⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Projet de loi de finances pour 2020 — Texte n° 2272

Amendement N° 729C (Rejeté)

Publié le 25 octobre 2019 par : Mme Ménard.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes+-
Enseignement scolaire public du premier degré00
Enseignement scolaire public du second degré00
Vie de l'élève4 000 0000
Enseignement privé du premier et du second degrés00
Soutien de la politique de l'éducation nationale04 000 000
Enseignement technique agricole00
TOTAUX4 000 0004 000 000
SOLDE0

Exposé sommaire :

Transférer 4 000 000 euros du programme 214 « Soutien de la politique de l’éducation nationale » à l’action 01 « Pilotage et mise en œuvre des politiques éducatives » vers le programme 230 « Vie de l’élève » à l’action « vie scolaire et éducation à la responsabilité ».

Le 30 septembre 2019, à Agde, une professeur d’école dans le bureau du directeur de l’école Jules-Verne était victime d’une violente agression physique et psychologique avec de nombreuses menaces de mort.

La Fédération des autonomes de solidarité laïque (FAS), qui agit pour la protection des personnels de l’éducation et la prévention des risques liés à leurs métiers, a sorti son baromètre du climat scolaire annuel au premier trimestre 2019. Ainsi, à partir du nombre de dossiers de protection juridique ouverts sur l’année 2017‑2018, soit quelques 4 900 dossiers, la FAS a pu constater que le nombre d’incidents dénoncés par les enseignants avait augmenté de 7 % par rapport à l’année précédente. Les deux tiers relèvent de la diffamation, des insultes et des menaces mais les agressions physiques représentent tout de même 6 % des dossiers. Les personnels les plus visés par ces violences physiques et verbales sont les enseignants et, dans 55 % des cas, ce sont les responsables légaux des enfants qui sont les agresseurs.

Face à un climat scolaire de plus en plus violent, il convient au contraire de donner aux établissements tous les moyens nécessaires pour rétablir une atmosphère sereine.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion