⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Lutte contre les inégalités mondiales — Texte n° 3887

Amendement N° 339 (Adopté)

Publié le 15 février 2021 par : M. Rudigoz, M. Touraine, Mme Lenne, M. Perrot, M. Mis, Mme O'Petit, M. Colas-Roy, Mme Clapot, Mme Tiegna, Mme Krimi, M. Kokouendo, M. Laabid, Mme Thourot, Mme Provendier, Mme Bureau-Bonnard.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Texte de loi N° 3887

Article 2 (consulter les débats)

À l’alinéa 10, après le mot :

« gouvernance »,

insérer les mots :

« , de respect des droits de l’Homme ».

Exposé sommaire :

Pour compléter les dispositions introduites en commission par un amendement de Mme Sylla, le présent amendement vise à ce que la situation des droits de l’Homme dans les pays bénéficiaires de l’aide publique au développement, notamment en Afrique, soit annuellement évaluée.

En Guinée par exemple, plusieurs opposants politiques sont décédés ces derniers mois alors qu’ils étaient arbitrairement détenus à Conakry dans des conditions insalubres. Depuis la réélection contestée du Président Alpha Condé en octobre 2020, la répression menée par le Gouvernement a atteint un degré supérieur, avec une interdiction de manifester et le recours à la force par des milices violentes.

Alors que la France reste engagée aux côtés du peuple guinéen pour le développement économique et social du pays, dans des domaines tels que la santé, l’éducation, la formation professionnelle, l’énergie ou encore l’agriculture, il apparaît nécessaire de dresser un état des lieux de la situation des droits de l’Homme dans ce pays.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion