⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Interventions sur "trésorerie"

17 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBrigitte Kuster, rapporteure de la commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire :

...rie et de la restauration. C'est bien sûr une mesure complémentaire de celles qui existent déjà ; elle s'inscrit dans la logique de réduction des impôts et des charges que nous prônons dans le cadre du plan de redressement économique proposé par le groupe Les Républicains. Cette baisse de la TVA permettrait de sauver un grand nombre d'entreprises, donc d'emplois, en assurant la reconstitution des trésoreries, aujourd'hui cruellement nécessaire. Permettez-moi de rappeler que c'est un mécanisme de soutien qui a déjà fait ses preuves : en 2009, souvenez-vous, il avait été décidé d'aligner le taux de TVA pour les ventes à consommer sur place sur celui des ventes à emporter. La majorité de l'époque avait décidé de ne pas attendre le projet de loi de finances de l'année suivante, et avait privilégié l'ad...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBrigitte Kuster, rapporteure de la commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire :

...us rentable la réouverture des établissements, alors même que la distanciation sociale, dont je rappelais tout à l'heure les effets néfastes, s'impose au plus grand nombre et réduit le nombre de couverts servis. Il s'agit ensuite de soutenir un tissu de TPE fondamental pour l'économie française, qui aborde la crise déjà fragilisée. Le risque, c'est que les hôteliers-restaurateurs n'aient plus la trésorerie pour payer les salaires : ils devraient alors se séparer de certains salariés, alors même que ce secteur est habituellement l'un des plus dynamiques – plus d'un million d'emplois, de surcroît non délocalisables. Ce sont les jeunes qui en pâtiront le plus, puisque la moyenne d'âge dans le secteur de l'hébergement et de la restauration est d'environ 35 ans. De surcroît, les performances des entrep...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJoaquim Pueyo :

...ertain nombre de mesures, telles que le fonds de solidarité, le chômage partiel ou le prêt garanti par l'État. Ces outils ont permis – tout le monde le reconnaît – de sauvegarder des emplois et de soutenir les acteurs économiques durant cette période inédite. Cependant, les baisses et suspensions d'activité ont créé ou renforcé des situations de fragilité et ont eu des incidences sévères sur les trésoreries des entreprises. Les plus petites structures sont les plus exposées et nécessitent un accompagnement particulier. Cette vigilance doit spécifiquement s'exercer sur les secteurs dépendant de la saisonnalité. C'est le cas de l'hébergement touristique, des cafés, bars et restaurants, et de toutes les autres activités liées au tourisme. Leurs revenus dépendent grandement de la période estivale ; or...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJoaquim Pueyo :

...redevances et impôts locaux au titre de l'année 2020, avec la compensation par l'État des pertes de recettes engendrées pour les collectivités, ou encore la prolongation jusqu'au 15 mars 2021 des mesures relatives à l'activité partielle des salariés. L'extension à dix ans du prêt garanti par l'État doit également être sérieusement envisagée, afin de retarder au maximum le risque de difficulté de trésorerie des entreprises. Notre volonté est également de compléter le dispositif du chèque-vacances par une formule « tout compris ». Nous avons aussi proposé un plan de relance, avec la création d'un fonds d'amortissement des charges reportées destiné aux petites et moyennes entreprises du secteur du tourisme, lequel serait alimenté par les compagnies d'assurance et par une taxation des agences et plat...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaVincent Rolland :

...ements et suppressions de charges, le prêt garanti par l'État, le prêt tourisme ou l'annulation de la taxe de séjour. Mais elles ne suffisent pas. Les dirigeants des établissements de tourisme savent que le plus difficile reste à venir, étant donné qu'ils auront à faire face à des accumulations de dettes et à des emprunts reportés, qui ne manqueront pas de venir fragiliser, voire d'anéantir, des trésoreries au plus bas. Les protocoles sanitaires et les distanciations sociales seront, quant à eux, autant de charges qui s'inscriront dans une reprise progressive de la fréquentation. Nous le savons bien, contrairement à d'autres secteurs d'activité, il n'y aura pas de consommation de rattrapage ; les pertes déjà subies ne seront jamais compensées ou récupérées. La profession estime à 20 % le nombre d'...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaVincent Rolland :

… laquelle prévoit la baisse du taux de TVA s'appliquant à ce secteur pour le faire passer de 10 à 5,5 % jusqu'à la fin de l'année 2020. Cette mesure permettra de soutenir un redémarrage, que l'on sait difficile et progressif, en reconstituant la trésorerie des entreprises et en abaissant le point mort à partir duquel une affaire peut recommencer à vivre – ou à survivre. Cette approche économique encourage la reprise de l'activité et fera diminuer le recours au chômage partiel. De plus, les exonérations de charges n'auront que peu d'impact dans le secteur de la restauration, les rémunérations qui y sont pratiquées se situant, pour la plupart, autou...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJeanine Dubié :

... groupe Les Républicains ont choisi de rouvrir le débat sur le taux de TVA dans la restauration et les cafés, tout en l'étendant au secteur de l'hébergement touristique. Les députés de notre groupe se sont interrogés : cette réduction, temporaire je le rappelle, est-elle le bon moyen de soutenir ces secteurs, dans la mesure où elle leur permettrait d'améliorer leurs marges et de reconstituer leur trésorerie dans un contexte difficile ? Sans conteste, la baisse de la TVA constitue un outil d'amélioration des marges.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉmilie Cariou :

...mment d'impôts locaux, qui sont bien évidemment très importantes pour les restaurateurs. Nous sommes très réservés quant à l'idée de baisser la TVA afin d'octroyer un soutien supplémentaire. La TVA est une taxe acquittée par les consommateurs, et nos collègues du groupe Les Républicains assument d'ailleurs que cette ristourne de TVA aurait vocation à permettre aux entreprises de constituer de la trésorerie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉmilie Cariou :

… sur le dos desdits consommateurs. En outre, une baisse de taux uniforme bénéficierait à toutes les entreprises du secteur, indépendamment de leur taille, du lieu et du type de difficultés rencontrées. Or les capacités de trésorerie sont, vous en conviendrez, très contrastées au sein d'un même secteur socioprofessionnel. Le groupe Accor, aussi respectable que soit cette multinationale, n'a pas les mêmes problèmes qu'un restaurant de quartier, …

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAgnès Firmin Le Bodo :

La crise sanitaire due au covid-19 et les fermetures administratives décidées dans le cadre du confinement ont grandement fragilisé le secteur du tourisme. La perte d'activité moyenne du secteur est estimée entre 25 et 40 % pour l'année 2020. Les entreprises en ressentent fortement l'impact sur leur trésorerie, alors que certaines d'entre elles avaient déjà subi une perte substantielle d'activité du fait des mouvements sociaux de la fin de l'année 2019. La fermeture de tous les restaurants a été décrétée le 14 mars 2020, et toute la population française a été confinée le 17 mars. Comptant 600 000 salariés et 120 000 non-salariés, le secteur de la restauration traditionnelle, hors restauration rapide, ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaStéphane Peu :

...rêts pour que la garantie de l'État joue pleinement son rôle. Ajoutons qu'un prêt doit par définition être remboursé : ce n'est donc pas non plus la panacée. Aussi nos collègues formulent-ils la proposition de baisser la TVA de 10 à 5,5 % jusqu'à la fin de l'année, provisoirement donc, afin de permettre aux acteurs de l'hôtellerie-restauration d'améliorer leurs marges et donc de reconstituer leur trésorerie. Si la pertinence de l'objectif poursuivi est peu contestable, plusieurs remarques s'imposent. La baisse de TVA envisagée ne s'appliquera pas aux voyagistes, qui ont pourtant beaucoup souffert de la situation, avec un recul de 97 % de leur activité : il aurait peut-être été souhaitable de les inclure dans le périmètre de cette baisse de TVA.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSébastien Chenu :

...treprises dont la situation financière est la plus solide. Ils ne sont pas assez nombreux ; de plus, de nombreux entrepreneurs témoignent du refus de leur banque habituelle de leur accorder ces prêts sollicités et pourtant garantis, donc, par l'État – aucune disposition n'oblige en effet les établissements bancaires à accorder à leurs clients des crédits, même garantis par l'État. Ainsi, faute de trésorerie suffisante, les entreprises les plus fragiles n'ont pas pu reprendre leur activité à l'occasion du déconfinement. Quant aux entrepreneurs qui ont eu la chance d'obtenir des prêts et qui ont pu traverser la crise sanitaire, le plus dur reste cependant à venir. Avec un chiffre d'affaires proche de zéro pendant deux mois, les acteurs du secteur ont vu leur trésorerie se dégrader fortement : c'est un...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaurent Saint-Martin :

...faire jusqu'à la fin de l'année, mais on sait pertinemment que pour la remonter à des taux normaux, c'est une tout autre histoire. Si on adoptait votre proposition de loi, il faudrait – ce que vous ne faites pas dans votre texte – vous engager à la remonter au même niveau – ce serait un minimum. Non, mes chers collègues : ce qui est efficace pour tous les secteurs d'activité, c'est d'avoir de la trésorerie. Comment avoir de la trésorerie ? Avec du « cash » directement injecté dans l'entreprise. L'activité partielle est ici une excellente mesure. Vous citiez les Allemands : nous avons adopté un dispositif d'indemnisation de l'activité partielle plus protecteur que celui des Allemands. Vous citiez les Allemands : nous avons mis en place un fonds de solidarité que n'ont pas les Allemands.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaurent Saint-Martin :

Demandez aux acteurs de l'hôtellerie-restauration s'ils n'ont pas été satisfaits du fonds de solidarité ! Ils ont reçu l'aide directement dans leur trésorerie ; cela leur a permis de payer les charges. N'est-ce pas le plus important ?

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaurent Saint-Martin :

Il n'y a pas de solution magique, il n'y a pas de martingale. Les solutions concrètes, ce sont la trésorerie injectée dans les entreprises pour payer les charges et les salaires, l'activité partielle, le PGE, le fonds de solidarité, l'annulation de charges à hauteur de 3 milliards. C'est concret et efficace, c'est mieux que votre proposition de loi !

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Louis Bricout :

À l'évidence, cette baisse de TVA se traduira par une augmentation des marges, ce qui soulagera la trésorerie des entreprises dans un secteur qui a beaucoup souffert. C'est à cet égard que nous vous soutenons.