Équilibre dans le secteur agricole et alimentaire — Texte n° 902

Amendement N° 1595 (Rejeté)

Publié le 23 mai 2018 par : M. Viala, M. Dive, M. Emmanuel Maquet, M. Hetzel, M. Pierre-Henri Dumont, M. Bazin, M. Fasquelle, Mme Lacroute, M. Vialay, M. de Ganay, Mme Corneloup, M. Le Fur, M. Brun, M. Bouchet, Mme Louwagie, M. Jean-Pierre Vigier, M. Saddier, M. Schellenberger, M. Aubert, M. Forissier, M. Ferrara.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Après le 7° de l'article L. 121‑4‑1 du code de l'éducation, il est inséré un 8° ainsi rédigé :

« 8° L'éducation à l'alimentation et au goût ».

Exposé sommaire :

Les synthèses des différents ateliers des États généraux de l'Alimentation ont maintes fois souligné l'importance que l'État doit accorder à la formation des jeunes et aux apprentissages nécessaires pour appréhender notre patrimoine agricole, culinaire et gastronomique, tel que défini par l'inscription du repas des Français au patrimoine mondial reconnu par l'UNESCO.

L'éducation au goût et à l'alimentation, en complément de l'éducation a la santé doivent donc être renforcés au sein des établissements scolaires, au-delà de leur prise en charge par les infirmières scolaires, les professeurs de SVT, ou bien les initiatives pédagogiques portées par quelques professeurs des écoles dans le cadre de leur projet de classe.

La massification de ces apprentissages passe par leur inscription dans les programmes scolaires et pas simplement par la mise à disposition de mallettes pédagogiques sur le site du ministère de l'Éducation nationale. L'éducation au goût et à l'alimentation a montré leur efficacité et leur intérêt depuis plusieurs décennies, qu'il s'agisse de la construction personnelle et individuelle vis-à-vis de l'alimentation, de la santé, du collectif, de la connaissance des enjeux environnementaux, culturels, patrimoniaux, agricoles, d'aménagement du territoire, de santé publique, mais également dans l'appropriation des apprentissages fondamentaux tels que l'écrit, l'oral, les mathématiques, l'anglais, les sciences, l'histoire ou encore la géographie.

La création « d'écoles du goût et de l'alimentation » au sein des collectivités locales et des établissements scolaires doivent être facilité et accompagnes.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion