⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "benalla"

57 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristian Jacob :

Monsieur le président, j'ai écrit, il y a deux jours, au Premier ministre, pour lui demander d'organiser, au titre de l'article 50, alinéa 1er, de la Constitution, avec le Gouvernement, un débat sur l'affaire Macron-Benalla. Le Premier ne m'a pas répondu. Il peut tout à fait refuser ce débat – la Constitution lui en donne la possibilité – , et justifier son refus. En revanche, la moindre des choses serait que le Gouvernement nous réponde. Madame la garde des sceaux, ma question ne concernant pas directement l'affaire, je peux vous la poser : le Premier ministre répondra-t-il ou non à ma demande ? Nous savons qu'ell...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMichel Herbillon :

Or l'affaire Benalla-Macron est une illustration exactement inverse des thèmes sur lesquels vous avez été élus.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBruno Millienne :

Revenons sur la situation telle qu'elle est au moment où nous parlons. La justice est saisie et est en train de faire son oeuvre, vous le savez. Nous attendons les décisions concernant M. Benalla.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCharles de la Verpillière :

Contre toute évidence, ils persistent à soutenir qu'il n'y a pas de lien entre l'affaire Benalla-Macron et la révision de la Constitution qui est à l'ordre du jour.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCharles de la Verpillière :

Or, mes chers collègues, c'est exactement l'inverse : nous sommes en plein dedans avec l'affaire Macron-Benalla, parce qu'elle préfigure ce régime que vous voulez mettre en place.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCharles de la Verpillière :

Cet abaissement est déjà à l'oeuvre avec l'affaire Macron-Benalla. Quand vous voyez qu'on s'est moqué de la présidence de l'Assemblée nationale en faisant accréditer un barbouze pour entrer dans l'hémicycle !

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre-Henri Dumont :

… car les trois piliers de la Macronie sont touchés par cette affaire. Premier pilier : l'Élysée, directement, en plein coeur, par l'affaire de M. Benalla. Le deuxième pilier est l'Assemblée, ici même, et le troisième, le parti La République en marche. Pour ce qui est de l'Élysée, tout le monde comprend. Nous ne reviendrons pas sur l'affaire Benalla en elle-même : une commission d'enquête a été désignée et les auditions commencent lundi. Dans cette affaire, on voit une un mélange de fausses sanctions et de vrais avantages – 10 000 euros de salaire...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre-Henri Dumont :

mais surtout en tant que délégué général de La République en marche, employeur d'une personne, M. Crase, qui est l'auteur de faits au moins comparables à ceux qui sont reprochés à M. Benalla.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaOlivier Faure :

...e, madame la ministre, vous étiez devant nous pour nous présenter un texte visant à rétablir la confiance entre nos concitoyens et le monde politique. Un an plus tard, vous êtes ici, dans cet hémicycle, en train d'administrer les éléments de langage du Gouvernement en cherchant à transformer cette affaire collective en affaire individuelle et à faire porter la responsabilité sur un seul homme, M. Benalla en laissant penser qu'il n'y a là que la dérive personnelle d'un individu. Tout montre le contraire. En effet, M. Benalla, même si sa nomination n'a jamais été publiée au Journal Officiel, occupait des fonctions éminentes : il était adjoint au chef de cabinet, disposait de moyens importants pour travailler et, en même temps, …

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaOlivier Faure :

Ce qui est différent aujourd'hui, c'est que ce n'est pas simplement M. Benalla qui ment : c'est un système qui se met en place pour le défendre et c'est vous qui mentez avec lui.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaEmmanuelle Ménard :

Ma collègue de la majorité, Émilie Chalas, a rappelé tout à l'heure, à juste titre, les engagements du Président de la République durant sa campagne et, par conséquent, durant la vôtre. Dois-je vous les rappeler ? République irréprochable, République exemplaire et transparence. Vous avez l'audace inouïe, à l'heure de ce scandale d'État, avec cette affaire Benalla qui s'est transformée depuis vendredi en affaire Macron, de vous poser en garants de cette transparence.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaEmmanuelle Ménard :

… dans l'hémicycle, en tant que secrétaire d'État, et devant ladite commission, en tant que patron du parti La République en marche – vous nous l'avez refusé hier – ; enfin, et c'est la troisième chose, que M. Benalla lui-même ainsi que son acolyte, M. Crase – salarié de La République en marche, je vous le rappelle – soient également auditionnés, et dans les plus brefs délais, ce que vous refusez toujours. Si vous étiez sincères en nous rappelant sans cesse les valeurs sur lesquelles vous prétendez avoir été élus, vous accepteriez les demandes de l'opposition au lieu de faire perdre un temps précieux à cette ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaStéphane Peu :

...tes. Comment ne pas faire le lien entre le débat sur la loi constitutionnelle et l'affaire en cours sans aller plus avant dans les travaux de la commission d'enquête, si tant est que la commission d'enquête puisse travailler dans de bonnes conditions ? Pour l'instant, nous ne sommes toujours pas d'accord sur le périmètre des auditions, à commencer par l'audition du premier d'entre eux, Alexandre Benalla, que l'on nous refuse toujours, ce qui, avouez-le, est fort de café !

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSébastien Huyghe :

Cet affaire Benalla prouve, si besoin était, qu'un certain nombre de textes que nous sommes en train d'examiner doivent être retirés de notre ordre du jour. Je pense notamment au texte sur les fake news, dont l'objet est de limiter le droit d'expression de la presse au travers d'une définition des fake news pour le moins contestable. Les révélations du Monde sur l'affaire Benalla devraient vous convaincre de la néce...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaRaphaël Schellenberger :

.... En effet les seuls arguments que vous avancez à l'appui de vos propositions se résument au fait qu'elles figuraient dans votre programme. Ce n'est pas là un argument digne du débat parlementaire. Dans un tel débat parlementaire on doit étayer ces propositions avec des arguments de fond, alors que vous semblez croire que le vote de 25 % des Français vous donne un chèque en blanc ! Cette affaire Benalla nous a permis de découvrir que vous êtes soumis au régime de la Terreur.,

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristine Pires Beaune :

Pourquoi le Président de la République a préféré créer une police parallèle dédiée à sa sécurité plutôt que de faire confiance au Groupe de sécurité de la présidence de la République ? Pourquoi il ne se passe rien quand le ministre de l'intérieur, qui a eu connaissance des faits dès le lendemain, en informe l'Élysée ? Pourquoi M. Benalla, chargé de la sécurité du Président, dispose d'un badge qui lui permet d'accéder à l'hémicycle alors que le Président n'y met jamais les pieds ? Et je pourrais multiplier les « pourquoi » à l'infini. Monsieur le président de Rugy, j'en appelle à vous : suspendez nos travaux jusqu'à mardi. Chacun retournera en circonscription où il pourra discuter avec les Français et constater que les Français n...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaStéphane Peu :

Alors là, bravo ! Benalla fait monter Le Pen, et comme si ce n'était pas suffisant, Le Gendre fait monter Le Pen !