⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "comore"

23 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaetitia Saint-Paul, rapporteure de la commission des affaires étrangères :

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, madame la présidente de la commission des affaires étrangères, mes chers collègues, l'honneur me revient de soumettre à votre examen le projet de loi autorisant l'approbation de la convention d'entraide judiciaire en matière pénale entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de l'Union des Comores, signé le 13 février 2014. Avant d'aborder le fond du projet, je souhaite vous faire part des points soulevés en commission, car les débats furent d'une extrême richesse. Rappelons tout d'abord que nos relations actuelles avec les Comores ont suscité beaucoup d'intérêt. Les Comores sont une ancienne colonie française, composée de quatre îles principales, indépendantes depuis 1976. Alors que le...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaetitia Saint-Paul, rapporteure de la commission des affaires étrangères :

...ande d'audition par vidéoconférence, auquel cas les parties se consulteront pour fixer les conditions de l'exécution. Ces quelques exemples témoignent de la modernité du texte. Il s'agit donc d'une convention classique par son contenu, mais qui revêt toute son importance de par son contexte. Ainsi, dans l'intérêt général de nos concitoyens mahorais et en soutien à nos relations avec l'Union des Comores, je vous invite, mes chers collègues, à approuver ce texte sans réserve.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaRodrigue Kokouendo :

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, madame la présidente de la commission, madame la rapporteure, mes chers collègues, la Déclaration de Paris sur l'amitié et la coopération entre la France et les Comores, signée le 21 juin 2013 par les Présidents Ikililou Dhoinine et François Hollande, rappelle que « la France et les Comores ont développé au fil des années une coopération étroite dans de nombreux domaines » et qu'il est nécessaire de développer des instruments clairs et adaptés afin de faciliter la coopération bilatérale et régionale. Le projet de loi autorisant l'approbation de la convention d...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Cordier :

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, mes chers collègues, je tiens tout d'abord, madame la présidente de la commission, à vous remercier à mon tour d'avoir inscrit cette question à l'ordre du jour afin que nous puissions ici très librement en discuter. Il nous revient aujourd'hui d'examiner la convention d'entraide judiciaire entre la France et l'Union des Comores, dont l'objet est de rendre les échanges plus fluides et plus utiles entre les autorités judiciaires de nos deux pays. Renforcer l'entraide judiciaire entre la France et les Comores apparaît d'autant plus essentiel que nous connaissons un important flux de population de l'Union des Comores vers Mayotte, cent unième département français. Au-delà de cet accord d'entraide judiciaire, dont on ne pe...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Cordier :

Enfin, si nous sommes le premier bailleur bilatéral des Comores, il est temps d'évaluer l'utilisation de cette aide, afin de savoir s'il est possible de l'augmenter et pour quels types d'investissements d'avenir. Je rappelle que notre aide au développement représente quelque 10 millions d'euros par an, alors que le coût de l'immigration clandestine est évalué à quelque 300 millions d'euros par an, pour la seule prise en charge par l'État de l'éducation et de...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Cordier :

C'est pourquoi nous attendons beaucoup de la mission d'information de la commission des affaires étrangères, madame la présidente, notamment pour savoir comment améliorer notre coopération bilatérale avec l'Union des Comores au-delà de cette convention d'entraide judiciaire qui va naturellement dans le bon sens. En aidant les Comores, nous aidons Mayotte. C'est la raison pour laquelle, madame la présidente de la commission, au nom du groupe Les Républicains et apparentés, j'invite nos collègues à adopter ce projet de loi autorisant l'approbation de cette convention.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBruno Joncour :

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, madame la présidente de la commission, madame la rapporteure, mes chers collègues, notre assemblée doit aujourd'hui se prononcer sur le projet de loi autorisant l'approbation de la convention d'entraide judiciaire en matière pénale entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de l'Union des Comores. Ce texte vise à établir une coopération judiciaire en matière pénale plus efficace entre l'État français et les Comores en mettant en place un cadre spécifique et pérenne. Il tend à élargir le champ de l'entraide, à fluidifier les échanges entre les deux pays et à optimiser leur efficacité, notamment par la promotion de techniques modernes de coopération judiciaire. Comme l'a souligné la rappo...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBruno Joncour :

… que ces questions sont intimement liées, et que se préoccuper ainsi de nos relations avec les Comores fait partie de notre mission.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristophe Naegelen :

...lus s'en remettre au bon vouloir des autorités concernées. Comme l'indique le rapport de Mme Saint-Paul, que je tiens ici à remercier pour la qualité du travail fourni, nos relations juridiques reposaient jusqu'ici sur des accords multilatéraux inscrits dans le cadre de conventions internationales conclues sous l'égide des Nations unies et auxquelles nos deux États sont parties. La France et les Comores ne disposaient jusqu'alors d'aucun dispositif conventionnel permettant une coopération en matière de recherche de preuve pénale. Depuis 2008, vingt-cinq demandes d'entraide ont été adressées aux Comores, dont dix-sept n'ont pas été exécutées. Dans le même temps, l'Union des Comores a adressé cinq demandes d'entraide, dont trois ont été exécutées. Des coopérations ont pu avoir lieu en vertu du pr...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaurence Dumont :

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, madame la présidente de la commission, madame la rapporteure, mes chers collègues, nous débattons à présent de la convention d'entraide judiciaire en matière pénale entre la France et les Comores. Appartenant à la catégorie des pays pauvres très endettés connaissant une instabilité chronique et des formes de radicalité religieuse, les Comores présentent un intérêt important pour la sécurité des frontières françaises et la stabilité de l'un de ses départements : Mayotte. Les liens entre ces territoires voisins sont étroits : Mayotte compte plus de 250 000 résidents légaux et, même si ce ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

...bonne chose que nous ayons, le hasard faisant bien les choses, ce débat aujourd'hui. Chaque parole que nous prononcerons sera entendue, répétée et commentée. Nonobstant les kilomètres, un dialogue singulier s'engage à cet instant avec nos compatriotes de Mayotte. Il faut voter cette convention. Elle présente des aspects intéressants. Elle a surtout un sens politique : elle montre que l'Union des Comores n'est pas, pour la France, un adversaire ni un ennemi, mais un partenaire. Sur cette base, nous pouvons mener librement les discussions qui s'imposent avec les autorités de l'Union des Comores, qui doivent pouvoir prendre leurs responsabilités autrement s'agissant de l'exode massif de leur population vers le territoire français.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

Dans cette circonstance, nous avons des responsabilités et nous le savons. Néanmoins, les autorités de l'Union des Comores en ont aussi. C'est la loyauté et la sincérité d'un débat que de le dire à cette tribune, franchement et amicalement. Je sais, comme beaucoup d'entre vous, mes chers collègues, que, Mahorais – français – comme Français de l'hexagone, nous avons de la famille aux Comores – et jusque sur ces bancs ! Par conséquent, le devoir de créer un lien spécial, franc et efficace avec les Comores s'impose. L...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Paul Lecoq :

...es, madame la rapporteure, en cette journée, j'ai été accusé d'antisémitisme et d'antisionisme. Mes adversaires, absents lors de l'examen du texte sur les Émirats arabes unis, n'ont pas pu dire que j'étais anti-arabe ; peut-être ceux qui parleront après moi me diront-ils anti-Français ? Lorsque nous avons vu qu'une convention d'entraide judiciaire en matière pénale entre la France et l'Union des Comores serait à l'ordre du jour de la commission, il nous a semblé, à mon groupe et à moi-même – tout comme à la présidente de la commission – , absolument nécessaire de le porter en séance publique, pour plusieurs raisons. Tout d'abord, il est très important d'entendre, au sein de cet hémicycle, les arguments des uns et des autres sur les sujets concernant notre commission. Ensuite, dans notre volont...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Paul Lecoq :

Nous serons tous d'accord pour dire que la France serait plus forte si on ne lui rétorquait pas ce genre de chose lorsque notre diplomatie oeuvre à calmer des conflits territoriaux. Venons-en maintenant à la convention d'entraide en tant que telle. Je la pense plutôt bonne : les liens entre Mayotte et les Comores étant complexes, comme je viens de l'expliquer, une convention d'entraide pourrait aider les deux pays à mieux coopérer en matière pénale. La lutte contre les trafics d'êtres humains, de drogue et d'argent doit de toute façon s'intensifier. Les articles 15 et 16 portant sur les demandes d'informations bancaires et sur la perquisition, la saisie et le gel des avoirs sont très positifs et permette...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnnie Chapelier :

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, chers collègues, la convention d'entraide judiciaire en matière pénale entre la France et les Comores, que nous nous apprêtons à ratifier, se présente dans un contexte particulier. Ce soir, nous avons beaucoup entendu parler de Mayotte mais finalement peu de la relation franco-comorienne. À l'heure où nous parlons, pourtant, nos deux pays ont plus que jamais besoin de renforcer leurs échanges conventionnels. Je me permets, à mon tour, de retracer l'historique de ces deux pays. L'histoire de la ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnnie Chapelier :

Avec la ratification de ce texte, les liens amicaux entre la France et les Comores seront ainsi renforcés. Cette étape supplémentaire dans la coopération avec l'Union des Comores s'inscrit dans la feuille de route du Haut Conseil paritaire. C'est dans ce double contexte, préoccupant et dégradé à Mayotte mais constructif et évolutif dans le partenariat franco-comorien, que se situe l'adoption de ce projet de loi autorisant l'approbation de la convention. Et c'est en vue de ce ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlain David :

...é en janvier 2015 avec son dépôt devant nos collègues sénateurs par le ministre des affaires étrangères de l'époque. Le texte a été examiné le 2 novembre 2016 par la commission des affaires étrangères du Sénat puis adopté en séance publique au Sénat le 9 novembre 2016. Notre assemblée s'en est saisie le 14 septembre dernier et nous l'avons examiné en commission le 31 janvier dernier. L'Union des Comores a connu une histoire agitée, mais depuis 2002, un système de présidence tournante – chaque île gouverne à son tour – assure des alternances régulières et une certaine stabilité. Toutefois, la situation économique et sociale est mauvaise. La société est par ailleurs travaillée par des courants radicaux et des influences étrangères. Principal bailleur bilatéral, la France apporte une aide de 135 ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaHubert Julien-Laferrière :

Ces mouvements de population sont, nous le savons, liés à la situation économique et sociale de l'Union des Comores. Les dispositifs de prise en compte et de lutte contre l'immigration illégale doivent être complétés et renforcés par l'action de la France via l'aide publique au développement – l'objet de mon propos. On l'a déjà souligné : la France est le principal bailleur bilatéral des Comores dans le cadre d'une programmation conjointe avec l'Union européenne de 135 millions d'euros au total sur la période...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean François Mbaye :

...é nécessaires que je prends la parole dans cet hémicycle pour m'exprimer devant vous. Je souhaite tout d'abord rappeler que comme l'a évoqué ma collègue Annie Chapelier, la question de Mayotte demeure importante dans notre république. La souffrance de nos compatriotes ne peut être ignorée et c'est avec toute notre conviction que nous nous emploierons à la réduire. L'enjeu des relations entre les Comores et la France, et en particulier Mayotte, fait également partie du tableau. Cependant, si j'entends les passions que peut déclencher ce sujet, celles-ci sont rarement bonnes conseillères. Le texte que nous examinons aujourd'hui ne viendra pas régler tous les problèmes qui ont pu être évoqués en commission ou lors de ce débat. Il vient cependant apporter une nouvelle pierre à un édifice que nous d...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPhilippe Gosselin :

...s ont décidé, par leur vote, de le rester. C'est important. Je partage le point de vue de notre collègue Jean-Luc Mélenchon : il n'y a pas de Français de seconde zone, et Mayotte, les Mahorais, doivent être français jusqu'au bout des ongles. La République a des droits et des devoirs envers eux : c'est le moment de le rappeler. Cela étant, ce débat arrive à point nommé puisque le gouvernement des Comores joue d'ambiguïté, à tel point qu'en adoptant aujourd'hui ce projet de loi de ratification, nous ne savons même pas si les instruments de ratification aux Comores sont opérationnels ! C'est dire dans quel flou nous nous mouvons. Je voulais profiter de cette occasion pour rappeler l'ambiguïté dont les Comores jouent depuis de très longues années. À la vérité, elles utilisent les mouvements de pop...