Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022 - projet de loi de finances pour 2018 — Texte n° 235

Amendement N° 174C (Tombe)

Publié le 31 octobre 2017 par : Mme Magnier, M. Charles de Courson, M. Christophe, M. Becht, M. Demilly, Mme Firmin Le Bodo, M. Naegelen, M. Vercamer, Mme Descamps, M. Meyer Habib, M. Ledoux, Mme Auconie, M. Philippe Vigier, M. Leroy, M. Pancher, M. Morel-À-L'Huissier, M. Benoit, M. Guy Bricout.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Après l'alinéa 7, insérer l'alinéa suivant :

« Les conventions conclues en application de l'article L. 411‑8 prévoient les compensations liées aux pertes financières consécutives au premier alinéa du présent article. »

Exposé sommaire :

En l'état, l'article 52 pourrait mettre à mal les capacités d'investissement (entretien notamment) de certains organismes bailleurs.

Les organismes d'habitation à loyer modéré qui ont joué le jeu et investi régulièrement pour la qualité de l'habitat ne disposent pas d'une trésorerie illimitée et vont donc subir la réduction de loyer qui leur sera imposée.

Plutôt que d'imposer des décisions centralisées, l'État doit contractualiser avec les bailleurs sociaux et leur donner un cap. Mais surtout, l'État doit s'engager également sur la garantie des moyens alloués aux bailleurs vertueux et faire peser le poids des réformes sur ceux qui n'auraient pas totalement assumé leur mission d'acteur du logement.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion