⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Interventions sur "pénurie"

11 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAgnès Firmin Le Bodo :

Madame la secrétaire d'État auprès du ministre de l'économie et des finances, face à la pénurie de masques pour faire face à l'épidémie de covid-19, de multiples initiatives ont été lancées, qui démontrent au passage le dynamisme des élus locaux. Certains ont organisé des ateliers regroupant des couturiers et des couturières bénévoles. D'autres ont incité les habitants à confectionner des masques en tissu, en précisant le plus souvent qu'il était nécessaire de respecter les recommandations ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSylvia Pinel :

Cette stratégie a pourtant été dénoncée dès 2015, dans un rapport de Francis Delattre, alors sénateur : elle permet certes de réaliser des économies considérables mais entraîne des ruptures d'approvisionnement de plus en plus fréquentes. Pendant l'épidémie, nous avons fait face à une véritable pénurie, qui a obligé à une gestion restrictive de la distribution de masques et à des commandes tardives et urgentes. Nous devons revoir notre politique de gestion des stocks, d'autant que la crise peut durer et que d'autres menaces sanitaires sont à prévoir. Envisagez-vous un changement de doctrine et, si oui, lequel ? Il convient de souligner le rôle majeur joué par les collectivités locales, notamme...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉric Coquerel :

Comme beaucoup de collègues, je me suis étranglé hier en écoutant Emmanuel Macron dire qu'il n'y a pas eu de pénurie de masques. Est-ce un trou noir mémoriel ou de l'humour noir ? Je ne sais, mais les plus de 40 000 soignants des établissements médicaux et sociaux qui ont été contaminés en grande partie parce qu'ils n'avaient pas de protection suffisante ont dû trouver saumâtre la réflexion du chef de l'État.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMathilde Panot :

...arvenue en 2019. Votre responsabilité, ce sont sans doute les soignants qui en parlent le mieux. Je cite André Grimaldi, professeur émérite en centre hospitalier universitaire : « Avoir supprimé les stocks de masques constitués en 2007, c'était une faute. Dire aujourd'hui que les masques sont inutiles sauf pour les soignants, c'est pire qu'une faute. » Oui, Emmanuel Macron est le Président de la pénurie. Oui, nous avons été en rupture de masques, et vous en avez vous-même créé les conditions. Ma question est donc simple : …

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaElsa Faucillon :

...nu le déconfinement, l'heure est à la multiplication des stocks de masques grand public, rendus obligatoires dans les transports puis dans les collèges et les lycées. Le sujet est trop sérieux pour en rire et pour faire l'objet d'un gag. Mais quel fiasco pour la sixième puissance économique mondiale ! Vous avez usé et abusé d'un argument fallacieux, l'inutilité des masques, pour cacher une réelle pénurie. En réalité, les commandes ont été passées tardivement et dans des volumes trop faibles. Pire encore, les lois de réquisition sanitaire que nous vous avions proposées n'ont pas été appliquées. Vous devrez répondre de ces actes une fois la crise passée. Nous ne l'oublierons pas, même si, d'ici là, il convient de permettre à tous les Français d'obtenir des masques. Le Gouvernement a bien plafonné ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBelkhir Belhaddad :

J'aimerais précisément m'arrêter sur ce point. La cellule dite « commando » créée au ministère de la santé a-t-elle bien appréhendé les réalités d'un marché mondial en proie à la pénurie ? Les outils et les compétences dont nous disposons sont-ils bien adaptés à ce marché en ébullition ?

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSereine Mauborgne :

...talie ainsi que son port mondialisé et la population très âgée qui y vit mettaient en danger. Alors que les discours faisaient état de millions de masques, les stocks arrivaient de manière irrégulière dans le temps comme pour ce qui concernait les volumes. Pourtant la logistique, tant dans les GHT – les groupements hospitaliers de territoire – que dans les officines, s'est adaptée pour rendre les pénuries les plus courtes possibles et pour approvisionner les professions oubliées – je pense au secteur des pompes funèbres et aux collecteurs des DASRI, les déchets d'activités de soins à risques infectieux. L'Ordre national des pharmaciens a même créé, en PACA, une application, GoMask, pour rendre lisibles et visibles les stocks destinés aux soignants ; ce fut un grand succès. Cependant, alors que l...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Noël Barrot :

...ques FFP2. En certains points de douane, mais pas dans tous, des temps d'attente importants, pouvant aller jusqu'à une semaine, ont été nécessaires pour débloquer des gros paquets de masques attendus par les établissements de santé. Pouvez-vous nous apporter des éclaircissements sur ce point ? Les masques sont le matériel prioritaire mais, en Île-de-France et dans d'autres régions, une véritable pénurie de blouses a été constatée dans les hôpitaux et dans les EHPAD. Les ARS sont chargées de la répartition des masques entre les établissements de santé et les EHPAD, mais elles ne sont apparemment pas chargées de l'approvisionnement et de la répartition des blouses. Ne conviendrait-il pas de tirer les leçons de la crise et de prévoir des procédures d'approvisionnement efficaces pour les masques com...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristine Pires Beaune :

La crise sanitaire est traversée par un long fil rouge, devenu, au gré des contradictions, un véritable scandale : la pénurie de masques et sa gestion par le Gouvernement. Monsieur le ministre, vous affirmiez le 24 février : « La France dispose de stocks massifs de masques chirurgicaux si nous avions besoin d'en distribuer. » Le directeur général de la santé déclarait deux jours plus tard : « Il n'y a pas de sujet de pénurie. » Mais, le 21 mars, vous preniez le contre-pied de la position adoptée jusqu'alors en affirman...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristine Pires Beaune :

..., il s'est consolé en disant que, de toute façon, elles n'étaient pas mûres. Cette fois, c'était « M. Philippe et les masques ». Et voilà que désormais les masques hier « inutiles », à en croire le directeur général de la santé, devraient absolument être portés, toujours selon le même. Mais la palme revient sans aucun doute au Président de la République, qui, lundi soir, sur BFM TV, démentait la pénurie en affirmant : « La France n'a jamais été en rupture de masques. L'exécutif a mis en place une doctrine restrictive. »

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristine Pires Beaune :

...uppliait de lui trouver des masques, ses « filles », disait-elle, ne voulant plus se rendre chez les personnes âgées par peur de les contaminer. Je me souviens enfin de cette aide-soignante au CHU, qui ne portait pas de masque parce que le cadre de santé les rationnait ; telle était la consigne. Et je ne vous parle même pas de la situation en EHPAD ! Venir dire aux Français qu'il n'y a pas eu de pénurie, c'est une faute terrible. C'est ainsi que je le ressens. Le Président de la République doit comprendre qu'il ne joue pas un rôle, que la politique ne consiste pas à faire de la communication à longueur de journée ni à essayer de réécrire l'histoire. Un peu de respect pour ces femmes et ces hommes qui ont souffert de la pénurie de masques ! Un peu de respect pour la communauté des soignants qui a...