5 décembre 2018

Rapport d'information N° 1447

d'une mission d'information constituée au sein d'une commission permanente déposé en application de l'article 145 du règlement, par la commission des affaires étrangères, en conclusion des travaux d'une mission d'information sur la diplomatie climatique

Extrait

La vingt-quatrième conférence des parties (COP24) à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) apparaît comme notre dernière chance de concrétiser les engagements pris à l'occasion de la signature de l'accord de Paris, en 2015. C'est un rendez-vous crucial pour le climat, en particulier et pour l'avenir de l'humanité, en général.

Comme l'indiquait récemment, dans un entretien (1), Jean Jouzel, climatologue et ancien vice-président du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) : « J'ai longtemps gardé un certain optimisme, je l'ai perdu [...] je pense que le réchauffement climatique va rendre impossible un développement harmonieux de nos civilisations.

Dans de nombreuses parties du monde, avec des températures estivales au-delà de 50 degrés, il ne sera plus possible d'avoir une vie normale ». Le scientifique souligne, par ailleurs, « le risque d'accroissement des conflits » qu'engendre inéluctablemen...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur ce rapport d'information.

Inscription
ou
Connexion