⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022 - projet de loi de finances pour 2018 — Texte n° 235

Amendement N° 163A (Rejeté)

Publié le 17 octobre 2017 par : Mme Ménard.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

À la fin, substituer au montant :

« 20 212 000 000 € »

le montant :

« 19 000 000 000 € ».

Exposé sommaire :

Le gouvernement veut prélever 20,2 milliards d'euros sur les contribuables Français, en vue de participer au budget de l'Union Européenne.

En 2015, la France a versé à l'UE 19 milliards d'euros et n'a bénéficié que d'un « retour » de 14,5 milliards d'euros. La France a donc financé l'UE avec une « perte » de 4,5 milliards d'euros. Peut-on considérer dans un contexte économique difficile pour chacun des Français qu'investir 20 milliards, pour 2018, de notre budget pour l'UE est légitime ?

On peut d'autant plus s'interroger sur le montant de cette somme qu'elle intègre, par exemple, 68 millions d'euros promis à la Turquie pour les émigrés syriens. Une aide promise dans le cadre du protocole de Berlin. Cette somme est versée alors qu'aucun contrôle ne peut être exercé sur l'utilisation qui en est faite, le régime du Président Erdogan faisant preuve, chaque jour, d'un autoritarisme croissant.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion