⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Lutte contre les inégalités mondiales — Texte n° 3887

Amendement N° 37 (Rejeté)

Publié le 12 février 2021 par : M. Orphelin, M. Julien-Laferrière, Mme Batho, Mme Cariou, M. Chiche, Mme Gaillot, M. Taché, M. Villani.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Texte de loi N° 3887

Article 1er (consulter les débats)

Compléter l’alinéa 10 par la phrase suivante :

« La France s’assure d’ici 2023 de respecter a minima la norme de l’Organisation de coopération et de développement économiques fixée à 86 % d’élément-don au sein des prêts qu’elle consent dans le cadre de l’aide publique au développement. »

Exposé sommaire :

Cet amendement vise à augmenter la part de l’élément-don des prêts alloués par la France dans le cadre de l’aide publique au développement.

L’aide au développement accordée par la France se constitue pour moitié de prêts. Pour qu’un prêt soit pertinent dans ce cadre, l’OCDE considère qu’il doit atteindre au moins 86 % d’élément-don, permettant de mesurer la part offerte au bénéficiaire sur la durée d’échéance d’une transaction financière, par comparaison à une transaction aux conditions du marché. Or la France ne se situe qu’à 78 % d’élément-don, très en-deçà non seulement de la norme conseillée par l’OCDE, mais aussi de la moyenne de 94 % atteinte par les pays de l’OCDE membres du Comité d’aide au développement.

Au regard des risques que fait peser le surendettement sur de nombreux pays bénéficiaires, la France doit impérativement s’aligner sur les normes fixées par l’OCDE pour augmenter la part de l’élément-don dans ses prêts, particulièrement lorsque ceux-ci sont consentis aux pays les moins avancés.

Cet amendement est issu d’une proposition d’Oxfam.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion