⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Coralie Dubost pour ce dossier

151 interventions trouvées.

Je vous remercie, monsieur Quatennens, de revenir, avec cet amendement, sur une question que nous avons commencé à examiner hier, celle de la définition de la société. Qu'est-ce qui constitue la société ? Il est vrai qu'elle est en partie constituée d'hommes, mais vous savez que le projet de loi n'entend pas modifier en profondeur la définitio...

Hier soir, la séance touchait à son terme et nous n'avons pas pu répondre à vos remarques, monsieur Fasquelle. Le ministre vous l'a dit : il est aujourd'hui nécessaire d'ancrer la vie de l'entreprise dans le XXIe siècle, y compris juridiquement. Le droit a parfois quelque chose de conservateur, mais pas toujours, et je pense que nous pouvons êt...

Il est évident que si cette mesure figure dans le code civil, le juge pourra s'en saisir. Cela étant, créons-nous un nouveau régime de responsabilité civile ? Non. Pour saisir un juge et lui demander de statuer, le triptyque qui qualifie la responsabilité civile sera toujours nécessaire : le dommage – ou le préjudice – , la faute et le lien de ...

L'amendement présenté par le Gouvernement a pour objet d'introduire la médiane des rémunérations en sus de la moyenne, moins celle des dirigeants, comme nouvel élément d'information relatif aux écarts de rémunération entre les dirigeants et les salariés d'une structure, ceci, bien évidemment, au regard de la rémunération des dirigeants – vous a...

Nous avons entamé cette discussion au sein de la commission spéciale. Le sujet en est très large et pourrait faire l'objet d'une proposition de loi à lui tout seul.

Actuellement, même si la confusion de vocabulaire est courante, le droit civil reconnaît non pas l'entreprise à proprement parler, mais la société, qui est issue du contrat de société. Ce qu'on appelle « entreprise » dans le vocabulaire courant est l'organisation économique multiforme qui résulte des décisions prises par la société, sans avoir ...

Monsieur Dharréville, vous souhaitez ajouter un qualificatif aux enjeux sociaux et environnementaux et donc modifier l'équilibre de la rédaction du texte tel que le Gouvernement l'a établi et tel que le Conseil d'État et la commission l'ont confirmé. Or cet équilibre a, à la fois, l'audace d'englober tous les champs concernés et la retenue de n...

Cette disposition me semble déjà satisfaite par l'article 104 de la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, qui oblige les entreprises à respecter l'égalité salariale dans les trois ans, à l'aide d'un mécanisme de rattrapage salarial, sous peine de sanction. Cette loi répond à votre préoccupation, aussi je v...

Cet amendement me semble erroné en droit, parce que, comme par « intérêt social », on entend l'intérêt propre de la société, il va de soi que sa taille, sa forme juridique et son objet seront pris en considération par le juge. Un tel ajout est superfétatoire. Par ailleurs, il viendrait modifier l'équilibre actuel du texte. C'est pourquoi je vou...

Ma chère collègue, comme pour l'amendement précédent, la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel satisfait votre proposition. Nous pouvons nous féliciter des avancées portées par cette loi de septembre 2018, qui, on le voit, se trouvent au coeur des préoccupations de plusieurs d'entre vous. Je vous demande de retirer votre amen...

Dans la mesure où la rédaction actuelle du texte ne limite pas au territoire national l'exigence de prise en considération des enjeux sociaux et environnementaux, il ne me semble pas nécessaire de préciser que celle-ci s'applique au-delà de nos frontières. Laissons donc le juge appréhender la matière lorsqu'elle lui sera soumise et déterminer ...

Nous avons déjà répondu, mais nous pouvons recommencer. Nous pensons effectivement que la transparence des rémunérations est importante, et que la bonne présentation est celle de la médiane, proposée par le Gouvernement dans son amendement adopté tout à l'heure, ce dont nous nous félicitons. En revanche – s'il faut le répéter – , se fonder sur...

Sur le plan social, une telle évolution exposerait les salariés – ou des groupes de salariés – de la communauté d'entreprise à des tensions, ce que personne ici ne souhaite. Sur le plan économique, il en résulterait la révélation d'informations essentielles relatives aux structures de rémunération de nos entreprises, ce qui pourrait porter atte...

Nous avons eu hier soir de grands débats sur le partage de la valeur créée. Un amendement de M. Fasquelle sur le reliquat d'intéressement a d'ailleurs été adopté ; il n'était pas très éloigné de ceux que vous venez de défendre, monsieur Quatennens, mais il était précis alors que les vôtres sont dépourvus de précision juridique. Quant au fond, ...

Je serais bien en peine de vous expliquer cette différence, ma chère collègue, car vous avez parfaitement raison : il faut absolument coordonner ces deux alinéas. Avis favorable.

Chère collègue, adopter les dispositions prévues par vos amendements consisterait à punir fiscalement toute entreprise employant des salariés percevant plus de douze fois le SMIC. Il ne me semble pas qu'il incombe à la loi ni à cet hémicycle de définir les écarts justes et les écarts injustes. Si certaines rémunérations sont jugées trop importa...

Il s'agit donc d'un facteur essentiel de la performance des entreprises, laquelle à son tour a un effet bénéfique sur la productivité et l'emploi. Avis défavorable.

Cet amendement vise à créer une présomption d'abus de majorité lorsqu'une société cotée nuit potentiellement, par ses actions, aux intérêts d'une société non cotée qu'elle détient. Des dommages-intérêts seraient alors prescrits par la loi, ainsi qu'une forme d'obligation de rachat à défaut d'indemnisation. Cela pose plusieurs gros problèmes ju...

D'abord, l'amendement étend dangereusement le concept d'abus de majorité, stabilisé par la jurisprudence et caractérisé par une décision qui nuit à l'intérêt social, prise dans l'unique dessein de profiter aux majoritaires au détriment des minoritaires au sein d'une même société. Cette notion est caractérisée depuis très longtemps par la Cour d...

Au contraire, et comme précédemment, ces amendements, même si j'en comprends l'objectif, me semblent susceptibles de créer une grande insécurité juridique et ne sont pas assez précis. Vous proposez en effet de reconnaître un abus fondé sur la seule raison qu'une décision serait contraire aux « intérêts propres » de la société. Or, la notion d'«...