⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Interventions sur "masque"

39 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBertrand Pancher :

Notre devoir est de n'oublier personne et de prendre en compte la situation de chacun, à commencer par les plus fragiles, pour lesquels la crise sanitaire, sociale et économique a des effets dramatiques. Les Français sont déboussolés et la cacophonie au plus haut niveau de l'État n'a fait que renforcer l'angoisse et l'anxiété. Trop de brouillons leur ont été présentés ! La pénurie de masques, de respirateurs et de tests, et les annonces contradictoires ont démontré l'absence totale d'anticipation de l'État, qui, aux plans stratégique et logistique, réagit toujours avec un train de retard – le groupe Libertés et territoires, par la voix de François-Michel Lambert, vous a d'ailleurs souvent alerté à ce sujet. Nombreux sont ceux qui font référence au livre de Marc Bloch, L'Étrange Déf...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBertrand Pancher :

Plus les sujets sont complexes, plus les décisions doivent être prises de façon collective. Comment croire que les conditions d'une sortie de crise sont réunies tant que l'on ne dispose pas de masques en nombre suffisant, tant que l'on n'a pas passé d'accord avec les collectivités ou les entreprises sur la répartition des rôles, sur les achats, sur les volumes, sur les calendriers, et alors qu'il y a eu, ces dernières semaines, tant de cacophonie ! Quand c'est le conseil régional du Grand-Est qui doit acheter des masques pour protéger les agents relevant de ses compétences – économie, enseign...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

...ronavirus aussi. » On pourrait lui faire porter la responsabilité de cette déclaration et de celle où elle prétendait vous avoir informé du danger, ce qui ne se voit pas dans celle que je viens de citer. Mais comment alors comprendre que, le 3 mars – le 3 mars ! – , le Président de la République déclare : « Il est encore trop tôt pour dire si la France passera au stade de l'épidémie. » Quant aux masques, tout le monde convient à présent qu'ils sont indispensables et font en quelque sorte partie des instruments barrières élémentaires. Vous dites vous-même avec raison, monsieur le Premier ministre, qu'il faudra en faire porter dans les transports en commun, mais il ne sert à rien de répéter aux gens qu'il ne faut pas prendre le métro pour le plaisir, car ils sont fort rares ceux qui sont dans ce ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

Les gens font ce qu'ils font parce qu'ils y sont obligés, non parce qu'ils sont déraisonnables. Pourtant, le 13 avril, M. Macron déclarait : « Je refuse aujourd'hui de recommander le port du masque par tous et jamais le Gouvernement ne l'a fait. Si nous le recommandions, ce serait incompréhensible » – le 13 avril ! Passons aux tests : alors que, dès le 15 mars, l'OMS recommandait de « tester, tester, tester », formule reprise par d'autres après qu'on nous a dit dans cet hémicycle que cela ne servait à rien, le Président Macron déclare, le 23 avril : « Nous n'allons pas tester toutes les Fr...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

Voilà ce que j'appelle des injonctions odieuses. Il en est de même pour les travailleurs qui vont se rendre sur leur poste de travail sans garantie d'avoir un masque pour se protéger et sans que vous ayez, comme c'est votre responsabilité de le faire, ordonné, et non suggéré, qu'ils puissent tenir des réunions de sûreté sanitaire sur leurs lieux de travail pour contrôler les conditions sanitaires de la production. Voici maintenant ce qu'il faut dire, monsieur le Premier ministre, et qui fait que je m'étonne qu'autant de gens dans votre propre camp souhaitent...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

une deuxième vague épidémique est inéluctable, et elle sera d'autant plus violente que les conditions de sortie du déconfinement n'auront pas été réunies. Il n'y aura pas de masques en quantité suffisante, permettant à chaque personne d'en avoir un qui soit efficace sans qu'il ne lui en coûte un euro, parce qu'il s'agit de sa propre survie.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

Si l'on trouve 3 milliards d'euros pour Air France, on peut en trouver autant pour donner des masques à tous les Français. Il n'y aura pas assez de tests. Il n'y aura pas assez de places pour l'hébergement en quarantaine qui nécessiterait des réquisitions dans le secteur hôtelier. Il faudrait aussi réquisitionner toute l'industrie textile pour qu'elle produise les masques dont nous avons besoin, à l'instar de ce que fait le Maroc, pays que nous devrions imiter dans ce domaine parce qu'il parvie...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaStéphane Peu :

...paraît-il, le Premier ministre de la gravité de la pandémie. Il n'y a pas besoin de dépister systématiquement : telle était la doctrine que vous défendiez contre l'avis de l'OMS et les résultats obtenus dans d'autres pays. Au moment même où vous invitiez les Français à rester chez eux, votre ministre du travail exhortait à rouvrir les chantiers dans le bâtiment. Vous avez aussi cafouillé sur les masques en déployant une irresponsable argumentation sur leur inutilité pour cacher la pénurie. Votre doctrine est simple : ce qui fait défaut n'est pas indispensable. Et la semaine dernière, nous avons appris, médusés, que 8 500 des 10 000 respirateurs commandés ne sont pas adaptés aux malades du Covid-19.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaStéphane Peu :

...ignants, cette reprise du 11 mai ne sera pas une rentrée. Dès septembre, il faudra engager un plan de rattrapage massif, notamment en intégrant dans les futurs programmes ce qui aurait pu être appris pendant cette période, afin de ne pas entériner les inégalités scolaires. Il faut aussi sortir du flou sur les points les plus essentiels d'un plan de déconfinement. L'État doit garantir le droit au masque gratuit pour toute la population avant de le rendre obligatoire, par exemple, dans les transports en commun. À cet égard, j'ai une pensée pour les usagers de ma circonscription qui empruntent la ligne 13 du métro, rebaptisée « la ligne de l'enfer ». Il faut aussi mettre massivement et régulièrement des tests à la disposition de la population afin de permettre le suivi des personnes testées posit...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDamien Abad :

...ent un débat et un vote spécifiques. S'agissant du plan de déconfinement lui-même – nous avons écouté attentivement votre déclaration – , nous craignons qu'il se traduise par un déconfinement low cost et que sa mise en oeuvre opérationnelle soit particulièrement difficile. Nous alertons notamment sur le risque d'un déconfinement à protection variable. Permettez-moi de revenir un instant sur les masques et les tests. Le port obligatoire du masque dans les transports en commun constitue certes une avancée, mais il reste une exception dans la sphère publique, où la recommandation continue de l'emporter sur l'obligation. En ce qui concerne les tests, j'ai bien noté quel était l'objectif, mais comment ferez-vous pour l'atteindre compte tenu des difficultés qui existent en France dans le déploiemen...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDamien Abad :

Si le Gouvernement n'est pas en mesure de fournir au pays suffisamment de masques et de tests, la France va tout droit vers une deuxième vague épidémique dont les conséquences seront catastrophiques. En ce qui concerne les écoles, Mme Annie Genevard développera notre position. Je dirai simplement qu'au libre choix laissé aux familles succède le report de la reprise des cours par les lycéens et les collégiens, pourtant plus à même de respecter les gestes barrières que les élè...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDamien Abad :

...es deux premiers mois suivant le déconfinement. Depuis le début de la crise, la droite fait preuve de constance, de cohérence et d'esprit de responsabilité. Nous avons voté toutes les mesures d'urgence et formulé de nombreuses propositions, concernant notamment le seuil de perte de chiffre d'affaires permettant d'accéder au fonds de solidarité ou l'autorisation faite aux pharmacies de vendre des masques. Car notre marque de fabrique est d'être une force de proposition. Parce que nous voulons la réussite de la France, nous avons aussi mis sur la table, dès ce week-end, un plan comportant cinquante propositions précises et crédibles, fruit du travail collectif des 104 députés du groupe. Il se fonde sur deux priorités : mieux protéger les Français et accélérer la reprise économique. Notre stratég...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPatrick Mignola :

...rs les plus fragiles socialement, que nous ne devons pas placer dans une position intenable. Voilà pourquoi nous allons sortir d'un régime de confinement assorti d'exceptions pour aller vers un régime de liberté comportant des restrictions. C'est ainsi que nous devons expliquer la situation aux Français. Votre plan, monsieur le Premier ministre, repose sur deux piliers : le matériel sanitaire – masques, tests, dispositif d'isolement – et un cadre d'action par secteur d'activité, public et privé, qui sera confié sur le terrain, de façon décentralisée, au couple maire-préfet. Plusieurs collègues ont fait part à la tribune de leur exigence que le travail soit territorialisé. Pour ma part, je souhaite qu'il le soit en deçà de l'échelon départemental, peut-être même au niveau de l'arrondissement, e...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPatrick Mignola :

Car c'est bien avec eux, ainsi qu'avec les sous-préfets, que, dans le secteur public comme dans le privé, nous pourrons réussir le déconfinement. En matière sanitaire, il est important d'avoir réintroduit des objectifs et retrouvé de la clarté, d'abord s'agissant des masques, en redéfinissant la doctrine, en apportant la garantie d'en disposer et en indiquant leur méthode d'utilisation et les obligations auxquelles les Français seront soumis en la matière, notamment dans les départements les plus touchés et lorsque les règles de distanciation sociale ne pourront être respectées. Bien sûr, à cet égard, nous avons été en difficulté, dès le début de la crise, partout s...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPatrick Mignola :

Vous avez apporté des réponses en matière de masques, monsieur le Premier ministre, mais également en matière de tests : je tiens à saluer l'objectif de 700 000 tests par semaine, et aussi le défi très important que représentent les tests itinérants, grâce aux brigades sanitaires. Vous avez également évoqué l'isolement, qui est en effet difficile pour les Français. Mais nous aurons besoin qu'ils l'acceptent pour rompre la chaîne de propagation du...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPatrick Mignola :

...e. Enfin, en matière de transports, le travail de terrain sera également nécessaire. À cet égard, je formulerai deux observations. La première concerne la nécessité de conduire une réflexion sur l'avenir du transport aérien, en particulier des liaisons avec nos outre-mer, ce qui constitue une forte attente de ces territoires. La seconde porte sur l'Île-de-France : les règles relatives au port du masque et à la distanciation sociale, madame la ministre de la transition écologique et des transports, devront y être élaborées au plus près du terrain si nous voulons que l'organisation des plans de transports permette aux Franciliennes et aux Franciliens de reprendre le travail dans de bonnes conditions. Il convient ainsi de réfléchir avec les employeurs à des horaires différenciés pour que, matin et...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaOlivier Faure :

...coupable, car elle crée une défiance, alors même que le pays a besoin de repères clairs. En quinze jours, nous avons assisté à un festival de contradictions, d'incohérences, d'approximations sur le confinement des anciens, sur la réouverture des écoles, sur la régionalisation des mesures – vous avez à l'instant même dû revoir les annonces faites par le ministre de l'éducation nationale. Quant aux masques : inutiles un jour, utiles le lendemain, obligatoires, facultatifs, en papier, en tissu, commandés, pas arrivés ; de retards en dénis, de dénis en mensonges, la doctrine a varié si souvent que plus personne ne vous écoute sur ce sujet ! Disons les choses simplement : personne ne devrait être tenu par le pari du Président de la République. J'ai cru comprendre à votre intervention, monsieur le Pr...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Christophe Lagarde :

...ères : le nombre de nouveau cas ; l'état des services d'urgence ; la reconstitution des stocks de matériel et de médicaments, mais également du capital humain, notamment dans les départements et les territoires les plus éprouvés ; et la capacité en matière de tests, indispensable pour améliorer le déconfinement le 11 mai. J'estime toutefois que vous avez oublié de mentionner la disponibilité des masques – parce qu'ils ne seront pas disponibles en même temps sur tout le territoire. Les collectivités locales en ayant toutes commandé simultanément, elles ne les recevront pas toutes en même temps et ne pourront donc pas garantir la protection nécessaire à chacun. Vous avez clairement affirmé le caractère essentiel des masques. Je vous en remercie, en soulignant tout de même que personne, me semble-...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉric Bothorel :

...e formes graves. Protéger, tester, isoler : c'est, en substance, ce que vous avez présenté tout à l'heure, monsieur le Premier ministre. Cette stratégie doit nécessairement être souple et adaptative, car, de l'aveu des experts réunis au sein du Conseil scientifique, nous ne savons pas de quoi demain sera fait. Compte tenu de cette incertitude, il nous faut mobiliser tous les moyens disponibles : masques, tests, gestes barrières, distanciation sociale et outils technologiques. Il y va de notre capacité à alléger les contraintes que les Français subissent et à éviter à tout prix la perspective d'un reconfinement. Pour ce faire, le Conseil scientifique a formulé plusieurs axes stratégiques dans son avis du 20 avril, et je me félicite que le Gouvernement se place dans son sillage. Nous avons réuss...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉric Ciotti :

...es de retour dans l'hémicycle, et je m'en réjouis – , vous n'avez pas su anticiper suffisamment cette crise. À chaque étape de la pandémie, mais bien avant aussi, vous avez manqué de clairvoyance et de prévoyance. Que d'erreurs ! Des erreurs fatales, qui ont coûté si cher à notre pays ! En 2018 et 2019, vous n'avez pas suivi les rapports qui exigeaient le renouvellement des stocks stratégiques de masques, alors tombés au plus bas depuis le départ de Nicolas Sarkozy, qui en avait laissé 1,4 milliard : on en comptait à peine 100 millions en janvier 2020. Le 24 janvier, Agnès Buzyn déclarait que le risque d'importation du coronavirus depuis la Chine était quasi-nul, ouvrant une longue période de près d'un mois d'inertie avant que les premiers cas n'apparaissent en Italie. Le 23 février, ici même, ...