⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Interventions sur "hôpital"

28 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Dharréville :

 « Blouses blanches, colère noire » : voilà l'un des slogans que l'on pouvait lire mardi dans le cortège du personnel hospitalier de Martigues. Un peu partout dans le pays, ils étaient nombreux à manifester – sans compter celles et ceux qui ne l'avaient pu pour cause de réquisition : l'hôpital ne s'arrête jamais. Après la levée du confinement, il n'a pas fallu attendre longtemps pour que les défilés reprennent. La colère est même montée encore d'un cran, parce que la crise sanitaire a déferlé sur des hôpitaux publics malmenés, les revendications rabâchées sur tous les tons depuis des mois, voire des années, n'ayant pas reçu de réponse – et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir signalé ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Dharréville :

...on marchandise l'humain et on perd le sens du soin, au risque d'amorcer la décivilisation. Chers collègues, qu'aurons-nous appris de cette terrible épreuve ? Qu'aurons-nous accepté de regarder ? Qu'aurons-nous écouté du pays en lutte pour se défaire des griffes de l'épidémie ? Qu'aurons-nous entendu de la parole des personnels, notamment des soignants ? Rien ne doit plus être comme avant pour l'hôpital public. Je lisais encore cette formule sur les tracts distribués dans mon territoire : « Assez de belles paroles, on veut des actes ! » Notre proposition est simple : il s'agit de poser un cadre et de tracer des perspectives pour, dès aujourd'hui, conforter notre hôpital, nos EHPAD, notre système de soin et respecter les agents, quelle que soit leur fonction. Je crois que nous pourrions y arrive...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMonique Iborra :

… puisque certaines des préconisations contenues dans l'article unique de votre proposition de loi sont déjà satisfaites et en rupture avec les actions menées par les gouvernements antérieurs – loi portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, par exemple – et que les gouvernements suivants n'ont pas souhaité modifier. Le rapport remis aujourd'hui à Olivier Véran devrait vous satisfaire, en ce qu'il prévoit de modifier la gouvernance, notamment au sein de l'hôpital public. Nous avons pris des décisions, dont je ne citerai que quelques exemples. Les mesures prises pour la campagn...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlain Ramadier :

La proposition de loi en faveur d'une loi de programmation pour l'hôpital public et les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, déposée par nos collègues du groupe de la Gauche démocrate et républicaine, suscite toute notre attention, voire celle de tous les Français. Il est indéniable que l'hôpital public souffre. Les cris d'alerte des personnels soignants, médecins, infirmiers, aides-soignants ont beau avoir été légion, pour l'heure leurs reven...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCyrille Isaac-Sibille :

Je voudrais tout d'abord remercier M. Alain Bruneel de nous donner l'occasion de débattre d'un sujet qui nous préoccupe tous : les moyens de l'hôpital public et des EHPAD. Prenons garde, cependant, à ne pas cloisonner notre raisonnement. Si nous pensons aux soins en oubliant la prévention et la santé publique, l'hôpital nous demandera toujours plus de moyens et se transformera en tonneau des Danaïdes, ce qu'aucun de nous ne souhaite. La santé des Français doit être notre principale préoccupation. L'hôpital doit être une priorité, mais pas la s...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Louis Bricout :

Nos collègues du groupe de la Gauche démocrate et républicaine nous invitent aujourd'hui à examiner une proposition de loi en faveur d'une loi de programmation pour l'hôpital public et les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes. Si ce sujet s'impose à nous en raison des conséquences dramatiques de la crise du covid-19 sur les hôpitaux et les EHPAD, ce n'est ni une surprise ni une nouveauté. D'abord, l'épidémie n'a fait que renforcer et mettre en lumière les difficultés que rencontrent ces structures et les personnels qui concourent au fonctionn...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristophe Naegelen :

...taux publics, de prévoir une rémunération plus correcte des personnels soignants et de faire travailler ensemble le public et le privé sur le territoire national. En outre, en raison de la dégradation depuis des années des conditions de travail du fait de la T2A – tarification à l'activité – , les parlementaires et le Gouvernement doivent apporter tout leur soutien aux personnels soignants et à l'hôpital dans son ensemble. La forme, ensuite : une loi de programmation, cela a déjà été dit, est un bon cadre pour travailler à l'amélioration des conditions de travail des personnels soignants. Il existe déjà une loi de programmation militaire ; nous appelons de nos voeux une loi de programmation relative à la sécurité intérieure, pour les policiers et les gendarmes : il n'est pas incohérent de vouloi...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristophe Naegelen :

Eh bien, c'est en général le maire qui est à la tête du conseil de surveillance de l'hôpital. Quoi qu'il en soit, il est important d'évoquer cette question. Pourquoi ne pas donner plus de pouvoir aux présidents des conseils de surveillance ?

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPhilippe Vigier :

...au lendemain d'une épidémie qui les a éprouvés plus que jamais, la mobilisation des personnels soignants a repris un peu partout en France. C'est la preuve que la concertation ouverte depuis le 25 mai n'est pas encore à la hauteur des attentes et qu'il y a lieu d'apporter des réponses concrètes aux revendications visant l'amélioration des conditions de travail et la qualité du service rendu par l'hôpital, public comme privé – vous me permettrez, chers collègues du groupe GDR, de mentionner ce dernier, qui remplit lui aussi des missions de service public. Ces revendications, le groupe Libertés et territoires les connaît et les accompagne. Il s'agit, naturellement, de la revalorisation des carrières pour les personnels, qui est dans toutes les bouches, mais également des problèmes de recrutement r...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPhilippe Vigier :

...qu'il faudrait octroyer à la gestion de la dépendance et de la perte d'autonomie, aborde le problème de la formation des professionnels, de leur accompagnement et de la revalorisation des carrières. Mme El Khomri avait estimé que, pour apporter une réponse à la hauteur des enjeux, il faudrait former, au cours des prochaines années, environ 350 000 aides-soignants et accompagnants pour exercer à l'hôpital ou à domicile. Il y a quelques jours, nous avons créé, dans une relative discrétion, une nouvelle branche de la sécurité sociale consacrée à l'autonomie et dotée de 1 milliard d'euros – nous n'avons d'ailleurs pas obtenu de véritables informations sur son financement. C'est un premier pas, et nous nous en félicitons, mais nous savons qu'il ne sera malheureusement pas à la hauteur des enjeux. Pa...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPhilippe Vigier :

...n lieu à l'autre, les réponses apportées ne sont pas les mêmes ; la preuve : il a fallu sortir par la grande porte un directeur d'ARS qui avait été particulièrement performant dans le Grand Est ! Pour toutes ces raisons, nous présenterons, Jeanine Dubié et moi, plusieurs amendements visant à donner à votre proposition de loi une meilleure assise et à s'assurer qu'on y traitera non seulement de l'hôpital public, mais aussi des EHPAD, du secteur médico-social et des établissements privés, car ils forment un tout. Le patient se fiche de savoir par qui il est pris en charge !

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCaroline Fiat :

...es soignants d'être copieusement gazés devant les bâtiments de l'Assemblée nationale. Durant la crise épidémique, sans masques, sans tests, sans lits d'hôpitaux, nous, personnels hospitaliers, avons été utilisés comme de la chair à canon. Les soignants et les malades sont sans doute les plus grandes victimes de la politique du Gouvernement. C'est en effet celui-ci qui, depuis trois ans, oblige l'hôpital à se serrer toujours plus la ceinture afin d'économiser 1 milliard d'euros par an. Pourtant, dans sa dernière allocution télévisée, Emmanuel Macron n'a rien trouvé de mieux que de s'envoyer des fleurs. Plein d'orgueil et d'autosatisfaction, il s'est dit fier de sa gestion de la crise. Comment peut-on être si déconnecté des réalités ? Il a envoyé en première ligne des soignants, des aides à domic...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCaroline Fiat :

...? Depuis trois ans, le groupe La France insoumise réclame, par l'intermédiaire d'amendements, un moratoire sur la fermeture des lits et l'arrêt des regroupements hospitaliers. Depuis trois ans, nous demandons la revalorisation des métiers du soin, le recrutement de personnels hospitaliers, un meilleur ratio de soignants par résident. Depuis trois ans, nous appelons à un meilleur financement de l'hôpital, afin de faire face au vieillissement de la population et à l'augmentation des maladies chroniques. Mais, en face, ce sont toujours les mêmes promesses creuses, beaucoup d'effets d'annonce et l'austérité qui se poursuit. En vingt ans, 40 % des maternités ont fermé ; en quinze ans, 68 000 lits hospitaliers ont été supprimés. Au cours des derniers mois, la situation délétère de nos structures hosp...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnnie Chapelier :

...Elle appelle plutôt une véritable réflexion sur notre système de santé et son financement. En abordant, au-delà des problèmes de revalorisation des salaires et de statuts, les questions relatives à la réorganisation, au recrutement et à la formation, elle fournit une partie de la réponse aux demandes des soignants. La prise en compte des moyens des EHPAD dans la réflexion sur le financement de l'hôpital permet en outre de se préparer au défi du grand âge et aux besoins de nos aînés, donc à nos propres besoins. C'est pourquoi le groupe Écologie démocratie solidarité votera pour le texte.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnnie Chapelier :

...structurants, qui cherchent à refondre le système de santé dans son ensemble. C'est cela que nos soignants réclament, et non des médailles – les soignants du centre hospitalier Alès-Cévennes ont d'ailleurs envoyé au Président de la République une médaille symbolique. Il faut cesser de prendre des mesures à court-terme ou de s'entêter dans des orientations qui ne mènent qu'à l'affaiblissement de l'hôpital public. Notre système de santé a besoin d'autre chose. Il est reproché à la proposition de loi de ne pas évoquer l'articulation indispensable entre les secteurs public et privé et de ne pas attendre les conclusions du Ségur de la santé. Mais que savons-nous de l'avancée des négociations ? Quelle place y est laissée au législateur ? Quelle place pour le long terme, pour une vision globale de l'av...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPaul Christophe :

L'hôpital français est un hôpital d'excellence : des techniques à la pointe, des traitements innovants, des personnels extrêmement bien formés… Beaucoup d'entre nous avons eu l'occasion de bénéficier de soins très pointus. Hier encore, leur capacité d'adaptation à la crise du coronavirus a été remarquable. Cependant, les hôpitaux français sont en crise – nous pouvons là encore tous le constater, notamment...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlain Bruneel, rapporteur :

Je vous remercie, chère collègue, pour cet amendement qui vise à étendre le champ de la proposition de loi, aujourd'hui limité aux établissements publics, aux établissements privés non lucratifs. Même si l'ADN de notre groupe nous conduit à défendre l'hôpital public, nous estimons que tous les établissements jouent un rôle important en matière de santé, notamment dans les lieux les plus reculés. Comme je le répéterai tout à l'heure, je pars toujours de cette grande idée : l'hôpital public et la santé n'appartiennent à aucun parti politique. Nous avons déposé une proposition de loi, sur laquelle je sais bien que nous ne tomberons pas tous d'accord. Ce...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJeanine Dubié :

Je ne voudrais pas allonger les débats, mais je trouve dommage que nous n'avancions pas davantage sur cette proposition de loi. L'hôpital, ou plutôt, plus largement, la santé a besoin d'une loi de programmation pluriannuelle. Certes, le texte de M. Bruneel ne concerne que le secteur public et ne prend pas en considération l'ensemble des acteurs chargés d'une mission de service public, mais notre rapporteur a accepté les amendements déposés par le groupe Libertés et territoires : ce dernier votera donc cette proposition de loi.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Paul Lecoq :

Le texte dont nous venons de débattre doit être adopté. L'hôpital public doit être géré en anticipant les budgets et en changeant de logiciel. Stop à l'obsession budgétaire ! La souffrance des personnels hospitaliers, que j'ai entendue mardi dernier au Havre, a atteint aujourd'hui un sommet avec la crise du covid-19. Beaucoup ont mis de côté leurs revendications pour sauver des vies et contribuer à maîtriser le mieux possible cette terrible épidémie. Pourtant,...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMichèle de Vaucouleurs :

Comme le soulignait mon collègue Cyrille Isaac-Sibille tout à l'heure, le problème de cette proposition de loi tient au fait que si elle traite de l'hôpital public, ce qu'il faut assurément faire, à aucun moment il n'y est question de la santé publique. C'est préoccupant, car on ne peut penser l'hôpital indépendamment de la santé publique et de la prévention. Or la prévention se trouve justement au coeur de nos réflexions actuelles sur l'autonomie et constitue l'un des axes forts du Ségur de la santé. D'autre part, vous vous êtes déclaré prêt, monsi...