7 juin 2018

Rapport N° 990

de la Commission des affaires culturelles et de l'éducation sur la proposition de loi, après engagement de la procédure accélérée, de M. Richard Ferrand et plusieurs de ses collègues relative à la lutte contre les fausses informations (799).

Extrait

La Commission est aujourd'hui saisie de la proposition de loi n° 799 relative à la lutte contre les fausses informations, déposée le 21 mars dernier par le groupe La République en Marche, et inscrite à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale le 7 juin prochain.

La diffusion de fausses informations, notamment à des fins politiques ou géostratégiques, ne saurait être analysée comme un fait nouveau.

En effet, comme le souligne François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), « la désinformation est un phénomène historique.

Homo sapiens savait déjà mentir, Ulysse ruser et Sun Tzu inventait des stratagèmes il y a vingt-quatre siècles » (1). Nombreux sont notamment les responsables politiques à avoir fait les frais de telles informations : on ne compte pas le nombre de fois où la mort de Louis XIV a été annoncée à tort pendant son règne par des gazettes étrangères (2), et certains estiment m...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

5 commentaires :

Le 08/06/2018 à 17:30, chb17 a dit :

Avatar par défaut

La lutte contre les fausses informations relève de la conscience et du discernement de chaque citoyen éveillé, pas de la prise en main de la Vérité par un pouvoir judiciaire dont ce n'est pas la fonction.

Ainsi quand la presse et les responsables politiques à l'unisson nous présentent l'affaire Skripal (accusation non prouvée d'empoisonnement par les russes d'un ancien espion),

ou celle de Douma (accusation non prouvée d'utilisation d'armement chimique par le régime syrien),

ou celle de la fausse mort d'Arkadi Babtchenko (accusation finalement démentie d'assassinat par des russes d'un journaliste en Ukraine),

c'est en usant à chaque fois de propagande en lieu et place d'info vérifiée et équilibrée. Un juge aurait-il pu nous éviter, en quelques heures et sans accès aux sources crédibles, ces crises de dénigrement médiatique à l'encontre d'ennemis déclarés du gouvernement et des financiers atlantistes ?

Ainsi quand la presse et les responsables politiques à l'unisson nous présentent Israël, état criminel et état d'apartheid, comme une démocratie digne de "partenariat renforcé" avec l'UE, il faudrait au moins lever la censure sur les informations, analyses et prises de position contraires. Or le BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) est pénalisé par la justice française !

La loi nous protègera-t-elle des prochaines fake news de cet acabit, et des prochains scandales à la Timisoara ? Rien n'est moins sûr, tant on a l'impression que le pouvoir veut au contraire verrouiller la presse, et supprimer les lanceurs d'alerte.

Du côté de la loi, il faudrait penser à empêcher toute puissance financière de détenir un média. Ce n'est malheureusement pas à l'ordre du jour.

La loi en préparation, outil de censure, est en elle-même une fake news ! Et une tentative de plus pour clamer la fin des idéologies, c'est-à-dire pour assurer à l'idéologie dominante le contrôle de l'information.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 09/06/2018 à 08:15, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"Or le BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) est pénalisé par la justice française ! "

En effet, on pourrait attendre que ce soit l'Assemblée nationale qui fasse la loi en France, pas la justice française.

L'Assemblée nationale fait la loi en France ? Une fake news à dénoncer dans les plus brefs délais.

Tout comme "Le Parlement contrôle l'action du Gouvernement". Autre fake news de la pire espèce, celle du mensonge qui dit que la France est démocratique, alors que dans les faits elle ne l'est pas du tout.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 10/06/2018 à 10:26, chb17 a dit :

Avatar par défaut

« Il n’est pas question [pour le gouvernement] de mettre en cause le “professionnalisme” de ceux qui ont affirmé, par exemple, que le régime de Bachar Al-Assad allait s’écrouler sous quinze jours, ou que la Russie avait assassiné le journaliste Arkadi Babchenko, qui ressuscita au deuxième jour d’une mare de sang de cochon. Sans parler du “charnier de Timisoara”, des “couveuses de Koweit City”, de la “fiole de Colin Powell” et des innombrables bobards colportés avec zèle par des médias pour qui professionnel est synonyme de mercenaire. Bref. Si cette presse était passionnément attachée à la distinction entre le vrai et le faux, cela se saurait. »

Extrait de l'article de Bruno Guigue « Loi sur les « fake news » : du monopole de la vérité au règne du mensonge », 9 juin 2018

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 10/06/2018 à 15:20, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Tous des menteurs, on est foutus...

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 10/06/2018 à 15:37, chb17 a dit :

Avatar par défaut

;-)

Pour peu qu'on cesse d'acheter leurs mensonges, ce sont plutôt les menteurs qui sont foutus.

Sauf les arracheurs de dents, qui s'en tireront toujours.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion