⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "partenaires"

8 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCatherine Fabre :

...uparavant, la réforme de l'assurance chômage a créé une nouvelle protection qui s'avèrera certainement précieuse. C'est dans cet esprit de protection et d'innovation que nous devons aborder la suite, afin de continuer, dans ce nouveau contexte plus difficile, à construire avec volontarisme de véritables parcours de sécurisation professionnelle. Les travaux commencés il y a quelques mois avec les partenaires sociaux sur la prévention de la pénibilité au travail et les possibilités de reconversion professionnelle vers des secteurs stratégiques et prometteurs doivent participer à ce mouvement de reconstruction de notre économie pour l'avenir, et veiller à ne laisser personne au bord du chemin.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMarie-Christine Dalloz :

...séquences dans ce moment seront dramatiques. Les députés du groupe Les Républicains ont combattu cette réforme dangereuse. Petit rappel pour mémoire : son adoption, avec le vote d'un amendement quasi hors délai, en dernière lecture au Sénat, à la demande du Président de la République, n'est pas une procédure courante. Il n'y a eu aucun débat de fond sur le sujet et l'apparente confiance dans les partenaires sociaux masque mal une réelle défiance à leur égard. La feuille de route qui leur avait été présentée était intenable et tout a été fait pour que les négociations échouent, avec comme seul but la mainmise de l'État sur l'un des temples du paritarisme, l'UNEDIC. Selon les prévisions de l'UNEDIC, le déficit en 2019 était de 1,9 milliard ; en 2020, il aurait dû être de 0,9 milliard, et l'UNEDIC tab...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMichèle de Vaucouleurs :

Je remercie vivement le groupe GDR d'avoir fait inscrire à nos débats la question de la réforme du chômage. C'est l'occasion de rappeler le travail important effectué par le législateur, le Gouvernement et les partenaires sociaux sur la question de l'emploi depuis le début de la législature. C'est également l'occasion de mettre en perspective les résultats obtenus à ce jour en matière d'emploi et de tenter d'éprouver la justesse du modèle à l'épreuve de la crise économique et sociale qui est devant nous. Réforme du dialogue social, loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel et réforme du chômage form...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaurence Dumont :

...es conditions d'accès à l'assurance chômage : pour être indemnisé, il devenait nécessaire de travailler six mois durant les deux années précédentes au lieu de quatre mois durant les vingt-huit mois précédents, soit travailler un jour sur quatre au lieu d'un jour sur sept. Un choix assumé, appliqué par décret, sans écoute ni des associations caritatives, ni de l'opposition, ni du Parlement, ni des partenaires sociaux. Aux syndicats, qui craignaient des baisses drastiques pour les plus précaires, vous répondiez que la conjugaison des nouvelles règles et surtout un marché de l'emploi dynamique renforceraient la reprise d'un emploi. Un marché dynamique de l'emploi, disiez-vous : avec la crise du coronavirus et le ralentissement dû au confinement, le risque d'augmentation de la précarité et du chômage e...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJeanine Dubié :

Il y a six mois, le Gouvernement entérinait sa réforme de l'assurance chômage par l'entrée en vigueur de son premier volet, prenant ainsi définitivement acte de l'échec des négociations entre les partenaires sociaux. À l'époque déjà, le groupe Libertés et territoires avait regretté le peu de marge de manoeuvre que le Gouvernement avait laissé aux partenaires sociaux et sa reprise en main de ce sujet, d'autant que la réforme présentée in fine nous a fait douter, pour dire le moins, de sa capacité à protéger les demandeurs d'emploi les plus fragiles. Nous craignions en effet que cette réforme réponde ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaStéphane Viry :

... celles du candidat Macron. Pour assurer la cohésion sociale et éviter une crise démocratique inouïe qui suivrait la crise sanitaire, il faut que les représentants inspirent confiance et que le système global ne soit pas à la main d'un État toujours plus centralisateur. Le bilan de votre réforme est amer, comme l'a dit Marie-Christine Dalloz : vous aviez programmé l'échec des discussions avec les partenaires sociaux ; …

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaStéphane Viry :

...aviez pris la décision de reprendre la main sur l'UNEDIC, en faisant table rase de quelque chose qui fonctionnait. Nous l'avions d'ailleurs dénoncé. Vous avez ainsi mis à mal la gestion paritaire qui faisait la force de notre démocratie sociale. Revenir sur cette réforme, qui doit s'étaler jusqu'au printemps 2021, est donc indispensable. Vous avez à plusieurs reprises évoqué un dialogue avec les partenaires sociaux : pourriez-vous nous indiquer votre méthode et votre rythme pour atteindre cet objectif ? Accepteriez-vous de donner aux branches la capacité d'élaborer des plans stratégiques ? Comment entendez-vous mener une politique d'emploi qui aille bien au-delà de la politique de l'assurance chômage, afin de permettre à chacun de retrouver un emploi ?

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlexis Corbière :

...t parlementaire sur un sujet qui concerne pourtant des millions de gens. Je ne reviens pas davantage sur cet épisode qui en dit long sur votre conception de la démocratie et que je considère comme une dérive, hélas, permise par la Ve République. Pour être franc, madame la ministre, j'ai du mal à prendre au sérieux l'affirmation que vous nous répétez à l'envi selon laquelle vous discutez avec les partenaires sociaux puisque vous ne l'avez jamais fait jusqu'à présent. Je cite, à l'appui de mon interrogation, l'avis – qui ne vous aura pas échappé puisque votre ministère est compétent pour suivre les positions des organisations syndicales – de la CFDT – je ne mentionne même pas les hirsutes de la CGT ou de FO : la CFDT qualifie l'impact de votre réforme de « redoutable » ! Dans la limite de l'exercice...