⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Bérengère Poletti pour ce dossier

12 interventions trouvées.

Le groupe Les Républicains est évidemment favorable à cet amendement. Nous avons eu ce débat en commission, s'agissant notamment du rapport entre l'aide multilatérale et l'aide bilatérale. Il est souhaitable d'augmenter un peu plus l'aide bilatérale, tout en continuant d'augmenter l'aide multilatérale. Or, en dépit de ce qui a été annoncé, cett...

L'augmentation devait profiter pour deux tiers à l'aide bilatérale et pour un tiers à l'aide multilatérale. La question qui est posée est celle du déficit de la présence de la France dans les organisations multilatérales. D'autres pays ont su occuper cette place de façon bien plus performante que nous. Chaque fois que nous augmentons notre par...

Selon une étude produite par une ONG que vous reconnaîtrez sans doute, la France est classée, pour l'aide au développement, treizième sur vingt et un donateurs, obtenant une mention « assez bien » en matière de volume et de qualité de l'aide, et une mention « faible » pour le ciblage de celle-ci. Le ciblage, c'est la capacité qu'a la France d'a...

En commission des affaires étrangères, les députés de la majorité nous ont expliqué, par de multiples contorsions, que la trajectoire budgétaire était respectée – ce qui est faux – , et que le Gouvernement ferait bondir de 4 milliards d'euros le budget alloué à l'aide au développement durant les deux dernières années du mandat. Cette année, av...

Le Gouvernement disposait de plusieurs solutions pour financer l'augmentation des crédits de la mission « Aide publique au développement » : il aurait pu affecter l'intégralité ou la quasi-intégralité des revenus de la taxe sur les transactions financières à l'APD, ou encore augmenter le taux de cette taxe. Malheureusement, tous nos amendements...

Monsieur le ministre, vous faites mieux que vos prédécesseurs, mais, une fois encore, les discours et les actes sont dissonants. Nous sommes nombreux à penser que la dernière marche, celle qui conduit au plein accomplissement de vos engagements, est un peu trop haute. C'est la raison pour laquelle le groupe Les Républicains s'abstiendra sur cet...

L'émotion suscitée par les dispositions de l'article 27 est liée à l'intensité des difficultés que rencontre actuellement le monde agricole français. Les exploitations sont en grande difficulté, les agriculteurs très malheureux. Il fallait vraiment oser engager une telle réforme, alors que les chambres d'agriculture constituent un soutien local...

Notre collègue Bertrand Pancher et moi-même sommes tous deux coprésidents du groupe d'études sur la coopération au développement. Comme tels, nous sommes attentifs aux moyens qui y sont consacrés. L'amendement vise à prélever 1,63 milliard d'euros sur les recettes issues de la taxe sur les transactions financières en vue de les allouer à l'aid...

… qui nous permettrait, si elle était tenue, d'aider des pays partenaires de la France à traiter des enjeux énormes, tels que la préservation de l'environnement ainsi que l'accès à l'éducation et à la santé, est vaine.

Au demeurant, ce que nous proposons pour l'aide publique au développement française est ridicule au regard des réalisations de nos voisins européens. J'espère vraiment que nos collègues nous suivront.

Le Président de la République n'a pas lancé en l'air sa promesse d'augmenter l'aide publique au développement ! Il savait très bien quels montants cela représentait, et j'imagine qu'il a réfléchi aux mécanismes susceptibles d'alimenter cette augmentation. À ce jour, pourtant, les crédits de paiement n'ont même pas crû de 500 millions d'euros. ...

Je le répète, il est très clair que la France n'atteindra pas l'objectif de 0,55 % de RNB consacré à l'aide publique au développement à la fin du mandat.