Évolution du logement de l'aménagement et du numérique — Texte n° 971

Amendement N° 1188 (Rejeté)

Publié le 30 mai 2018 par : M. Masson, Mme Anthoine, Mme Bazin-Malgras, M. Bouchet, Mme Valérie Boyer, M. Cordier, Mme Duby-Muller, Mme Kuster, M. Leclerc, Mme Levy, Mme Louwagie, M. Pauget, M. Straumann, M. Vialay, M. de la Verpillière, M. Fasquelle, M. Viala.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

A l'alinéa 115, après le mot :

« exception »,

insérer les mots :

« , pour les constructions de moins de 500 m² habitables, ».

Exposé sommaire :

Il est fort dangereux à moyen et long terme, et notamment en ce qui concerne la construction de logements à vocation sociale, de n'être guidé que par les principes de l'efficacité et de l'urgence. Ils ont conduit, dans l'immédiat après-guerre, pour des raisons contextuelles justifiées, à des réalisations dont nous payons encore aujourd'hui un prix social lourd. Nous sommes en train de revenir aux mêmes modes opératoires utilisés il y a plus de cinquante ans. Or, aujourd'hui, nous constatons que ce qui a été construit à cette époque n'est pas satisfaisant. Ces immeubles constituent 70 % du patrimoine des bailleurs et ils pèsent lourdement sur leur budget et sur la qualité de vie des gens qui y logent.

Aussi, il ne convient pas, singulièrement s'agissant d'un habitat social, de se priver de professionnels de la construction et de l'urbanisme tels que les architectes. Pour cette raison, il est proposé de maintenir leur intervention pour les réalisations d'ensembles supérieurs à 500 m² habitables.

La qualité architecturale, c'est l'attention à l'organisation de l'espace et à son aptitude à évoluer dans le temps, c'est la prise en considération d'un rapport entre l'intérieur et l'extérieur, c'est une réflexion sur la fluidité de l'espace. C'est le sens du partage et de l'appropriation. Nul ne peut se contenter de façades !

Ce qu'il faut, c'est penser la vraie smart City du XXIème siècle, celle de l'intelligence collective, de la prise en compte des besoins sociaux de la population, une ville douce, connectée qui permet le vivre ensemble. Comment y parvenir en privant de la réflexion architecturale une partie des logements ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion