⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Protection des victimes de violences conjugales — Texte n° 2587

Amendement N° 5 (Irrecevable)

(8 amendements identiques : 13 68 78 121 129 133 153 193 )

Publié le 28 janvier 2020 par : Mme Ménard.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Texte de loi N° 2587

Après l'article 11

Cet amendement a été déclaré irrecevable après diffusion en application de l'article 98 du règlement de l'Assemblée nationale.

Exposé sommaire :

« Selon une enquête Ipsos, réalisée notamment pour le Fonds actions addictions et datant de juin 2018, un jeune de 14 à 24 ans sur cinq, soit 21 %, dit regarder de la pornographie au moins une fois par semaine (15 % chez les 14‑17 ans), 9 % une fois par jour et 5 % plusieurs fois par jour ».

La pornographie est donc une addiction pour près d’un quart des mineurs en France.

En juillet 2019, le Gouvernement annonçait vouloir lutter contre la pornographie, notamment en imposant la signature d’une charte de prévention de l’exposition des enfants à la pornographie à différents acteurs d’internet.

Si cette mesure va dans le bon sens, il faut aller plus loin et considérer la pornographie comme une addiction. De cette manière, une véritable politique de santé publique pourra être financée.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion