⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de André Chassaigne pour ce dossier

6 interventions trouvées.

Madame la présidente, madame la présidente de la commission des affaires sociales, mes chers collègues, cela fait des années que les personnes en situation de handicap et les associations qui défendent leurs droits réclament que l'allocation aux adultes handicapés devienne réellement une allocation d'autonomie, et que soit mis fin, pour ce fair...

Je rappelle les chiffres. Si le conjoint ou la conjointe gagne 1 126 euros par mois, l'allocation de 810 euros diminue progressivement ; s'il gagne 2 200 euros, le versement de l'AAH est totalement supprimé et l'allocataire n'a plus aucune ressource propre. L'allocation d'autonomie porte décidément mal son nom. Nous avons toutes et tous été in...

Cette proposition de loi transpartisane doit être inscrite à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale le plus rapidement possible. La constitution d'une commission spéciale serait un geste fort. Nous montrerions ainsi que les députés écoutent les attentes sociales et dépassent les clivages quand il faut prendre des mesures de justice et de bon ...

En effet, le plafond de ressources pour bénéficier de l'AAH équivaut aujourd'hui à deux fois son montant, qui est de 810 euros. Mais en portant l'AAH à 900 euros, le Gouvernement entend aussi mettre en place un coefficient de 1,8. Au final, le plafond de ressources, pour les personnes qui vivent en couple, sera donc exactement le même qu'aujour...

En effet, si vous multipliez par deux les 810 euros actuels, ou si vous multipliez les futurs 900 euros par 1,8, vous obtenez la même somme : 1 620 euros. Par ce tour de passe-passe, l'augmentation de l'AAH n'aura aucun effet pour des dizaines de milliers de bénéficiaires qui vivent en couple.

Mes chers collègues, la constitution d'une commission spéciale est tout autant un moyen qu'une fin. Elle est une fin, car, comme je l'ai dit, il est urgent d'agir. En effet, 250 000 allocataires vivent en couple. Nous devons entendre la détresse de ceux qui perdent leurs revenus ; nous devons agir pour ceux qui renoncent à leur vie privée pour ...