Lutte contre les violences sexuelles et sexistes — Texte n° 938

Amendement N° 263 (Rejeté)

Publié le 14 mai 2018 par : M. Acquaviva, M. Castellani, M. Colombani.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Au premier alinéa de l'article 131‑36‑1 du code pénal, les mots :« peut ordonner » sont remplacés par le mot : « ordonne ».

Exposé sommaire :

Instauré en 1998, le Code pénal autorise le juge à ordonner un éventuel suivi socio-judiciaire pour tout condamné pour une infraction sexuelle.

Ce dernier est donc astreint à certain nombre d'obligations et de mesures de contrôle (à ce jour, selon la Ministère de la Justice, le suivi socio-judiciaire concerne 400 condamnés pour crime et 600 pour délit).

Il s'agit pour l'essentiel d'une peine complémentaire importante dont l'intérêt est indéniable pour prévenir les récidives. C'est pourquoi, cet amendement entend mieux le généraliser. Son application appelle néanmoins à un renforcement du nombre de juges de l'application des peines et de médecins.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion