12 février 2019

Proposition de loi N° 1635

tendant à ce que l'abattage des animaux de boucherie bénéficie d'une meilleure traçabilité

écrite par Louis Aliot
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Extrait

Mesdames, Messieurs, Le bien manger et le bien-être des animaux de ferme sont deux sujets qui préoccupent les Français.

Pour des raisons sanitaires et environnementales élémentaires, l'abattage des animaux de boucherie est strictement encadré par la législation française, se devant d'être pratiqué dans un abattoir agréé où pourront être effectuées les diverses inspections sanitaires.

Seule exception au principe : l'abattage à la ferme (excluant néanmoins les bovins et les équidés) pour une consommation strictement familiale.

Aujourd'hui, de nombreux éleveurs traditionnels estiment que les procédures industrielles d'abattage entraînent des souffrances qui pourraient être évitées sous certaines conditions, notamment durant le transport des bêtes.

De fait, le long transport et l'éloignement de leurs congénères, ainsi que des étourdissements ou des saignées réalisées dans la précipitation par manque de formation, font souffrir les animaux de boucherie et g...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

1 commentaire :

Le 04/06/2019 à 16:21, Enzo DUBOIS RN (Référent génération nation du canton de Voiron département de l'Isère/ Soutien Marine Le Pen, députée NI de la 11ème circonscription du Pas-de-Calais ) a dit :

avatar

Pour des raisons sanitaires et environnementales élémentaires, de nombreux éleveurs estiment que les procédures industrielles d’abattage entraînent des souffrances qui pourraient être évitées sous certaines conditions, notamment durant le transport des bêtes. certains rites religieux sont de la pure maltraitance, les viandes issus des rites religieux ne devrait pas être mis en vente dans notre pays…

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion