27 mars 2018

Proposition de résolution N° 814

en application de Article 34-1 de la Constitution relative à la prise en charge des frais liés aux séances d'ergothérapie nécessaires aux enfants dyspraxiques

Extrait

Mesdames, Messieurs, La dyspraxie fait partie des troubles « dys » qui sont des troubles cognitifs spécifiques qui affectent l'apprentissage de l'enfant.

Elle touche 5 % à 7 % des enfants de 5 à 11 ans selon le Haut Comité de la Santé Publique.

Elle entraîne des « troubles du geste » qui se caractérisent par des maladresses diverses dans le quotidien.

L'enfant, qui en est victime, a des gestes souvent lents, plus ou moins adaptés à l'environnement qui l'entoure.

Il a également du mal à gérer son temps ou l'espace environnant.

Cette maladie complexe a des symptômes multiples et souvent difficilement détectables.

Elle peut entrainer de véritables difficultés tant au niveau scolaire qu'au niveau social, l'enfant étant souvent considéré comme atteint d'un handicap.

Un suivi médical est donc nécessaire via des séances d'ergothérapie.

Ce suivi fait preuve d'un consensus scientifique et est recommandé par la Haute Autorité de la Santé publique.

Toutefois, ces...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette proposition de résolution.

Inscription
ou
Connexion