⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

3 juin 2020

Rapport N° 3050

sur la proposition de loi de M. Éric Straumann et plusieurs de ses collègues visant à exonérer de taxe sur la valeur ajoutée les masques de protection, ainsi que les gels hydro-alcooliques et toute solution désinfectante en lien avec la lutte contre l’épidémie de covid-19 (3006).

écrit par Éric Straumann rapporteur
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Extrait

Mesdames, Messieurs, Le masque n’est pas nouveau : avant même les découvertes de Louis Pasteur, au milieu du XIXe siècle, on pensait que la contagion était causée par des « miasmes » présents dans l’air vicié. Les masques portés par les médecins de peste, au bec caractéristique, en témoignent.

Le masque est apparu sous sa forme moderne dans le milieu chirurgical, à la fin du XIXe siècle, lorsque chirurgien Jan Mikulicz-Radecki apprit d’un collègue bactériologiste de l’Université de Varsovie – alors en Prusse-Orientale – que les gouttelettes de salive regorgent de microbes vivants.

Commençant à porter un masque lorsqu’il opérait, il devait constater que le nombre d’infections post-opératoires chez ses patients diminuait.

Le masque pour se protéger des personnes infectieuses dans un contexte épidémique ou pandémique se généralisa ensuite lors de l’épidémie de peste de 1910-1911 en Mandchourie, et surtout pendant la grippe dite « espa...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

Documents relatifs

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur ce rapport.

Inscription
ou
Connexion