⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Projet de loi de finances pour 2020 — Texte n° 2272

Amendement N° 487C (Rejeté)

(1 amendement identique : 486C )

Publié le 24 octobre 2019 par : Mme Ménard.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes+-
Formations supérieures et recherche universitaire00
Vie étudiante00
Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires05 000 000
Recherche spatiale00
Recherche dans les domaines de l'énergie, du développement et de la mobilité durables00
Recherche et enseignement supérieur en matière économique et industrielle00
Recherche duale (civile et militaire)00
Recherche culturelle et culture scientifique00
Enseignement supérieur et recherche agricoles00
TOTAUX05 000 000
SOLDE-5 000 000

Exposé sommaire :

Supprimer 5 000 000 euros de l’action 17 « Recherches scientifiques et technologiques dans le domaine de l’énergie » du programme 172 « Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires ».

Il s’agit d’un amendement d’appel.

S’il est évident que la recherche sur les énergies alternatives est une priorité en vue des enjeux climatiques que nous connaissons, il convient de ne pas se tromper de cible notamment avec l’énergie éolienne.

Déjà l’année dernière, deux défenseurs de notre patrimoine et de nos paysages, Pierre Dumont et Denis de Kergorlay, avaient tiré la sonnette d’alarme face à une politique qui voudrait faire de l’éolien la voie idéale qui nous conduira à consommer une énergie propre et abondante.

Tous deux sont très clairs, le prix à payer est exorbitant car il implique de fragiliser à la fois notre culture, notre santé, nos finances publiques et même notre environnement.

Fort de ce constat, il convient de revenir à une politique plus responsable qui encourage la recherche vers des énergies véritablement propres et protectrices de notre planète.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion