⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Projet de loi de finances pour 2021 — Texte n° 3360

Amendement N° CD54C (Rejeté)

(1 amendement identique : 2668C )

Publié le 23 octobre 2020 par : Mme Panot, Mme Autain, M. Bernalicis, M. Coquerel, M. Corbière, Mme Fiat, M. Lachaud, M. Larive, M. Mélenchon, Mme Obono, M. Prud'homme, M. Quatennens, M. Ratenon, Mme Ressiguier, Mme Rubin, M. Ruffin, Mme Taurine.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes+-
Infrastructures et services de transports010 000 000
Affaires maritimes00
Paysages, eau et biodiversité00
Expertise, information géographique et météorologie00
Prévention des risques00
Énergie, climat et après-mines00
Service public de l'énergie10 000 0000
Conduite et pilotage des politiques de l'écologie, du développement et de la mobilité durables00
Charge de la dette de SNCF Réseau reprise par l'État (crédits évaluatifs)00
TOTAUX10 000 00010 000 000
SOLDE0

Exposé sommaire :

Cet amendement a pour but de renforcer l’action 14 relevant des dispositions sociales pour les consommateurs en situation de précarité énergétique, et ainsi augmenter le chèque énergie.

La précarité énergétique est aujourd’hui un enjeu majeur de l’écologie. Le pays compte 5 millions de passoires thermiques. La précarité énergétique concerne de plus en plus de français. Notamment les jeunes ! D’après le dernier baromètre du Médiateur National de l’Energie : 53 % des français ont restreint leur chauffage pour contenir leurs factures (66 % chez les 18‑34 ans). 20 % des 18‑34 ans ont connu une coupure suite à des difficultés de paiement (+12 points par rapport à la moyenne de la population).

Nous le répétons, la bifurcation écologie est indispensable, et l’écologie doit être populaire. Les ménages les plus précaires doivent être accompagnés, et c’est pourquoi nous demandons l’augmentation forte du chèque énergie. Avant l’été, le collectif « « Rénovons » » proposait d’attribuer exceptionnellement un second chèque énergie d’un montant de 300 euros aux trois premiers déciles de revenus éligibles au premier chèque énergie. Cette proposition a fait l’objet d’une proposition de loi déposée par le groupe La France Insoumise.

Le coût de cette aide serait d’un milliard d’euros. Ce chèque exceptionnel permettra de couvrir deux mois de besoins en énergie pour ces 3,5 millions de ménages les plus précaires. Cet amendement propose un transfert de 10 millions d’euros vers l’action n° 14 « « Dispositions sociales pour les consommateurs en situation de précarité énergétique » » du programme 345, prélevés sur l’action n° 52 « Transport aérien » du programme 203 « Infrastructures et services de transport »..

L’action de l’État dans ces secteurs peut être financée par de la fiscalité affectée prélevée sur le kérosène et sur les compagnies aériennes. Il s’agit d’un amendement d’appel. En effet, 10 millions sont insuffisants. Mais la niche fiscale bénéficiant au kérosène aérien représente un manque à gagner de plus de 3,5 milliards d’euros annuels pour l’État. Doubler le chèque énergie s’avère tout à fait réaliste en supprimant cette niche fiscale.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion