4 octobre 2018

Proposition de loi N° 1274

visant à compenser la perte de pouvoir d'achat subie par les retraités

Extrait

Mesdames, Messieurs, Face à la situation préoccupante de notre système de sécurité sociale, le Gouvernement a choisi de demander des « efforts » aux retraités.

Ceux-ci ont été désignés comme les principaux contributeurs au remboursement d'une dette dont ils ne sont pas responsables.

Avec la hausse de la CSG de plus de 20 % sans compensation, ils ont subi une atteinte inédite à leur pouvoir d'achat ; cette mesure brutale et inconsidérée a gravement écorné la confiance de nos anciens en leurs responsables politiques, d'autant plus qu'elle se conjugue avec les autres hausses de charges décidées depuis 2017. Par exemple, la convergence par le haut entre le diesel et l'essence a touché tous les Français, notamment ceux qui habitent dans les communes rurales où la voiture est un mode de déplacement dont on ne peut se passer.

Or on sait que les personnes âgées sont statistiquement plus présentes au coeur des territoires ruraux.

Récemment, une autre mauvaise nouvell...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

1 commentaire :

Le 06/10/2018 à 08:41, Bonnabeau Alain a dit :

Avatar par défaut

Toujours les mêmes recettes : crédits d'impôts et taxes sur le tabac.

1) Le crédit d'impôts est surtout intéressant pour ceux qui ont un revenu suffisant pour payer des impôts en conséquence et je ne pense pas que ce soient ceux-là les plus en difficulté.

2) Les taxes sur le tabac ne sont pas pérennes car elles sont sensées diminuer, voir disparaître, c'est le but poursuivi par l'augmentation de tabac.

Et pendant ce temps, les prix à la consommation ont augmentés de 2,3% (https://www.insee.fr/fr/statistiques/3604062), chiffres INSEE.

Il faut trouver autre chose que des mesurettes uniquement destinées à faire croire que vous vous occupez de vos aînés. J'ai élevé 4 enfants (chaque enfant m'a coûté 50.000 € d'après les études de l'INSEE), ils produisent aujourd'hui les richesses qui nous font vivre. Pendant ce temps ceux qui n'ont pas eu d'enfant touchent les revenus des 50.000 € qu'ils ont pu placer. Et si l'on faisait payer ceux qui n'ont pas d'enfant ??????

Alain Bonnabeau

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion