

2° Il est ajouté un alinéa ainsi rédigé :

« Un décret précise les modalités d'application du présent article pour chaque formation initiale et continue des professionnels de santé et du secteur médico-social. »

Exposé sommaire :

Cet amendement complète la formation initiale et continue des professionnels de santé relative au handicap par un volet traitant de la santé des aidants.

La loi de 2005 avait introduit une obligation de formation spécifique au handicap considérant que la formation des professionnels de santé et du médico-social était une condition sine qua non d'une pratique du soin plus respectueuse des personnes handicapées et d'une meilleure prise en compte de leurs difficultés d'accès aux soins et plus largement dans leur vie quotidienne. Toutefois, cette disposition reste peu appliquée.

Par ailleurs, les aidants, qui sont aujourd'hui plus de huit millions, non professionnels, bien souvent familiaux, sont de plus en plus sollicités. Il importe en conséquence que les professionnels de santé et du médico-social soient parfaitement sensibilisés aux signes de fragilité physique et psychique des aidants pour mieux appréhender leur situation et leurs besoins. Ils doivent également être en capacité de reconnaître l'expertise des aidants afin de mieux dialoguer avec eux et agir en partenariat pour le bien-être et la santé de la personne handicapée.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion