4 avril 2019

Proposition de loi N° 1810

visant à assurer la continuité du traitement et à renforcer la chaîne du médicament

Extrait

Mesdames, Messieurs, En 2017, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a reçu 530 signalements de traitements « essentiels » en rupture de stock ou en tension d'approvisionnement.

Un triste record qui doit nous faire prendre conscience d'une réalité inquiétante en pleine expansion et qui soulève des questions majeures de santé publique.

De nombreux médicaments d'intérêt vital sont concernés par ces pénuries à répétition : anticancéreux, antibiotiques, anesthésiants, antiallergiques, vaccins dont le BCG pour les nourrissons.

La liste est longue.

Une carence qui touche aussi certains médicaments à usage quotidien et pour lesquels l'Ordre national des pharmaciens tire la sonnette d'alarme tout en ayant mis en place, en 2016, Dp-Rupture, un outil intéressant qui prend la forme d'un système d'alerte directe entre les pharmacies et les industriels.

Source d'angoisse extrême pour les patients, cette situation, dont les conséquences sont souvent dramatique...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette proposition de loi.

Inscription
ou
Connexion