⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

4 décembre 2020

Rapport N° 3602

sur le projet de loi autorisant l’approbation de l’accord de coopération entre le Gouvernement de la République française et les Gouvernements des Etats membres de l’Union monétaire ouest-africaine (n°2986).

écrit par Jean François Mbaye rapporteur
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Extrait

Lors de son déplacement au Burkina Faso, le 28 novembre 2017, le président de la République a indiqué que « le franc CFA est un non-sujet pour la France ». En effet, si cette monnaie est issue de l’histoire commune qui lie notre pays à un certain nombre d’États africains, elle est depuis les indépendances un des attributs de la souveraineté de ces États.

L’appartenance ou pas à l’union monétaire étant une décision souveraine de chacun d’entre eux.

Le franc CFA découle de traités internationaux sur lesquels le présent rapport reviendra.

Ces traités ont été librement signés et ratifiés par des États souverains, à la suite des déclarations d’indépendance.

Ainsi, et parmi les anciennes colonies françaises, la Guinée n’a jamais adopté le franc CFA. La Mauritanie l’a d’abord adopté puis en est sorti pour créer sa propre devise, l’ougouya, tandis que le Mali l’a adopté après en être une première fois sorti. À l’inverse, un Éta...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur ce rapport.

Inscription
ou
Connexion