⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "pension"

19 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDamien Abad :

...rien sur le fond de la réforme, mais quel est ce fond ? Votre réforme n'a plus d'ambition, plus d'audace, plus de cohérence ; vous naviguez totalement à vue et votre propre majorité peine à assumer cette réforme. Si vous n'avez pas le courage de repousser l'âge de départ à la retraite ni d'assumer ce choix, vous devrez dire aux Français les yeux dans les yeux que vous baisserez le niveau de leur pension de retraite à terme.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaVirginie Duby-Muller :

...re réforme de se détricoter. En même temps que vous cédez en maintenant ces privilèges, vous essayez de récupérer les cagnottes des bons gestionnaires dans les caisses de retraite autonomes. Monsieur le secrétaire d'État, nous n'acceptons pas que les cadres soient les vaches à lait de vos réformes. C'est notamment le cas pour les avocats : votre réforme entraînerait à la fois une baisse de leur pension de retraite et un doublement de leurs cotisations – le niveau de leurs charges atteindrait 60 % ! C'est tout simplement immoral de vouloir mettre la main sur ces cagnottes, d'autant plus qu'il s'agit de financer d'autres régimes devenus déficitaires à cause d'années de privilèges et d'avantages catégoriels. Ces montants sont le fruit de cotisations versées par des personnes qui ont travaillé du...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAurélien Pradié :

...k – les retraités actuels – , mais seulement au flux à venir. Deuxième question : actuellement, les parents ayant élevé un enfant en situation de handicap bénéficient de huit trimestres supplémentaires. Dans votre nouveau système, ces huit trimestres seront-ils valorisés ? Manifestement, cela n'est pas le cas aujourd'hui. Troisième question : en portant à 62 ans l'âge minimal ouvrant droit à la pension de réversion, il semble que l'on exclue près de 84 000 femmes. Pouvez-vous le confirmer à partir des simulations dont vous disposez ? Dernière question : quelle définition donnez-vous de l'universalité ? L'universalité signifie la même règle pour tous et en toute matière. Ce n'est pas la juxtaposition de nouveaux régimes spéciaux que vous annoncez.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaArnaud Viala :

... pays ; six semaines sépareront la prise de parole du Premier ministre et la présentation du projet de loi en Conseil des ministres ; depuis hier, nous assistons à une série illisible de discussions bilatérales, qui ne sont rien d'autre que des capitulations. Personne n'y comprend plus rien. Un aspect suscite bien des inquiétudes chez les actuels retraités, en particulier ceux qui perçoivent des pensions très basses, comme les anciens artisans, commerçants et agriculteurs. Tous ont entendu le Président de la République leur promettre que leurs pensions seraient revalorisées pour atteindre un niveau moins inacceptable. Tous vous ont vu hésiter, y compris ce soir, sur la faisabilité, sur le financement, sur le périmètre et sur la date d'entrée en vigueur de ces revalorisations.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaArnaud Viala :

Monsieur le secrétaire d'État, ma question est simple : quand Jean, Pierre et Marie, anciens agriculteurs, commerçants ou artisans de l'Aveyron ou d'ailleurs, qui perçoivent une pension de 692, 716 ou 734 euros par mois, qui doivent, pour les uns, continuer à travailler, pour les autres, cultiver un potager et élever des volailles, et qui ont parfois dû se séparer du seul bien acquis au cours de leur vie, verront-ils leur quotidien s'améliorer ? Et dans quelles proportions ? C'est à eux que je vous demande de répondre clairement.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaValérie Bazin-Malgras :

En voulant imposer un même taux de cotisation à tous, le Gouvernement va fortement pénaliser certaines professions, alors que rien ne le justifie. Pour certains, les cotisations vont doubler, alors que la pension restera au même niveau !

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDino Cinieri :

Dans le système à venir, les femmes au foyer et un grand nombre de celles qui auront une carrière hachée ne bénéficieront pas de la pension minimale de 1 000 euros que vous avez annoncée, puisqu'elles risquent de ne jamais disposer du nombre de points nécessaires pour toucher une retraite à taux plein. Monsieur le secrétaire d'État, votre projet de réforme n'est favorable ni aux familles, …

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaNicolas Turquois :

À l'heure où le sujet des retraites futures fait la une de l'actualité, je souhaite évoquer l'action du Gouvernement sur le thème des pensions dans l'agriculture, d'une part pour les salariés, d'autre part pour les non-salariés. Évoquons tout d'abord le budget général des retraites agricoles. Le déficit cumulé de la branche retraite des non-salariés agricoles a atteint 3,7 milliards d'euros à la fin de l'année 2018. L'exercice 2019 devrait se solder par un léger excédent, de l'ordre de 100 millions d'euros, mais celui-ci ne suffira pa...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaGéraldine Bannier :

Les professeurs sont massivement descendus dans la rue ces dernières semaines. Inquiets, ils craignent des baisses de pension importantes liées au calcul sur l'ensemble de la carrière au lieu des six derniers mois.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaurence Dumont :

Sous couvert de réforme, mais il est vrai que ce mot est bien galvaudé, vous vous apprêtez à imposer à tous les Français un choix pénalisant dans tous les cas : soit travailler plus longtemps, soit voir sa retraite diminuée. Alors, surtout, ne me parlez pas de justice et de progrès, car elle n'est ni l'un, ni l'autre. En effet, votre retraite par points prévoit de calculer le montant des pensions sur l'ensemble de la carrière et non, pour le privé, sur les vingt-cinq meilleures années. Demandez à un écolier s'il préfère qu'on calcule sa moyenne sur les quarante-deux ou quarante-trois notes de l'année, ou sur les vingt-cinq meilleures ? La réponse est évidente.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaGisèle Biémouret :

Avec leurs modestes pensions, la situation des retraités agricoles demeure préoccupante. Dans beaucoup de cas, elles atteignent péniblement 800 euros, soit un montant situé sous le seuil de pauvreté. De toute évidence, leur régime spécial est synonyme de régime antisocial. Dans son rapport, le haut-commissaire préconisait de revaloriser le minimum de pension à 85 % du SMIC ; la proposition de loi déposée par André Chassaig...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMichel Zumkeller :

...demnité temporaire de retraite des fonctionnaires est là-bas, comme vous le savez, très explosive. D'aucuns souhaiteraient qu'un régime de retraite complémentaire soit prévu, afin de pallier la dégressivité de ce dispositif. Qu'en est-il de votre réflexion sur ce sujet, et qu'en sera-t-il de la prise en compte de la sur-rémunération des fonctionnaires affectés en outre-mer dans le calcul de leurs pensions de retraite ?

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPhilippe Vigier :

...rantir à ces commerçants, artisans et travailleurs indépendants qu'ils ne perdront pas de pouvoir d'achat avec la réforme ? C'est une question fondamentale, qui concerne aussi les agriculteurs, dont le taux de cotisation actuel, de 17 %, devra lui aussi être porté à 28 %. Ma deuxième question concerne les enseignants : je vous ai entendu tout à l'heure prendre l'engagement que le montant de leur pension de retraite ne diminuerait pas. J'imagine que vous passerez par des mécanismes d'assimilation personnalisés. Combien d'années faudra-t-il, dans vos projets, pour que leur taux de cotisation rattrape celui des autres ? Quel sera le coût pour les finances publiques ?

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAdrien Quatennens :

Monsieur le secrétaire d'État, le Gouvernement porte intégralement la responsabilité de la situation de blocage actuelle. Dans le programme présidentiel du candidat Macron, on pouvait lire : « Nous ne toucherons pas à l'âge de départ à la retraite, ni au niveau des pensions. » C'est un mensonge, et c'est la raison pour laquelle vous devez retirer sans délai votre projet de réforme. C'est un mensonge, car le système par points que vous souhaitez instaurer touchera précisément aux deux : à âge égal, en comparaison au système actuel, il faudra travailler toujours plus longtemps pour bénéficier d'une retraite à taux plein. C'est donc bien que le niveau des pensions au...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Philippe Nilor :

Aujourd'hui, des millions de personnes revendiquent leur droit à une retraite digne, s'opposant à une politique oppressante d'inégalités, d'ostracisme et de stigmatisation. Elles ont bien compris que votre réforme est génératrice de pensions faibles et volatiles et d'une perte de qualité de vie. Si, dans l'hexagone, ses conséquences désastreuses ne font aucun doute, dans les territoires ultramarins, elles seront carrément génocidaires. Par votre universalisme aveuglant, vous ignorez une réalité singulière : des contingents d'actifs aux trajectoires professionnelles incomplètes, des jeunes arrivant tardivement sur le marché du trava...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Dharréville :

... vous essayez maintenant d'en tirer les conséquences en matière de retraite. Le problème est que vous n'assumez pas la véritable nature de ce projet. Nous sommes au coeur d'un enjeu de société majeur : la retraite, c'est le droit d'être pleinement libéré du travail prescrit pour le dernier temps de sa vie, en étant encore en bonne santé. Or votre projet vise, en réalité, à baisser le niveau des pensions, à allonger le temps de travail et à individualiser les retraites en faisant de chacun l'auto-entrepreneur de sa vie. Ce projet change donc la philosophie même du droit à la retraite comme garantie collective solidaire. C'est pourquoi vous devez retirer votre projet, pour prendre le temps d'une réforme qui rassemble – les conditions n'en sont pas réunies. De quoi êtes-vous réellement prêt à dis...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaXavier Roseren :

... en mettant en place une plateforme citoyenne. Avec la remise du rapport Delevoye, cet été, les concertations avec les organisations syndicales et patronales ont été réellement renforcées. Le 19 décembre dernier, le Premier ministre a proposé un programme de travail pour avancer sur les différents chantiers ouverts : la pénibilité, l'emploi des seniors, les fins de carrière, le montant minimum de pension, les périodes de transition pour passer de quarante-deux régimes spéciaux à un régime universel ou encore la question importante de l'équilibre financier de notre système. Monsieur le secrétaire d'État, pouvez-vous dresser un état des lieux des négociations en cours ? Pouvez-vous également nous indiquer comment, tout en conservant le principe d'universalité, qui est au coeur de cette réforme, le...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCorinne Vignon :

Selon les préconisations du rapport Delevoye, l'objectif de la pension de réversion dans le futur système universel consistera à garantir le niveau de vie de la personne survivante à 70 % des droits dont bénéficiait le couple. Ce dispositif unique permettra de mettre fin aux inégalités, car le système actuel varie en fonction des conditions de ressources, de l'âge ou du non-remariage : il existe actuellement treize régimes de réversion. Selon le rapport, la pension ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉric Girardin :

...alaise que la gent féminine subit tout au long de sa vie active. La retraite des femmes est touchée par cette inégalité en raison de carrières plus défavorables que celles des hommes. En effet, aujourd'hui en France, l'écart de salaire entre les femmes et les hommes est de presque 24 %. La retraite des femmes est, en moyenne, inférieure de 42 % à celle des hommes. Une femme touche en moyenne une pension de 1 091 euros bruts par mois, contre 1 891 euros bruts pour un homme, soit 800 euros d'écart. Les femmes dont les carrières sont interrompues par des périodes de maternité, par exemple, sont pénalisées puisque leurs carrières sont hachées ; certaines sont obligées de continuer à travailler jusqu'à 67 ans pour annuler le principe de la décote. Monsieur le secrétaire d'État, pouvez-vous nous indi...