Démocratie plus représentative responsable et efficace — Texte n° 911

Amendement N° CL278 (Rejeté)

(9 amendements identiques : CL1277 CL220 CL263 34 123 679 741 961 1709 )

Publié le 28 juin 2018 par : M. Diard.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Supprimer cet article.

Exposé sommaire :

Plus que de soumettre les membres du Gouvernement à une responsabilité de droit commun, cet article prévoit de traduire leur responsabilité politique en responsabilité pénale en les rendant responsables de leurs actions et inactions au cours de l'exercice de leurs fonctions.

Lourde de sens, cette proposition qui ne ferait qu'accroitre le soupçon de nos concitoyens à l'encontre des responsables publics aurait eu de graves conséquences si elle avait déjà existé dans la Constitution.

Ainsi, le ministre de l'Intérieur, suite aux incidents du barrage de Sivens, aurait pu être poursuivi pour complicité d'homicide.

Le ministre en charge des Finances, lui, aurait pu être reconnu responsable d'entrave à la justice, chaque fois qu'il mettait en oeuvre ce que l'on appelle le « Verrou de Bercy ».

S'il est nécessaire de soumettre les membres du Gouvernement à la responsabilité pénale de droit commun, il semble, en revanche, dangereux d'y soumettre les actes commis dans le cadre de leurs fonctions, au risque de les soumettre, en réalité, à des appréciations politiques, personnelles, ou du moins à des considérations qui mettraient les ministres à la merci de mises en examen abusives pour des actes commandés par leurs fonctions.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion