⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Projet de loi de finances pour 2021 — Texte n° 3360

Amendement N° 393C (Rejeté)

Publié le 20 octobre 2020 par : M. Pupponi, M. Acquaviva, M. Castellani, M. Colombani, M. Charles de Courson, Mme Dubié, Mme Frédérique Dumas, M. Molac, M. Pancher, Mme Pinel.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes+-
Écologie0200 000 000
Compétitivité00
Cohésion200 000 0000
TOTAUX200 000 000200 000 000
SOLDE0

Exposé sommaire :

La crise économique faisant suite à l’épidémie du Covid-19 produit d’ores et déjà ses effets en faisant basculer un nombre croissant de personnes dans la précarité. Le nombre des allocataires du RSA, les impayés de loyers et la distribution de repas sont en forte et inquiétante progression.

Le dispositif de chômage partiel a constitué un filet de sécurité nécessaire pour beaucoup de salariés. Pour autant, force est de constater que les titulaires d’emplois précaires, intérim, CDD, qui ont vu leurs contrats ne pas être reconduits, se sont retrouvés au chômage, alors qu’ils n’avaient parfois pas assez cotisé pour bénéficier d’une allocation, sont totalement écartés dans les mesures économiques.

Aussi, la crise du Covid-19 a paupérisé une partie de la population française, chaque jour plus dépendante des réseaux de solidarité. Les associations et les structures d’accueil, toutefois, ne bénéficient que de 200 millions d’euros dans ce plan de relance, ce qui nous semble insuffisant.

C'est pourquoi cet amendement vise à augmenter de 200 millions le soutien exceptionnel aux associations afin de lutter contre la précarité.

Cette mesure est gagée par la diminution à due concurrence des crédits de l’action 8 du programmes 362. Le groupe Libertés et Territoires, convaincu d'une nécessaire transition écologique espère que le Gouvernement, lèvera ce gage.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion