⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

2 mars 2020

Rapport d'information N° 2696

d'une mission d'information constituée au sein d'une commission permanente déposé en application de l'article 145 du règlement, par la commission de la défense nationale et des forces armées, en conclusion des travaux d'une mission d'information sur le continuum entre sécurité et développement

écrit par Jean-Michel Jacques rapporteur & Manuéla Kéclard-Mondésir rapporteur
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Extrait

       Est-ce encore la puissance qui guide la marche des affaires du monde ? La guerre et la paix sont-ils encore entre les mains des stratèges ? À observer les guerres qui ont ponctué les vingt ou trente dernières années, on a presque le sentiment inverse : le conflit y naît moins de l’affrontement des volontés politiques symétriquement opposées de deux États que de facteurs de violence plus diffus, moins aisés à saisir et donc à traiter.

Non que toute guerre « classique » soit désormais exclue ; mais les « risques de la faiblesse », qu’identifiait bien le Livre blanc de 2013 pour les distinguer des « menaces de la force », constituent un prisme d’analyse convaincant pour nombre des crises actuelles, en premier lieu au Sahel.

Dans celles-ci, les racines de la violence sont moins à rechercher dans des stratégies politico-militaires que dans des dysfonctionnements plus structurels, des déséquilibres dans le développement des États et des so...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur ce rapport d'information.

Inscription
ou
Connexion