Protection des données personnelles — Texte n° 592

Amendement N° 79 (Rejeté)

Publié le 5 février 2018 par : M. Masson, Mme Anthoine, M. Bazin, M. Bony, M. Dive, M. Hetzel, Mme Kuster, M. Le Fur, Mme Louwagie, M. Straumann, Mme Trastour-Isnart.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

I. – Après le mot :

« droits »

supprimer l'alinéa 7.

II – En conséquence, après le mot :

« loi »

supprimer l'alinéa 32.

Exposé sommaire :

L'article 6 du présent projet de loi prévoit les sanctions prises par la CNIL en cas de méconnaissance par le responsable de traitement ou le sous-traitant de ses obligations découlant du règlement ou de la loi.

Il prévoit notamment une injonction qui peut être assortie d'une astreinte pouvant atteindre 100 000 € par jour. Or, si l'injonction est une mesure prévue par le règlement (UE) 2016/679, l'astreinte n'est pas prévue.

Par ailleurs, le seuil des sanctions pécuniaires pouvant être prononcées par la CNIL a été considérablement augmenté, puisqu'il peut atteindre 20 millions d'euros ou 4 % du chiffre d'affaires annuel mondial d'une entreprise.

Dès lors, l'ajout d'une sanction pécuniaire supplémentaire sous forme d'astreinte parait excessive et constituerait une spécificité française pouvant nuire à l'attractivité de la France et dissuader les entreprises de s'y installer.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion