⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Interventions sur "précarité"

15 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMarie-George Buffet :

...s de 25 ans n'ont pas droit au RSA – revenu de solidarité active – et ne disposent pas des filets de sécurité qui protègent d'autres catégories de la population. Faute de s'être montrés capables de bâtir un système de solidarité efficace en amont, les pouvoirs publics ont besoin des associations pour permettre aux étudiants de vivre correctement. C'est une lumière crue qui est ainsi jetée sur la précarité dans laquelle vivent celles et ceux qui sont l'avenir de notre pays. Elle souligne l'importance d'une réponse structurelle. Apporter une réponse structurelle, c'est l'ambition de la présente proposition de résolution. Elle se veut le point de départ d'un travail associant le Parlement, le Gouvernement et les associations et syndicats de jeunesse, et visant l'instauration d'un revenu étudiant att...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCéline Calvez :

...es, qui ont perdu un stage gratifié ou un emploi rémunéré du fait de la crise sanitaire. Près de 400 000 étudiants ont bénéficié de l'aide exceptionnelle de 200 euros en juin, et le versement des bourses a été prolongé en juillet. Au total, le prochain PLFR accordera 150 millions d'euros supplémentaires aux étudiants. Mais ce n'est là qu'une partie de la réponse. Nous partageons le constat d'une précarité étudiante et nous avons démontré notre volonté d'accompagner les jeunes, et même d'aller plus loin. En revanche, madame Buffet, nous ne partageons pas la méthode que vous préconisez pour réduire la précarité des étudiants, et surtout pour préparer l'avenir. Nous voyons trois raisons d'approfondir la réflexion au-delà de votre proposition : premièrement, un revenu étudiant pourrait susciter de nou...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCéline Calvez :

Ensuite, limiter ce revenu aux seuls étudiants, c'est manquer d'ambition : pourquoi ne pas l'étendre à tous les jeunes, tel un revenu universel d'activité ou un socle citoyen, pour répondre aux situations extrêmement différentes que vivent les jeunes de 18 à 25 ans ? Nous ne pouvons nous restreindre à la lutte contre la précarité des étudiants, nous devons lutter contre la précarité des jeunes dans leur ensemble. Le Gouvernement et la majorité sont pleinement convaincus de la nécessité d'adopter une vision plus exhaustive de ces enjeux. Enfin, et c'est sans doute le point qui me tient le plus à coeur, si une aide financière est bienvenue, elle ne saurait occulter un besoin d'accompagnement plus global. L'orientation et l...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaValérie Petit :

Nous nous préoccupons tous de l'avenir de notre jeunesse, et votre proposition le rappelle avec force – c'est là sa première vertu. Muriel Pénicaud, Bruno Le Maire et Gabriel Attal travaillent d'ailleurs à un plan global pour les jeunes, qui sera présenté avant l'été. Votre proposition de résolution vient utilement enrichir le débat que nous devons aux jeunes, et notamment aux étudiants, dont la précarité économique mais aussi professionnelle, pour ne pas dire, parfois, existentielle, est malheureusement renforcée par la crise. Il faut agir, c'est une évidence. Il faut aussi faire preuve d'audace, d'une audace historique, le genre d'audace qu'on prête généralement à la jeunesse – dont nous ne sommes plus vraiment, mais qu'importe : comme le disait Jean Cocteau, l'audace se forme en marge des auda...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMichel Larive :

Tous les indicateurs en attestent, les conditions d'existence des étudiants se dégradent. Près de la moitié d'entre eux doivent désormais travailler en parallèle de leurs études pour faire face à l'augmentation du coût du logement et de la vie étudiante, et un sur cinq se trouve en dessous du seuil de pauvreté. Cette précarité a été particulièrement accentuée par la crise du covid-19. Certains étudiants ont été confrontés à l'incapacité de subvenir à leurs besoins les plus élémentaires face à l'augmentation des dépenses courantes. D'autres sont restés confinés dans des logements parfois insalubres. Cette paupérisation dénoncée depuis de nombreuses années par les syndicats étudiants et par les sociologues ne vient pas ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMichel Zumkeller :

Cette proposition de résolution porte sur un problème très important, comme cela a été rappelé par les précédents intervenants : la précarité étudiante. Dans notre pays, beaucoup trop d'étudiants connaissent des difficultés financières ; certains refusent de se soigner ou n'arrivent pas à poursuivre leurs études. D'un étudiant à l'autre, les conditions ne sont pas les mêmes : les uns doivent travailler, les autres non. Tout cela dépend bien sûr de la structure familiale et du niveau de revenu des parents. Pour résoudre ce problème, vo...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaYannick Favennec-Bécot :

...e. Dans ce contexte, le groupe Libertés et territoires ne peut que partager les constats et les inquiétudes du groupe GDR. Nous avons d'ailleurs interpellé le Gouvernement à de nombreuses reprises concernant la situation des étudiants, en particulier pendant le confinement. Nous vous rejoignons quant à la nécessité de trouver des dispositifs pour ne pas laisser les plus jeunes s'enfoncer dans la précarité. Cependant, nous nous interrogeons sur l'instauration d'un revenu universel pour tous les étudiants. D'une part, il nous paraît que si nous souhaitons réellement garantir l'égalité des chances dans un objectif de justice sociale, alors il est indispensable de prendre en considération la situation familiale des étudiants. D'autre part, nous considérons que, plus que jamais, la situation des jeune...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Louis Bricout :

...vise à la création d'un revenu étudiant qui serait versé à toute personne inscrite à une formation d'enseignement supérieur, en fonction de sa situation propre et non de celle de sa famille, et s'élevant à un niveau suffisant pour lui permettre de subvenir à ses besoins matériels. Incontestablement, le dispositif proposé répond à un problème de plus en plus aigu au sein de la société, à savoir la précarité des étudiants et des jeunes. L'exposé des motifs cite plusieurs faits plaidant pour un tel revenu étudiant. Oui, 20,8 % des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté, 24 % des étudiants issus de milieux populaires déclarent avoir d'importantes difficultés financières, 30,9 % des étudiants ne reçoivent aucune aide de leur famille, 46 % des étudiants travaillent pendant l'année scolaire et, parmi...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAurélien Taché :

...enir de la demi-part fiscale à laquelle les parents ont droit lorsque les étudiants restent attachés à leur foyer. Notre groupe votera donc dans sa majorité en faveur de cette résolution. Mais il nous faudra aller plus loin : les étudiants ne sont pas les seuls jeunes à mériter un tel revenu. Nous ne devons pas oublier tous ceux qui ont un emploi ou qui en recherchent un et qui vont connaître la précarité. Jeunes pourvus d'une faible ou d'aucune qualification, jeunes diplômés, jeunes actifs, précaires… la liste des différents profils est longue et les jeunes ne sont pas les seuls concernés. Aussi est-il nécessaire de créer un filet de sécurité financier et humain pour ne laisser personne sur le bord de la route. Aujourd'hui, les jeunes de moins de 25 ans n'ont pas accès au RSA. Nous pensons que c...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre-Henri Dumont :

Personne ne peut se voiler la face : oui, la précarité étudiante existe dans notre pays, quand 20 % des étudiants français vivent sous le seuil de pauvreté, quand 46 % travaillent durant l'année scolaire et quand, dans un cas sur cinq, ce travail met terriblement à mal le succès des études. Les images insupportables, intenables, dramatiques de cet étudiant désirant mettre fin à ses jours, à Lyon, pour dénoncer la précarité étudiante, doivent nous fa...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre-Henri Dumont :

… pas pour une personne qui le rétribue en échange de sa force de travail. Il ne peut donc, par définition, toucher un revenu du seul fait de sa condition d'étudiant. À un réel problème, la précarité étudiante, vous répondez par une mauvaise solution : la fonctionnarisation massive de millions de jeunes Français et leur uniformisation. Votre revenu étudiant est l'antithèse de la méritocratie républicaine. Le revenu étudiant nie les particularismes. Il enferme dans un statut protecteur au lieu de permettre l'émancipation.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre-Henri Dumont :

...r une ambition. Il développe plus encore cet assistanat d'État à cause duquel, faute de pouvoir aider la personne en difficulté, la nation préfère lui verser une pension afin de s'excuser de n'avoir su répondre à ses problèmes, espérant par là, lâchement, acheter son silence. Encore une fois, vous mettez la poussière sous le tapis, vous soignez les symptômes sans vous attaquer aux origines de la précarité étudiante. Si certains étudiants sont précaires, c'est parce que l'État a failli. Massifiant l'accès aux études supérieures, …

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaElsa Faucillon :

Notre proposition de résolution expose un dispositif extrêmement sérieux pour mettre fin à la précarité étudiante. Elle constitue également une promesse d'émancipation pour tous et toutes. Des syndicats étudiants qui se battent depuis de nombreuses années pour une allocation d'autonomie ou pour un revenu étudiant sont favorables à la reconnaissance des étudiants comme jeunes travailleurs ou jeunes travailleuses intellectuels. L'obtention d'un tel statut passe par l'attribution d'une allocation ou d...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCéline Calvez :

Il règne, parmi les étudiants, une précarité insoutenable : beaucoup d'entre eux sont obligés de travailler ou de s'affamer. Pourtant, depuis 2017, nous oeuvrons pour améliorer leurs conditions de vie, à travers les bourses ou des gains de pouvoir d'achat. Ainsi, tout en protégeant leur santé, nous les dispensons de payer leur cotisation à la sécurité sociale. Au-delà de l'aide financière, nous essayons aussi de leur donner les clés de leur...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre-Henri Dumont :

Le sujet de la précarité étudiante est central dans notre société. Il y a encore quelques années, j'en faisais partie : je n'ai pas eu besoin de travailler pour subvenir à mes besoins, mais beaucoup de mes amis ont dû le faire et l'assumer. Cependant, vous abordez le sujet sous un mauvais angle. Vous attaquez aujourd'hui le symptôme : le fait que des étudiants doivent travailler pour subvenir à leurs besoins ; le fait qu...