⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Projet de loi de finances pour 2021 — Texte n° 3360

Amendement N° 1775C (Non soutenu)

Publié le 28 octobre 2020 par : M. Zulesi.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes+-
Hébergement, parcours vers le logement et insertion des personnes vulnérables00
Aide à l'accès au logement00
Urbanisme, territoires et amélioration de l'habitat00
Impulsion et coordination de la politique d'aménagement du territoire00
Politique de la ville0100 000 000
Interventions territoriales de l'État00
Fonds de solidarité territoriale(ligne nouvelle)100 000 0000
TOTAUX100 000 000100 000 000
SOLDE0

Exposé sommaire :

La crise sanitaire a démontré à de nombreux égards la capacité de réaction et d'adaptation des collectivités locales, Régions et EPCI, confirmant qu'il ne peut y avoir de monopole de l'action publique. Il convient aujourd’hui de simplifier la prise de décision, de lever des blocages réglementaires ou législatifs souvent bien identifiés. Face au changement rapide des technologies, des usages et des besoins il convient d’encourager des adaptations locales à la norme. A l’Etat de fixer le cadre et de contrôler le respect des règles, aux collectivités d’expérimenter sur le terrain et de valider par l’usage leurs choix.

Les mobilités, l’urbanisme, la protection de l’environnement et de la biodiversité sont autant de domaines qui pourraient utilement faire l’objet d’adaptations et de spécificités à un échelon pertinent : bloc communal, EPCI, Régions…

Telles sont les conclusions de la démarche France Mobilités, pilotés par le Ministère des transports, dans un rapport rendu au Ministre le 29 juillet 2020. Dans ses recommandations France Mobilités préconise ainsi la création d'un fonds de solidarité territorial. Ce fonds pourrait être alimenté par des ressources de l’État, des Régions et même des fonds européens, permettant la mise en œuvre d’actions concrètes et ciblées pour réduire les inégalités territoriales. Cet amendement vient concrétiser sous forme d'amendement la recommandation de France Mobilités.

La création de ce fonds permettrait d'accompagner le droit à l'adaptation et à la différenciation, annoncé par le projet de loi "3D" à venir, par des ressources dédiées au soutien à l'ingénierie territoriale, au développement de projets cohérents et solidaires dans les territoires, en concertation avec les élus locaux et les collectivités.

L’État remplirait ainsi son rôle de partenaire des collectivités en les accompagnant, en les responsabilisant et en organisant avec elles la subsidiarité, à savoir l’intervention du pouvoir public à la bonne échelle au service des citoyens.

Afin de respecter les règles de recevabilité financière, cet amendement :

  • crée un nouveau programme intitulé « Fonds de solidarité territoriale » au sein de la mission budgétaire « Cohésion des territoires » composé d’une action intitulée « Fonds de solidarité territoriale » dotée de 100 millions d’euros d’autorisations d’engagement et de crédits de paiement ;
  • annule 100 millions d'euros d'autorisations d'engagement et de crédits de paiement sur l'action 01 « Actions territorialisées et Dispositifs spécifiques de la politique de la ville » du programme 147 « Politique de la ville ».

Le gouvernement est évidemment invité à lever le gage.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion