⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Projet de loi de finances pour 2021 — Texte n° 3360

Amendement N° 488C (Rejeté)

Publié le 21 octobre 2020 par : M. Pupponi, M. Acquaviva, M. Castellani, M. Colombani, Mme Dubié, Mme Frédérique Dumas, M. Molac, M. Pancher, Mme Pinel.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes+-
Écologie0500 000 000
Compétitivité00
Cohésion00
Fonds de relance pour les entreprises corses(ligne nouvelle)500 000 0000
TOTAUX500 000 000500 000 000
SOLDE0

Exposé sommaire :

Cet amendement vise à créer un fonds de solidarité, spécifiquement, pour les entreprises corses, ces dernières étant particulièrement impactées par la crise du Covid 19. Cette aide peut s’ajouter à d’autres mesures de soutien : remises d’impôts directs, maintien de l’emploi dans les entreprises dans le cadre de l’activité partielle, mesures d’étalement fiscal et social, prêts de trésorerie garantis par BPI France, mais également aides financières du fonds de solidarité national. Elle permettra aux entreprises corses de faire face à leurs charges fixes : les loyers ou le remboursement des emprunts par exemple.

La création d’un fonds de solidarité spécifique pour les entreprises corses se justifie car l’île est très dépendante du tourisme. Or, ce secteur compte entre 8.000 et 11.000 emplois à l’année et pèse 24 % du Produit intérieur brut de l’île hors activité de transport. C’est pourquoi, les mesures de confinement ont eu un effet particulièrement néfaste sur l’économie de la Corse, entrainant une baisse d’activité de l’ordre de 35 %.

Cet amendement crée à cet fin un nouveau programme « fonds de solidarité pour les entreprises corses » doté de 500 millions. Cette mesure est gagée par la diminution à due concurrence des crédits de l’action 1 (500 millions) du programmes 362. Le groupe Libertés et Territoires, convaincu de la nécessité de la transition énergétique, espère que le Gouvernement, lèvera ce gage.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion