⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Projet de loi de finances pour 2021 — Texte n° 3360

Amendement N° 3001C (Adopté)

Publié le 5 novembre 2020 par : Mme Park, M. Saint-Martin.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes+-
Infrastructures et services de transports00
Affaires maritimes00
Paysages, eau et biodiversité00
Expertise, information géographique et météorologie0121 000
Prévention des risques00
Énergie, climat et après-mines00
Service public de l'énergie00
Conduite et pilotage des politiques de l'écologie, du développement et de la mobilité durables121 0000
dont titre 2121 0000
Charge de la dette de SNCF Réseau reprise par l'État (crédits évaluatifs)00
TOTAUX121 000121 000
SOLDE0

Exposé sommaire :

Le projet de loi de finances pour 2021 prévoit de réduire les emplois de l'Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires (ACNUSA) de 12 à 11 ETPT.

Cette baisse de plafond intervient alors que les missions de l'autorité se renforcent d'une part pour le contrôle des émissions atmosphériques (qualité de l'air et climat) et, d'autre part, sous l'effet d'une augmentation du nombre des aéroports placés sous son contrôle.

Si le niveau du trafic aérien est temporairement réduit, il reprendra à moyen terme et la lutte contre les nuisances sonores doit rester une priorité pour améliorer les conditions de vie au quotidien des milliers de personnes qui habitent à proximité des aéroports. En outre, la protection de la qualité de l'air et la réduction de la pollution atmosphérique, qui font partie des missions de l'ACNUSA, contribuent à la lutte contre le changement climatique.

Par ailleurs, le nombre de plateformes sur lesquelles l'ACNUSA exerce son pouvoir de contrôle et de sanction est en augmentation, avec l'ajout de l'aéroport de Lille en 2019 et l'ajout prévu de l'aéroport de Montpellier, retardé par la crise sanitaire.

Compte tenu de la contrainte budgétaire, on peut admettre que le budget et les emplois de l'ACNUSA n'augmentent pas en 2021, comme l'autorité en avait fait la demande. Néanmoins, il est indispensable de conserver les moyens de l’ACNUSA au moins à leur niveau de 2020.

Cet amendement propose d'affecter 121 000 euros supplémentaires en titre 2, correspondant au financement d'un ETPT supplémentaire, au budget de l'ACNUSA, inscrit sur l'action 26 du programme 217 Conduite et pilotage des politiques de l'écologie, du développement et de la mobilité durables.

En conséquence, les crédits de l'action 10 Gouvernance, évaluation, études et prospective en matière de développement durable du programme 159 Expertise, information géographique et météorologique sont diminués à due concurrence. Il s'agit de réduire les dépenses non indispensables du Commissariat général au développement durable (CGDD), notamment les frais de communication et de valorisation des connaissances, sans nuire aux missions stratégiques du CGDD, dont le budget s'élève à 15,36 millions d'euros en 2021, en hausse de 10,6 % par rapport à 2020.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion