⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Brigitte Bourguignon pour ce dossier

10 interventions trouvées.

Débattre, c'est débattre, cela ne veut pas dire nécessairement réaliser les souhaits de Mme Fiat !

Je remercie tout d'abord M. Christophe pour la qualité de son travail, ainsi que M. Dharréville : tous deux ont apporté leur pierre à l'édifice de ce débat – que nous avons très régulièrement au sein de notre commission, contrairement à ce que d'aucuns peuvent penser, car le sujet nous touche toutes et tous sur ces bancs. Le problème était de f...

J'ai entendu dire que les revendications de paternité n'avaient pas lieu d'être s'agissant de ce texte, mais ce n'est pas ce qu'ont montré certaines attitudes.

J'ai aussi entendu dénoncer la prétendue impréparation du Gouvernement. Ce reproche ne me semble pas juste. Dire que la majorité a refusé le débat ne l'est pas davantage : nous vous l'avons prouvé ce soir.

En d'autres temps, dans des circonstances comparables – j'en ai connu aussi, figurez-vous – , d'autres majorités ont fait durer le débat suffisamment longtemps pour que le texte ne soit pas adopté avant la levée de séance ; d'autres encore ont rejeté tous les articles ou l'ensemble du texte. Ce n'est pas du tout ce que nous avons fait ce soir.

La méthode que nous essayons d'instaurer est celle non du refus systématique, mais du débat posé, sur des questions de vulnérabilité, qui touchent parfois au quotidien, auxquelles personne ici n'est insensible – les commissaires des affaires sociales moins que quiconque. Je voudrais qu'au terme de ce débat personne ne se sente battu, car là n'...

Vous avez raison, cela ne vaut peut-être finalement pas la peine que nous nous parlions : restons-en à un dialogue de sourds...

.. ou continuons à nous invectiver – c'est ce qui fait avancer les débats dans la société ! Ce n'est en tout cas pas du tout l'ambiance qui règne à la commission des affaires sociales. Croyez-moi, les personnes qui sont ici et qui ne font pas partie de notre majorité savent très bien qu'elles peuvent s'exprimer en commission.

Il est dommage qu'en séance publique, il y ait toujours une caisse de résonance tout à fait préjudiciable au débat. Merci, en tout cas, de m'avoir subie pendant quelques minutes !