11 juillet 2019

Proposition de loi N° 2093

visant à lutter contre le papillomavirus

Extrait

Mesdames, Messieurs, Virus particulièrement répandu, le papillomavirus humain ou HPV existe sous plus de cent-cinquante formes différentes.

La contamination, extrêmement facile, se fait lors de l'acte sexuel ou par contact cutané anodin.

L'on estime que 70 % à 80 % des personnes sexuellement actives rentreront en contact avec le virus au cours de leur vie.

Cela se fait bien souvent à leur insu, puisque la plupart du temps l'organisme s'en débarrasse naturellement en l'espace de quelques mois.

Il faut ici distinguer les types de papillomavirus : à bas risques, ils entraînent des lésions bénignes comme des verrues génitales, parfois plusieurs années après la contagion - il peut être alors difficile d'identifier la source.

Plus grave, les papillomavirus à risque, une quinzaine environ, peuvent être à l'origine de cancers.

Asymptomatiques, ils sont donc par définition difficiles à détecter ; sans dépistage et ni suivi approprié, les conséquences peuvent donc être...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette proposition de loi.

Inscription
ou
Connexion