⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "monde"

26 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaArnaud Viala, rapporteur de la commission des affaires économiques :

...er un long et difficile travail commencé en octobre 2015, immédiatement après mon arrivée au Palais Bourbon ; l'agriculture française était alors déjà en pleine crise et réclamait à cor et à cri des réponses politiques nationales à ses attentes. Le premier dépôt de ce texte date du mois de mars 2017. Avec de très nombreux collègues désireux de proposer des solutions à nos agriculteurs et à notre monde rural, je n'ai jamais abandonné l'espoir de voir notre assemblée examiner ces propositions, aujourd'hui enrichies et complétées. La décision du groupe Les Républicains d'inscrire en premier point de l'ordre du jour de cette première niche parlementaire témoigne tout simplement de l'importance capitale que nous accordons au devenir de notre agriculture, car nous mesurons l'urgence de la situation...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaArnaud Viala, rapporteur de la commission des affaires économiques :

...ation. Si nous pouvions aboutir à une oeuvre législative cohérente, pragmatique et utile, sans que celle-ci soit considérée comme devant être rejetée parce qu'elle émane d'un député de l'opposition, nous prendrions en compte la détresse économique et humaine d'un secteur pour lequel cette spirale ne peut être une fatalité, et qui, si tel devait être le cas, entraînerait dans son sillon tout notre monde rural. Nous aurions alors fait, tout simplement et collectivement, notre travail de législateur.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJulien Dive :

Comment pouvons-nous espérer avoir une agriculture pérenne dans de telles conditions ? Il ne s'agit même plus d'attractivité de la profession, mais bien de la survie de ses professionnels ! Dans un monde économique qui accélère frénétiquement et accentue la variation des cours des céréales, de la viande, de la pomme de terre, du lait, dans un paysage commercial où les sentiers de la répartition de la valeur du produit mènent à des impasses, dans une forêt législative trop luxuriante où l'exploitant perd l'ensemble de ses repères, cette proposition de loi tombe à point nommé. On ne le répétera ja...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJulien Dive :

Il me semblait qu'au sein du Nouveau monde, on acceptait toutes les bonnes volontés et toutes les bonnes idées ! La majorité En marche d'aujourd'hui agit exactement comme la majorité socialiste d'hier.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJulien Dive :

...elle image donnons-nous de ce Parlement en n'y parvenant pas nous-mêmes. C'est pourquoi, chers collègues de la majorité, j'en appelle à votre raison, à votre bon sens. Si vous voulez aider rapidement l'agriculture française, vous débattrez et vous voterez ce texte. Dans quelques semaines, quelques mois, nous poursuivrons le travail ensemble à partir des conclusions des États généraux. Le Nouveau monde, l'Ancien monde : peu importe, tant que nous servons nos concitoyens.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaNicolas Turquois :

... connaissance de la proposition de loi relative à l'agriculture que nos collègues Les Républicains ont déposée. Bien sûr, nous comprenons qu'ils profitent de la niche parlementaire de leur groupe pour faire avancer un sujet d'une telle importance et qui, nous aussi, nous tient à coeur. Bien sûr, nous sommes ici nombreux, sur tous les bancs de cette assemblée, à nous préoccuper de la situation du monde agricole et de son état de désespérance. En tant qu'agriculteur, j'y suis moi-même très sensible, et c'est avec un vif plaisir que j'ai noté, tout particulièrement en commission des affaires économiques, que l'agriculture est un sujet qui importe grandement pour tous les députés, quelles que soient leurs orientations politiques.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaNicolas Turquois :

...nitiative d'une large campagne de débats et d'échanges autour de l'agriculture et de l'alimentation au travers des États généraux de l'alimentation. Lancés le 20 juillet, ils se déclinent sous la forme de nombreux ateliers thématiques pour aborder l'ensemble des problématiques et faire émerger les solutions les plus pertinentes. Toujours en cours, ils permettront de dégager des solutions pour le monde agricole et l'ensemble de cette filière.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaNicolas Turquois :

...on des différents acteurs du secteur pour tenter de faire émerger des positions communes sur les enjeux qui nous préoccupent, au premier rang desquels figurent la rémunération des agriculteurs, la réforme de la loi de modernisation de l'économie ou la mise en place de la loi Sapin 2. Et vous-même, monsieur le rapporteur, vous nous avez fait part en commission du sentiment d'abandon qu'éprouve ce monde agricole que vous connaissez bien. Nos agriculteurs se sentent souvent incompris du reste de la société qui leur demande à la fois – devrais-je dire : « en même temps » ? – de produire une alimentation de qualité et bon marché, et de pratiquer une agriculture respectueuse de l'environnement tout en supportant la concurrence de pratiques qui, ailleurs dans le monde, sont beaucoup moins consciencie...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaNicolas Turquois :

Plus la position finale sera partagée, plus elle sera forte. Nous devons répondre à l'inquiétude du monde agricole d'une manière concrète, mais nous ne pourrons le faire pleinement qu'une fois terminée la concertation entre les parties. L'efficacité même de la démarche impose que l'on respecte les conditions qui ont été acceptées par tous et qui doivent conduire in fine à l'élaboration de la loi. La reconnaissance de la dimension économique de l'acte de production agricole, la recherche d'une meille...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaThierry Benoit :

...on deuxième message s'adresse à Arnaud Viala qui a réalisé un vrai travail parlementaire, un travail de fond. Ce travail de qualité aboutit à une bonne proposition de loi dont le groupe Les Constructifs est prêt à débattre aujourd'hui pour faire avancer la cause agricole, même si je comprends la stratégie du Gouvernement. L'agriculture française et les agriculteurs français sont les meilleurs du monde. J'en suis convaincu et je le répète depuis des années, mais nous ne le disons pas suffisamment. Notre agriculture et nos agriculteurs sont trop souvent stigmatisés et attaqués.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaDominique Potier :

Je me réjouis que l'agriculture soit une passion commune et qu'elle nous réunisse. Aujourd'hui, la modernité, c'est de prendre conscience que l'histoire la plus ancienne de l'humanité, celle de notre civilisation, a à voir avec la paix du monde. Compte tenu des enjeux en matière de souveraineté alimentaire, de justice et de lutte contre le changement climatique, parler d'agriculture, c'est parler de l'avenir de la planète et d'une certaine civilisation rurale que nous avons ensemble dans le coeur. Si je milite aujourd'hui non pas pour un rejet, mais pour un report de la discussion, c'est pour deux raisons. La première tient à l'anachro...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBénédicte Taurine :

Monsieur le président, monsieur ministre, mes chers collègues, le groupe Les Républicains propose une loi sur l'agriculture française. Tout le monde s'accorde à dire qu'il faut agir rapidement, mais que les choses soient claires : pour nous, les solutions à mettre en oeuvre sont radicalement opposées à celle que proposent les auteurs du texte.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBénédicte Taurine :

Le modèle organise une course à la compétitivité. Les agriculteurs sont sommés de s'agrandir ou de disparaître, ainsi que de produire toujours plus et moins cher pour pouvoir rivaliser avec des pays aux normes sociales et environnementales inférieures aux nôtres. Ils sont encouragés à devenir exportateurs et à nourrir le monde sans considération pour l'économie des pays en développement ni pour l'environnement. Ce modèle, qu'on prétend fondé sur la régulation par le marché ou régi par une main invisible ajustant l'offre à la demande, écrase en réalité nos agriculteurs et favorise les grands propriétaires. En outre, il détruit l'emploi : 40 000 exploitations ont disparu entre 2010 et 2013, tandis que l'emploi agricole ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFrédéric Descrozaille :

... le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, on le voit depuis le début de notre débat, l'agriculture est un sujet passionnant, qui permet souvent de dépasser des clivages. Je me suis reconnu dans les propos, marqués par des accents de sincérité, que l'on a entendus. À titre personnel, au début de ma carrière, j'ai forgé ma conscience politique au contact du syndicalisme agricole. Le monde paysan vote plus que les autres. On y trouve de jeunes chefs d'entreprise qui savent mieux que d'autres, et beaucoup plus tôt, ce que sont les prérogatives définies par nos institutions. La notion d'engagement est extrêmement présente dans le secteur agricole. Je suis donc confiant dans notre capacité à nous mettre d'accord. J'ajoute que je suis issu du département d'origine de l'auteur et rappo...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Charles Taugourdeau :

...r à leur compte et de ne pas pouvoir vivre et faire vivre leur famille de leur travail. Ceux déjà installés ont aussi peur. Peur de perdre leur exploitation, peur de perdre de l'argent tout en travaillant. Œuvrer pour permettre à nos agriculteurs de vivre de leur travail est indispensable pour qu'ils puissent sereinement envisager l'avenir. Mes chers collègues, vous prétendez incarner le nouveau monde, soit ! Vous voulez faire de la politique autrement, tant mieux, mais alors, abandonnez les postures idéologiques dans ce domaine où l'on sait qu'un consensus ferait assurément bouger les lignes pour faciliter le quotidien de nos agriculteurs ! J'ai rappelé en commission les propos de Laurence Cormier, agricultrice en Mayenne, présidente de l'association « Les Elles de la Terre » : « Être agricul...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaEmmanuelle Ménard :

...t nos grandes coopératives ont su se restructurer, s'adapter aux consommateurs et conquérir de nouveaux marchés. Les vignerons en caves particulières ont fait mentir ceux qui nous affublaient des épithètes les plus dévalorisants. Plus personne ne s'étonne de retrouver les vins de nos coteaux proposés sur les cartes des meilleures tables. Oui, c'est à une véritable révolution copernicienne que le monde viticole de nos bords de Méditerranée a procédé. Avec un courage, une volonté et une détermination que je veux ici saluer. Je les salue d'autant plus que la viticulture, la culture de la vigne est, chez nous, plus qu'une simple production agricole. C'est une géographie. C'est une histoire. C'est une civilisation inscrite dans notre patrimoine et dans nos paysages. Le vin, c'est le sang de notre t...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaEmmanuelle Ménard :

Il n'est pas jusqu'au nom, jusqu'aux marques qui ne trompent leur monde, comme si l'on s'échinait à tout mélanger, à tout confondre. Pourtant – faut-il le rappeler ? – les uns et les autres ne sont pas soumis aux mêmes contraintes, ni aux mêmes obligations.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnne-Laure Cattelot :

...eurs écrasés par une guerre des prix insensée, excessive, déraisonnable. Il m'est, il nous est insupportable de noter chez les agriculteurs un taux de suicide qui est de 20 % supérieur à celui de la population globale. Comme l'a dit hier le Président de la République, il y a des modèles productifs dans lesquels il n'y a pas d'avenir. Ce sont ces modèles qui ont apporté une certaine prospérité au monde agricole dans les années d'après-guerre. Aujourd'hui, il faut assumer le fait que des changements sont nécessaires si l'on veut donner un avenir à la profession agricole en France et faire en sorte que ce métier redevienne attractif et qu'il soit source de prospérité. Nos jeunes doivent avoir envie de reprendre des exploitations et de devenir agriculteurs. Le Premier ministre l'a rappelé au mome...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnne-Laure Cattelot :

Il faut réinstaurer de la confiance. Confiance et fiabilité entre l'État et le monde agricole ; l'État va prendre sa part de responsabilité : il doit s'atteler aux obligations de paiement des subsides aux agriculteurs et rattraper le retard accumulé. Confiance et complémentarité entre les agriculteurs, distributeurs, transformateurs… , bref entre tous les acteurs de la chaîne. Je l'ai dit : certaines de vos propositions peuvent faire sens. Je suggère que nous les prenions en com...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaArnaud Viala, rapporteur de la commission des affaires économiques :

...bats, et nous devons apporter une réponse au défi qu'il nous pose : il s'agit de la vocation économique de l'agriculture. Même si elle doit nourrir et préserver l'environnement, l'agriculture doit aussi permettre aux hommes et aux femmes qui la pratiquent d'en vivre, et d'en vivre décemment. Sur ce plan-là, cela a été dit, l'agriculture française est en crise depuis des années et a besoin que le monde politique – singulièrement, national – lui apporte des réponses. Il n'est en effet plus tolérable aujourd'hui que des agriculteurs vivent avec des revenus très en deçà du seuil de pauvreté, qui s'élèvent parfois à quelques centaines d'euros par mois seulement – et encore, lorsqu'il y en a, puisque certains agriculteurs, trop nombreux, ne peuvent même pas se verser un salaire à la fin du mois. Tr...